Grimner [FR]

12938254_10208830673901495_199231328017524988_n

J’ai eu la chance de rencontrer tous les membres de Grimner après leur show au Ragnarök Festival et de leur poser quelques questions !

Hey Grimner ! Avant tout, pouvez-vous présenter le groupe ?

– Oui bien sûr !

– Moi c’est Johan, je joue de la flûte, de la mandoline et de la cornemuse.

– En gros tout ! Je ne suis pas ce mec !

– Je m’appelle Henry, je suis batteur.

– Je m’appelle David, je suis bassiste.

– Moi c’est Marcus, je suis guitariste et fais les chants clairs.

– Je suis Ted, je growle et joue de la guitare.

– Et je suis Kristoffer et je joue de la guit … du synthé !

Pourquoi avez-vous choisi d’appeler le groupe « Grimner » ?

Parce que c’est un nom qu’Odin empruntait lorsqu’il venait parmi les hommes, et nous pensions que cela collait à notre concept dans la mesure où nous explorons le lien entre les dieux et les humains vu de différentes perspectives !

Pour ceux qui ne vous ont jamais vus en concert et qui n’étaient pas là aujourd’hui, comment décririez-vous vos shows ?

Énergique ! Et joyeux aussi je pense ! Et un peu méchant ! Nous nous efforçons d’établir une connexion entre le public et le groupe, et de passer un bon moment, de donner envie aux gens de danser. Nous voulons être dynamiques, tout comme le show, car il est à la fois puissant et il y a toujours des moments joyeux qui incitent à chanter et à sautiller. Donc nous espérons que ça ait été le cas tout à l’heure.

Cela doit être assez symbolique pour vous de jouer ici car votre nouvel album raconte l’histoire du Ragnarök, quel effet ça fait de jouer dans un tel endroit ?

C’est absolument incroyable. Comme c’est en Allemagne, ça ne peut être qu’un endroit fabuleux. Chaque site en Allemagne est agréable, il y a un bon public pour ce genre de musique. C’est la première fois que nous venons au Ragnarök et nous passons un très bon moment. C’est génial, vraiment génial.

J’évoquais votre nouvel album tout à l’heure, Frost Mot Eld … Je ne sais pas si je prononce bien …

C’est la meilleure prononciation que nous ayons entendue !

… qui est donc sorti il y a une semaine. Tout d’abord, que signifie le titre ?

« Le gel contre le feu » !

Et je suppose que vous avez déjà eu des retours ?

Oh oui ! Les médias principaux disent que c’est un bon album, et les médias spécialisés en folk metal adorent cet album !

Au début de votre carrière vous chantiez en anglais, puis vous avez décidé de passer à votre langue natale qu’est le suédois depuis votre 1er album, était-ce une volonté de vous sentir plus proches de vos racines ?

– Chanter en anglais ne sonnait pas bien, et le suédois rend nos chansons plus authentiques.

– C’est ce que je me tuais à te dire, mais tu ne voulais pas …

– Non non non ! Pas au départ, je pensais que c’était une bonne chose, pour le commercialisme, etc.

– Je ne crois pas que nous ayons déjà eu des plaintes comme quoi nous chantions en suédois.

Vous avez mis un terme à votre collaboration avec le label russe Stygian Crypt Productions, avec qui vous aviez sorti Blodshymner. Vous en avez commencé une nouvelle avec le label suédois Despotz Records, comment cette collaboration se passe-t-elle, en êtes-vous satisfaits ?

– C’est très agréable de travailler avec eux, ils font un bon travail pour tout ce qui touche à la promo.

– Et ils nous font gagner de l’argent !

– Leur approche est plus moderne, ils sont très forts en promotion !

Peut-on considérer Frost Mot Eld comme un album concept ? Était-ce le cas pour Blodshymner, avait-il un thème principal ?

Blodshymner n’a pas vraiment de thème principal. Nous avons juste gardé des chansons, plus ou moins récentes, que nous avions depuis un moment et que nous avons utilisées pour faire un album. Mais Frost Mot Eld est effectivement un album concept.

Quels sont les groupes qui vous influencent ? Je pense notamment à Finntroll, Manegarm et Metsatöll lorsque je vous écoute, êtes-vous d’accord ?

Pour Finntroll, et surtout Manegarm, absolument ! Mais ce qui est intéressant, c’est que selon l’endroit, les gens ne nous comparent pas aux mêmes groupes. Par exemple en Suède on nous rapproche de Moonsorrow, mais d’autres groupes aussi. Certains disent que nous sommes un mix entre Turisas et Korpiklaani.

D’ailleurs, quels groupes aimeriez-vous voir pendant le festival ?

Surtout Eluveitie, parce que je les écoute depuis très longtemps mais je n’ai encore jamais eu l’occasion de les voir. Et Manegarm et Thyrfing.

Parlons des concerts à présent. Jusqu’à maintenant vous avez joué en Suède, en Finlande, au Danemark, aux Pays-Bas, en Belgique, en Allemagne. Y a-t-il un endroit où vous avez vraiment envie de jouer ?

Nous voudrions venir en France, on veut nous booker, mais ils ne peuvent pas nous donner assez. Il faudrait que nous programmions une tournée, quelque chose comme ça. Sinon nous aimerions aller aux Etats-Unis et au Royaume-Uni. Nous voulons voir de nouveaux endroits, que ce soit à l’ouest, à l’est, au nord, au sud, peu importe. Mais le prochain objectif, c’est le Royaume-Uni.

Et pour l’instant, où préférez-vous jouer ?

En Allemagne, c’est toujours bien, c’est la raison pour laquelle nous allons y faire une tournée. Mais en Angleterre ça doit être cool aussi, surtout pour la bière et les pubs !

Vous avez partagé l’affiche de grands groupes tels que Korpiklaani, Vorna et Frosttide l’année dernière. Comment cela s’est-il passé ?

Pour Vorna et Frosttide c’était une collaboration avec un booker finlandais. Nous avons juste tourné avec Vorna, et avons fait quelques dates en Suède et en Finlande. Pour Korpiklaani, ils venaient en Suède mais ils n’avaient pas trouvé de groupe pour leur première partie et ils se sont dit « quel groupe conviendrait mieux que Grimner ? ». C’était vraiment fantastique !

Vous serez à l’affiche de l’Hörnerfest en Allemagne en juillet prochain. Avez-vous d’autres dates de prévues ?

Hier nous avons annoncé une petite tournée d’une semaine au moment de l’Hörnerfest. Et nous préparons quelque chose pour l’hiver prochain mais nous attendons la confirmation.

J’aimerais parler de votre premier clip, « Eldhjarta », sorti en février dernier. Pouvez-vous dire quelques mots à ce sujet, et pensez-vous sortir un nouveau clip prochainement ?

Le tournage était super, nous voulons absolument en tourner un autre ! Il faisait froid, il pleuvait ou neigeait toute la journée, sur les guitares. Nous sommes vraiment très contents du résultat, il me semble que nous avons atteint les 2.000 vues, donc c’est vraiment cool, nous sommes très heureux. Le résultat est très professionnel, et comme c’était notre 1er clip c’était une super expérience !

Vous avez sorti un EP acoustique De Kom Fran Norr l’année dernière. C’est très différent de ce que vous avez fait auparavant, cela devait représenter un défi pour vous.

Oui je pense que c’est assez différent de ce que nous faisons habituellement, mais nous avons fait beaucoup de lives acoustiques dans la rue par le passé, comme des troubadours ! Du coup l’idée est venue assez naturellement. Nous avons également joué dans un petit festival médiéval en Suède, et nous avons fait une vidéo d’une reprise acoustique de Manegarm, et il y avait beaucoup de vues et de commentaires positifs, les gens ont beaucoup aimé. Et nous voulions sortir quelque chose avant le nouvel album, on a fait ça pour nous.

Vous êtes six dans le groupe, c’est beaucoup ! Comment procédez-vous pour composer les morceaux ?

[Les musiciens désignent Ted]

La dictature, absolument ! J’écris toutes les musiques et nous nous rassemblons pour l’enregistrement et nous échangeons nos idées. Ça rend la chose plus intéressante et dynamique. Et j’écris souvent les paroles.

Merci beaucoup d’avoir répondu à mes questions, voulez-vous rajouter quelque chose pour conclure l’interview ?

Achetez nos disques ! Et merci beaucoup pour le soutien !

12961624_10208816416385066_6411896090904511654_n

Laisser un commentaire