MÖHRKVLTH – A-dreñv ar vrumenn

Aujourd’hui, la Bretagne est grande par ses chants venus des profondeurs de Brocéliande. Aujourd’hui, la Bretagne vit sa renaissance,  ne  se cachant plus dans le silence. Aujourd’hui, revenons aux origine de cette terre Païenne qui a subi tant de souffrance et de haine. Aujourd’hui, revenons à nos racines à l’abri dans nos huttes, car il est temps que je vous parle de MÖHRKVLTH.

MÖHRKVLTH est un groupe de Black-Metal Breton dont la particularité est justement d’interpréter ses textes en Breton. Difficile de ne pas avoir entendu parler du groupe pour les habitants de la Bretagne tant le groupe est fier et inspiré par sa terre natale.  MÖHRKVLTH c’est aussi de nombreux concerts dont le cadre et les thématiques ne sont jamais choisis au hasard (Samaïn fest, Cernunnos Pagan Fest, les feux de Beltane etc.). Après une démo très prometteuse et un split des plus efficaces avec GARHELENTH ; MÖHRKVLTH nous fait l’honneur de nous présenter son premier album : « A-dreñv ar vrumenn » qui clarifie tout de suite les choses : MÖHRKVLTH est un concept avant d’être un groupe.

 

Je ne vais pas m’attarder ici à faire une chronique titre par titre car la musique de MÖHRKVLTH est douée d’une profondeur et d’une cohérence indéniables qui nous obligent à  nous enivrer de sa poésie sans aucune interruption. Je vais donc essayer de retranscrire au mieux cette atmosphère palpable qui nous donne envie de tout quitter pour réapprendre à communiquer avec notre terre et ses racines.

 

« A-dreñv ar vrumenn » s’ouvre sur des chants païens qui nous font réellement penser à une cérémonie, un rituel qui nous invitent à nous défaire de toute contrainte pour ne faire qu’un avec la musique. Nous découvrons donc la musique de MÖHRKVLTH : un son ni trop propre ni trop sale pour du black metal, car toujours maîtrisé. Les mélodies peuvent parfois paraître sombres ou parfois joyeuses, mais toujours enveloppées d’une tristesse et d’une poésie omniprésentes. Le chant de Hiron (trop en retrait à mon goût) accentue cette profondeur et cette mélancolie qui attisent notre curiosité de savoir ce qui se cache derrière ce chant en Breton. D’ailleurs, le chant en Breton se marie-t-il bien avec le Black/Metal ? La réponse est oui ! Enfin, de la manière dont c’est fait chez MÖHRKVLTH, le résultat est plus que convainquant.

Les titres peuvent paraître très simplistes dans leurs structures, mais se révèlent être plus complexes après plusieurs écoutes tant les enchaînements de riffs ne sont jamais choisis au hasard, mais souvent pour introduire une mélodie de fin qui vous fera voyager sur leur terre. Certains titres se montreront plus sombres « Kan An Anaon » ou « A-drenv Brummen An Istor », d’autres utiliseront des guitares acoustiques du plus bel effet « Diseol » ou « Ar glav a walc’h park an emgann » toujours accompagnées par des cœurs omniprésents.

 

Des cœurs venus des profondeurs de la pierre, des guitares lead épiques ruisselant vers nos oreilles comme les vagues de la mer, des guitares acoustiques résonnant avec les crépitements des flammes d’un feu immortel et des rythmes endiablés nous donnant envie de danser avec le diable au clair de lune, bref MÖHRKVLTH est inspiré et nous inspire. Je ne peux que vous conseiller de vous procurer l’album mais surtout de l’écouter dans un cadre particulier. Car la musique de MÖHRKVLTH mérite d’être appréhendée dans un univers exceptionnel et unique si l’on souhaite percevoir ses  secret et sa complexité.

——————————————–

Note : 9/10

Sortie le : 02/07/2018

  1. Bardo Thodol part I
  2. Goulou Yen An Heol Skuiz
  3. Kan An Anaon
  4. Diseol
  5. C’hwezh Ar Gwad
  6. A-drenv Brummen An Istor
  7. Klozadur

CIDE

Laisser un commentaire