STILLE VOLK – PEIRA NEGRA

La Peira NegraVoilà nos chers Pyrénéens qui reviennent en studio environ 5 ans après leur très enivrant « Nueit De Sabbat ». Alors cinq années c’est long me direz-vous. Oui certes, mais c’est aussi le temps qui leur a fallu pour nous faire danser jusqu’à la transe sur des titres tels que « Danse De La Corne » ou « Banquet ». La question est, ce temps a-t-il été mis à profit dans ce nouvel opus qu’est « Pèira Negra » ?La réponse est simple, absolument. Cependant, il nous sera plus difficile de danser l’ivresse de l’existence durant l’écoute de cet album. En effet le sujet traité cette fois ci n’est pas des plus joyeux…
Une pierre, entité immuable à jamais dans le repos de sa propre éternité, se voit soudain animée du souffle de la vie et de ses soucis de conscience. Sujet des plus complexes à mettre en musique s’il en est… Et pourtant, le quatuor occitan arrive à nous immerger dans une ambiance caverneuse où divers sentiments nous submergent, la peur, la folie, le doute et un soupçon d’espoir qui n’est pas pour déplaire!
Musicalement parlant, avec Stille Volk aux commandes, pas de déceptions possibles ! On entend donc les sonorités qui font la marque de fabrique de la formation, Whistle, Vielle à roue, Bouzouki, Bombarde et autres instruments folkloriques, ainsi que de nouvelles aux teintes cuivrées qui participe grandement à l’immersion rocailleuse du set. Cette immersion commence dès le premier titre « Dementis Maudiçon » avec une mélodie aliénante qui ferait presque perdre la raison. Elle s’accentue avec le titre éponyme « Pèira Negra », une reprise de musique traditionnelle occitane entièrement chantée dans la langue appropriée ! Puis on relâche finalement la pression avec l’avant-dernier titre dont la joyeuse mélodie accompagne notre chère pierre à quitter la solitude pour la compagnie de divers êtres.
Et cette voix ! Comment traiter de cet opus sans en parler… Si pour une première écoute de n’importe quel titre du groupe, le chant de Mr Lafforgues peut surprendre ou rebuter par sa diction marquée et envoutante, force est de constater qu’il ne sera jamais aussi bien mis en valeur que sur cet album. Et pour étayer mes propos, rien de mieux que le 3eme titre « L’Eveil Du Spectre » dans lequel le chanteur fait littéralement parler la pierre ! Tout simplement vibrant de puissance !
Finalement la seule petite déception viendra, pour ma part, du dernier titre. Même si on appréciera grandement la reprise de Mercyful Fate « Come To The Sabbath », hommage qui correspond parfaitement à l’univers global de Stille Volk, et bien que ce titre encre un peu plus qu’il n’y était déjà la formation dans le monde du métal (présence de guitare saturée et riff dont la paternité ne sera en aucun cas contestée), c’est une musique que j’aurais préféré entendre sur un autre album que celui-ci. En effet il casse l’ambiance instaurée tout au long de l’écoute et ça me chagrine un peu !
Voilà, tout ça n’est que des mots qui me laissent un choix très limité pour faire comprendre à quel point ce nouvel album de Stille Volk est riche, intelligent, et innovant. Il ne vous reste plus qu’à l’écouter, et à vivre une expérience de calcification auditive des plus jouissives !

Grymauch

NOTE : 9/10

Tracklist :

1. Dementis Maudiçon
2. Sous l’oeil de la lune
3. L’éveil du spectre
4. La Pèira Negra
5. La litanie du pétrifié
6. la Forêt Gorgone
7. Heaume de lichen
8. En occulz
9. Come to the Sabbath

Sortie : Mai 2014

Lien du groupe : Site Officiel, Facebook.

Laisser un commentaire