Les Ramoneurs de Menhirs

Pour la septième fois, la Mission Bretonne (Ti ar Vretoned) et la mairie du XIVème arrondissement de Paris s’associent pour célébrer la fête de la Bretagne du vendredi 12 mai au samedi 20 mai 2017. L’un des trois temps forts de cette semaine fut la soirée du 18, puisqu’une Crêp’Noz se tenait en plein air sur le boulevard Edgar Quinet et dans la rue du Montparnasse.

J’arrive vers 18h, lorsque les premières animations débutent, notamment le défilé de sonneurs et une prestation du Bagad Pariz. Malheureusement, une succession d’averses s’est déclarée à ce moment-là et j’ai préféré me mettre à l’abri en espérant que le déluge ne cesse vite. Car il n’y avait pas que ma dégustation de galettes bretonnes en plein air qui était en jeu, mais également un concert gratuit des Ramoneurs de Menhirs, et je craignais que celui-ci soit annulé.

Je retourne sur la place aux alentours de 20h30, et je suis rassurée de voir que la scène est toujours là, et que le public était toujours au rendez-vous pour le concert. Il a fallu patienter encore un peu, mais sur le coup des 21h, les premières notes de guimbarde et de biniou retentissent enfin ! Pour l’occasion, le groupe est accompagné d’une des vétéranes des chanteuses bretonnes, Louise Ebrel, et du Bagad Pariz.

La première et dernière fois que j’ai tenté de voir les Ramoneurs en live, c’était au Hellfest 2015 … à la Warzone … Si vous êtes un habitué des lieux, vous êtes bien au courant que c’est un vrai parcours du combattant que d’accéder à cette scène. J’avais donc renoncé au bout d’un quart d’heure et avais difficilement rebroussé chemin, en espérant avoir une nouvelle occasion de revoir le groupe dans de meilleures conditions. Voilà qui est chose faite !

A mon grand regret, je ne suis pas très bien placée pour voir ce qu’il se passe sur scène, mais ce que j’entends me suffit pour que mes jambes ne répondent plus de rien ! A l’écoute de ce punk celtique festif, l’envie de danser est tout simplement irrépressible, et c’est une grosse dose de bonne humeur et une ambiance bon enfant qui explosent dans la fosse. Finalement, on n’était pas si loin de l’ambiance « Warzone au Hellfest 2015 » à plus petite échelle, pour le meilleur et pour le pire …

Je ne l’ai appris qu’après le concert, mais ce qui est chouette avec les Ramoneurs, c’est qu’ils n’ont jamais de setlist prédéfinie ! Du coup, même si les titres incontournables sont interprétés, il y a toujours une part de surprise ! La formation bretonne alterne entre compositions originales (« Menez Daou », « Dañs Gwadek » …), morceaux traditionnels (pas forcément bretons d’ailleurs, comme « Exharia », danse traditionnelle grecque), et quelques reprises, notamment les poétiques et rebelles « Porcherie » et « La Jeunesse Emmerde le Front National » de l’ancien groupe du guitariste Loran, les Bérurier Noir.

La pluie n’aura en aucun cas gâché la fête, en revanche, les quelques larsens en début de set ont bien failli faire saigner mes oreilles. Fort heureusement, l’ingé son a su rectifier le tir très rapidement, et malgré les conditions météorologiques qui laissaient à désirer, le son s’est révélé plus que correct par la suite ! Dommage que le groupe n’ait pas pu clôturer le set sur « Viva la Révolution » à cause d’un souci technique dû à la pluie.

Le show prend fin aux alentours de 23h, et j’en ressors certes fatiguée à force d’avoir dansé sans interruption pendant deux heures, mais au moins, je ne regrette absolument pas d’avoir bravé la pluie car ce fut vraiment une excellente soirée ! A l’année prochaine Crêp’Noz !

SETLIST : Son ar gewier (Rond de Pagan) / ‘Vel an tour tan (Gavotte d’honneur bigouden) / Dans Goadek 1 (Plinn) / Pussy riotal (Laride) / Azawad dieub (An dro) / Oï Oï Oï (Kas ha barh) / If the kids are united / Marijanig (Rond de loudéac) / Ar wen avaloù (Gymnaska) / Bel’ARB / Exharia (Zonaradicos, danse trad grec) / Menez daoù (Ton doubl montagne) / Ibrahim / Vive le feu / La Makhnovtchina / Dans Goadek 2 (Plinn ton doubl) / Hir eo genin (Dans pourlet) / Blanche hermine

Prochaine date des Ramoneurs de Menhirs à Paris :

Fée Verte

Laisser un commentaire