Archives par mot-clé : review

Terhenetär – Metsänhenkien Tanssi

Aujourd’hui, direction la Finlande, plus précisément à Mikkeli avec Terhenetär, dont le nom renvoie à la déesse du brouillard dans le Kalevala (épopée antique de la Finlande écrite au XIXème siècle par Elias Lönnrot, sur la base de poésies populaires de la mythologie finnoise transmises oralement). Bien que formé depuis déjà dix ans, le groupe nous reste encore bien méconnu, et c’est bien pourquoi je compte vous le faire découvrir. Continuer la lecture de Terhenetär – Metsänhenkien Tanssi

Drenaï – Nadirs

Il y a 2 ans naissait Deathwalker, un album aussi solide sur la forme que pertinent sur le fond, mené d’une main de maître par 7 Rouennais pour qui l’héritage de Mr Gemmell vaut plus que des rééditions incessantes, toutes aussi belles qu’inutiles, de ses œuvres les plus cultes. De ses premiers pas au fin fond d’un sous-sol aussi étroit qu’étouffant d’un bar de Rouen au Hornerfest en Allemagne aux côtés de Finntroll et Skyforger, sans oublier un passage remarquable au Cernunnos Fest, on peut dire que Deathwalker a grandi ! Et pour reprendre un concept fort « Gemmellien » on peut même dire qu’il a vieilli et qu’arrivera un moment où, rempli de sagesse et fort de son impact sur le monde, il laissera sa place dans la lice à un combattant plus vigoureux. C’est ainsi que naît Nadirs. Continuer la lecture de Drenaï – Nadirs

Hypocras – Implosive

14955780_1293457590677076_8070966497866322563_n

Trois ans après un premier album extrêmement prometteur, nos petits Suisses préférés d’Hypocras sont de retour avec un tout nouvel EP intitulé Implosive ! On retrouve sur l’artwork l’animal que le groupe semble avoir adopté en tant qu’emblème, à savoir le sanglier, pour un effet “hyper bestial”, si l’on reprend leurs termes. Ladite pochette a été réalisée par Diego, guitariste de Burning Flesh, groupe genevois de death metal. Continuer la lecture de Hypocras – Implosive

Dzivia – Dream Reaper [FR]

dzivia_dreamreaper

 

En attendant le prochain album de Dzivia, voici une chronique du premier album pour se mettre dans le bain.

Ce qui est frappant dès les premières compositions, c’est qu’on sait déjà qu’on a affaire à une production de qualité et à un ensemble très fluide. On passe d’un registre à l’autre aisément et les morceaux suivent une évolution naturelle.

De la mélancolie timide et contemplative de « Serca Puscy (Heart of the Forest) » à l’enchanteresse « Vilija » en passant par l’épique « Abudžeńnie Cmoka (Dragon’s Awakening) », tout sonne à la fois unifié et aussi diversifié grâce à des mélodies et à des instruments qui sortent du lot et deviennent le cœur des compositions. Sans être dans quelque chose de forcément entraînant ou répétitif, certains airs marquent et viennent s’ancrer dans notre esprit comme le violon sur «Zbroja dy połymia (Fire and Swords) » et c’est désormais à ceci que je pense pour en quelque sorte définir Dzivia.

Ce qui pourrait plus spécifiquement définir la signature d’Artur Matveenko, c’est la maîtrise et la mesure, que cela soit pour le choix des instruments que pour l’évolution et la gestion des registres. Et ce à un tel point que lorsque l’on croit s’envoler pour un nouvel air épique et très chargé, on rétrograde en fait pour quelque chose de beaucoup plus minimaliste qui fait toute la finesse et la délicatesse du morceau. Cela arrive à plusieurs reprises sur l’album et on se fait toujours surprendre dès les premières écoutes mais au final, ces petits « croche-pattes » deviennent les moments préférés.

En somme, quel que soit le registre ou le ton employé, on n’est jamais dans quelque chose de pompeux ou de tape-à-l’œil. Tout reflète d’une certaine manière une attitude particulière du compositeur par rapport à sa propre musique : de la sincérité de toute évidence, mais aussi une humilité assez surprenante vu la qualité et toute la richesse des compositions. Je me rends compte que c’est quelque chose qui semble être assez commun chez une partie des autres musiciens du Belarus. Et finalement, cette bonté et cette honnêteté ne formeraient-elles pas un frein à l’ambition ? Pas pour tout le monde, espérons-le. Fort heureusement, cela ne semble pas être le cas pour Dzivia.

Pour ceux qui auraient manqué la nouvelle, voici la chanson extraite du prochain album, “Vataha”:

Le premier album ainsi que ce single sont disponible en vente digitale sur Bandcamp ici et vous pouvez retrouver Dzivia sur Facebook, Soundcloud et VK.

Vous pouvez également suivre les autres travaux d’Artur Matveenko ici.

Mäntymetsä.

Tracklist:

  1. Serca Puščy (Heart of the Forest)
  2. Zbroja dy połymia (Fire and Sword)
  3. Skarby Aniolaŭ (Treasure of the Angels)
  4. Kaladnaje Koła (Old Belarusian song)
  5. Pahonia Pryvidnych Vieršnikaŭ (Ghosly Chase)
  6. Šeście Pamierłych (Dead Procession)
  7. Abudžeńnie Cmoka (Dragon’s Awakening)
  8. Vilija
  9. Stračanyja Padańni (the Lost Tales)

7.5/10

In Extremo – Quid Pro Quo

in-extremo

Bonjour à tous chers lecteurs de Valkyries Webzine. Je me présente, Cide, et j’ai le plaisir de vous annoncer mon arrivée au sein des Valkyries en tant que chroniqueur. J’espère que vous prendrez autant de plaisir à lire mes chroniques que j’en aurai à les rédiger. Je vous souhaite donc une bonne lecture pour ma première chronique de l’album « Quid Pro Quo » du groupe In Extremo.

Continuer la lecture de In Extremo – Quid Pro Quo