Rotting Christ / Carach Angren / Svart Crown (Paris)

Garmonbozia a toujours le don de nous proposer des affiches alléchantes. Cette fois-ci, l’association nous propose un joli plateau placé sous le signe du black metal. En effet, Rotting Christ et Carach Angren parcourent les routes d’Europe pour la tournée “Rituals Amongst the Rotten European Tour” en co-headlining. Ils sont accompagnés des Français de Svart Crown.

Pour leur première date de la tournée en France, les trois groupes ont fait escale dans la capitale. Malheureusement, la Seine n’en fait encore qu’à sa tête, et le concert initialement programmé au Petit Bain (qui doit très bien porter son nom en ce moment) a été déplacé au Trabendo. Cette nouvelle a cependant fait des heureux, car le concert affichait complet depuis plusieurs jours, et étant donné que la capacité d’accueil du Trabendo est plus importante que celle du Petit Bain, une foulée de tickets supplémentaires a été remise en vente !
La soirée commence donc dès 19h30 avec Svart Crown qui nous viennent de la Côte d’Azur. J’avais manqué de peu leur set lors de leur tournée aux côtés de Benighted l’an dernier, et j’avais un peu regretté sur le moment car le peu que j’avais réussi à voir m’avait plutôt plu. Il était donc hors de question pour moi de passer une fois de plus à côté de ce groupe !

Ne vous méprenez pas, si Svart Crown nous vient tout droit de la douce Riviera, la musique du groupe quant à elle n’est pas de tout repos ! En effet, celui-ci nous délivre un death metal teinté de touches black, qui n’est pas sans rappeler par moments Behemoth. Bien que l’on ne puisse pas parler d’une musique sensible à proprement parler, leur blackened death metal est au contraire froid, brutal et sans concessions, et néanmoins extrêmement technique et méticuleux. En clair, les Niçois savent frapper là où ça fait mal (ou du bien, chacun sa vision des choses) !

Pour ma part, les choses sérieuses ont commencé véritablement là, à ce moment précis, pour le set de Carach Angren. Si j’apprécie surtout les Néerlandais, c’est avant tout pour leur performance scénique à chacune de leurs prestations. Cela n’étonnera d’ailleurs personne si je vous confie avoir un énorme petit faible pour le frontman Seregor, qui ce soir encore, était hyper impliqué ! Lors de l’introduction du dernier album en date appelée sobrement “Opening”, l’ambiance horrifique est immédiatement instaurée grâce à des projections fantomatiques. C’est un détail, mais pour ma part, j’ai trouvé ça génial ! D’ailleurs, si je ne me trompe, lors de l’introduction de “Bitte Tötet Mich”, une autre apparition ectoplasmique s’est gentiment manifestée en poussant un hurlement à nous glacer le sang ! Evidemment, tous les membres du groupe étaient comme à leur habitude maquillés de leurs corpse paints cadavériques, et Seregor a porté à deux reprises ses fameux masques, dont celui du squelette couronné. Même si c’est une coutume à chaque concert du groupe, ce sont des éléments scéniques que j’apprécie toujours autant ! Le seul bémol que j’aurais à trouver concerne la setlist, puisque l’accent a été mis sur le dernier album, que je trouve moins percutant que les précédents. J’avoue donc avoir eu par moments des phases où je décrochais un peu à cause de certaines longueurs et de quelques redondances. Il faut dire aussi que j’ai été très déçue une fois encore que mon morceau préféré “Haunting Echoes from the 17th century” n’ait pas été joué. Tant pis, on ne peut pas tout avoir !

SETLIST : Charlie / The Carriage Wheel Murder / When Crows Tick on Windows / Pitch Black Box / Bitte Tötet Mich / Blood Queen / Lingering in an Imprint Haunting / In De Naam Van De Duivel / Sir John / Charles Francis Coghlan / Bloodstains on the Captain’s Log

Lorsque Rotting Christ a commencé à jouer, je me suis alors dit que le public était encore bien calme jusqu’à présent, car à partir de ce moment-là, les pogos n’ont plus cessé jusqu’à la fin du concert ! Contrairement à Carach Angren, la setlist concoctée par la formation grecque était selon moi en béton, avec des morceaux quasiment tous issus de mes deux albums préférés, Rituals et Kata Ton Daimona Eaytoy. Cependant, je trouve qu’il aurait été sympa que le groupe joue “Les Litanies de Satan”, c’était l’occasion idéale ! De plus, celui-ci aurait pu interpréter “I Will Not Serve”, nouveau single extrait de la compilation à venir.

Ce qui m’a surprise lors de ce concert, et dans le bon sens du terme, c’est que même si le groupe a comme d’accoutumée joué un set très carré, j’ai trouvé ses membres beaucoup plus proches du public et extrêmement impliqués ! Même le batteur Themis Tolis chantait ! Et comment résister aux superbes solos du guitariste lead George Emmanuel, ainsi qu’à cette ambiance occulte ! C’était d’autant plus impressionnant lorsque tout le public reprenait les diverses incantations en chœur ! J’ai bien cru que le set allait se terminer sur mon morceau préféré, “Grandis Spiritus Diavolos”, et finalement non ! Les Grecs sont revenus sur scène pour un ultime rappel, et c’est sur “Non Serviam” que ce fabuleux concert prendra fin !

SETLIST : Devadevam / Kata Ton Demona Eaytoy / Demonon Vrosis / Elthe Kyrie / Apage Satana / The Sign of Evil Existence / The Forest of N’Gai / Societas Satanas (Thou Art Lord cover) / In Yumen-Xibalba / Grandis Spiritus Diavolos / Non Serviam

Merci à Garmonbozia pour l’accréditation et pour avoir maintenu cette superbe date, et évidemment aux trois groupes présents ce soir pour cette excellente soirée !

Fée Verte

Laisser un commentaire