Hellfest 2017 : Jour 3

Groupes évoqués : Devildriver / Equilibrium / Prophets of Rage / Five Finger Death Punch / Perturbator

Report par : Thrall / Morrigan / Ion Storm

Photos par : Iona Storm

Voilà voilà, je suis très en retard sur la publication du report de ce jour 3, mais comme le dit l’adage, mieux vaut tard que jamais!

En ce troisième jour de Hellfest, on a la peau noircie par la poussière, et rougie par le soleil. Nos gambettes sont bien lourdes mais il reste encore tant de choses à voir!

DEVILDRIVER

1. End of the Line

2. Not All Who Wander Are Lost

3. Grinfucked

4. Cry for Me Sky (Eulogy of the Scorned)

5. Daybreak

6. I Could Care Less

7. Before the Hangman’s Noose

8. Clouds Over California

9. Ruthless

10. Meet the Wretched

Morrigan :

Tout d’abord, je tiens à exprimer mon plus grand respect pour toutes les personnes ayant passé le weekend devant les mainstages, en plein cagnard, par plus de 35°. Je n’ai fait quasiment que Devildriver dans ces conditions, et j’ai bien pensé mourir en 1h. Merci aux lances à eau au passage !

Je ne suis pas une grande fan de Devildriver, mais ayant un peu écouté, comme tout le monde, et ne les ayant jamais vus en live, c’était l’occasion rêvée de voir ça de mes propres yeux. La hargne, le charisme du chanteur, le son plutôt correct pour une Mainstage, les fans déchaînés, un excellent moment somme toute !

On a du partir avant la fin, parce que bon, faut pas déconner, y avait Equilibrium qui enchaînait juste après, et au Hellfest surtout quand il fait chaud, si tu veux pouvoir rentrer sous une tente faut y aller bien en avance…

EQUILIBRIUM

1. Prey

2. Heimat

3. Waldschrein

4. Blut Im Auge

5. Karawane

6. Zum Horizont

7. Born To Be Epic

8. Helden

9. Unbesiegt

10. Heimwärts

11. Eternal Destination

Thrall :

Louper Equilibrium en festival, c’est louper l’une des plus grandes fêtes de l’événement ! Une fête à la gloire du métal, de la musique épique et, bien évidemment, de la bière ! Du coup, pas étonnant que je sois si fan de ce groupe tant tout est prétexte à se lâcher et à oublier ce qui nous entoure ! La fosse ne se fit pas prier pour partir en pogo dès les premières notes du concert, toujours encouragée par la puissante voix du chanteur de la formation allemande, Robse. L’ambiance était carrément festive, la poussière se soulevant du sol jusqu’à ne plus apercevoir à quelques mêtres devant soi. Je perdis même (malheureusement !) mon très cher bonnet de chat grognon dans la bousculade, et ce dans les premiers instants. Mais il n’y avait pas le temps de le regretter tant le public suivait vraiment la cadence. Pas facile de courir, donc, durant les circle pits de “Blut Im Auge” ! Mais il sera plus facile de se défendre dans les pogos rageurs des épiques “Waldschrein” et “Helden”, tandis que les plus lents “Prey” et “Born To Be Epic” seront l’occasion de voir les gaillards à l’oeuvre sur scène. Et quel moment fantastique lorsque la fosse se met à former des chenilles ainsi que des cercles de plusieurs personnes tournant sur elles-mêmes ! Les allemands sont définitivement venus foutre le bordel et c’est gagné ! Robse est très présent, les autres membres étant un peu plus discrets même si le bassiste, dernier arrivé dans le groupe, saura se dépenser. S’amuser sans compter, c’est précisément ce qu’est Equilibrium !

Morrigan:

C’était biiiiiiien ! (toujours aussi bien!) On ne s’en lassera jamais de ces allemands! Bonne humeur, fête, bon son, que demande le peuple (hormis un ventilateur géant sous la Temple car on a bien du flirter avec les 50° sous tente).

PROPHETS OF RAGE

IonaStorm :

1 Prophets of Rage

2 Testify

3 Take the Power Back

4 Guerrilla Radio

5 Unfuck The World

6 Bombtrack

7 Fight the Power

8 Hand on the Pump / Can’t Truss It / Insane in the Brain / Bring the Noise / Jump Around

9 Sleep Now in the Fire

10 Like a Stone

11 Know Your Enemy

12 Bullet in the Head

13 How I Could Just Kill a Man

14 Bulls on Parade

15 Killing in the Name

Prophet of Rage c’est l’ovni de ce Hellfest. Ce « supergroupe » rassemble trois anciens membres de Rage Against The Machine, le DJ et le chanteur historique de Public Enemy : Chuck Det le vocaliste de Cypress : Hill B. Real.

À en croire la foule massive qui se presse devant la Mainstage on préssent déjà que le show va être énorme. Petite curiosité cependant : l’avancée d’Aerosmith ayant été retirée pendant la nuit, une ligne de crash barrières a été laissée en plein milieu de la foule… 3 agents de sécurité se trouvent au milieu de cette dernière afin d’éviter que les slams ne se terminent en nuque brisée …. c’est donc devant cette « limite » que je décide de me poster, sur de simple barrières un peu … branlantes… l’idée d’un concert sans coups dans le dos me réjouis d’avance !

On commence avec le titre Prophet of Rage et on prend pleinement conscience que ces mecs … sont des géants ! Ils occupent la scène et tiennent le public avec une telle énergie, une sincérité et une puissance rarement égalée. Testify et Take the Power Back de RATM sont l’occasion pour Tom Morello de nous montrer son magnifique Fuck Trump inscrit au revers de sa guitare. Le public est sous le charme et une véritable symbiose opère. De mémoire de festivalier on avait rarement vu autant de poussière devant un concert ! Des pogos, des slams, des pits l’ambiance est incroyable. Ce qui devait arriver arriva …Le premier wall of death fend la foule … retenu par les barrières…. les gens nous poussent en arrière pour éviter la vague, la sécu elle, bourrine en avant pour tenir les barrières… et le tout s’effondre ! Votre serviteur se retrouvant par terre, jambe coincée dans la barrière brisée… le temps d’une bonne frayeur ! Mais que serait le Hellfest sans son super public et ces metalleux adorables pour m’aider ? Il en faudra plus pour venir au bout de ma motivation !

Au milieu du concert Tom Morello prend le micro pour un hommage à Chris Cornell et joue le titre « Like a Stone » d’Audioslave. Le public s’occupant spontanément de la partie chant. Le moment est puissant, émouvant. La tornade revient avec les deux tubes Know Your Ennemy et Bullet in the Head et casse définitivement la barrière qui m’accueillait pendant le concert… et puis tampi !

Ce show déjà monstrueux s’achève sur le légendaire Killing The Name, l’ambiance est … indescriptible entre symbiose totale et euphorie. Bref ce concert est déjà légendaire, du moins pour moi. J’y suis allé sans trop savoir à quoi m’attendre et j’ai pris la claque de l’année, MERCI !

Five Finger Death Punch

Iona Storm :

1Lift Me Up

2 Never Enough

3 Wash It All Away

4 Got Your Six

5 Bad Company

6 Jekyll and Hyde

7 We Will Rock You

8 Burn MF

9 Black Hole Sun

10 Wrong Side of Heaven

11 Coming Down

12 Under and Over It

13 The Bleeding

outro : The House of the Rising Sun

Vous dire que j’attendais 5FDP est un doux euphémisme ! Le groupe ayant annulé sa tournée avec Papa Roach lors des attentats j’ai une vieille rancune doublée d’impatience… Mais comble de malchance pour moi (encore!) la machine américaine vient sans Ivan Moody… Ce qui n’est pas sans créer la surprise chez un public très nombreux devant la Mainstage ! Ivan c’est le maître du jeu, notre fou adoré, notre bête de scène notre … absent ce soir ! Hé pourtant ! À les voir monter sur scène je peux vous garantir que Zoltan Bathory Jason Hook Chris Kael et Jeremy Spencer pourrait tenir le show à eux 4 tant ils ont de prestance et de charisme. C’est finalement à Tommy Vext que revient la lourde tache d’assumer le chant, surtout pour remplacer le timbre inimitable d’Ivan… enfin passons ! Passée la surprise générale le groupe entame Wash It All Away qui est sans nul doute, une de mes chansons préférées, et puis mince même à 4 c’est quand même 5FDP. Je déchaîne mes cervicales sans ménagement mais je suis … quasiment seule ! La magie n’opère que très peu à notre grand dam. Les tubes Got Your Six et Jekyll and Hyde font sensiblement remonter l’ambiance. À bien y regarder on ne comprend pas vraiment ce choix de chanteur … car en réalité Chris Kael a tout pour assurer cette place. Venant en renfort de Tommy sur quelques chansons on se dit que le monstre américain aurait largement pu faire le show complet en basse/chant. Passons.

Jason Hook et Zoltan Bathory ne sont pas en reste bien au contraire et nous offre un duo surpuissant sur Burn MF ! Passage acoustique sur Wrong Side of Heaven … et moment de solitude pour un Jason qui découvre que sa guitare n’est pas accordée (décidément!). Enfin le magistral The Bleeding vient clore le set, et nous vaut une mer de téléphones portables levés en l’air, ce qui, au vue de la nuit noire, créer une ambiance toute particulière pour accueillir ce tube. Les américains quittent finalement la scène sur The House of the Rising Sun , que j’aurai rêvé qu’ils jouent ! Enfin je vais finir par me résigner … mais attention j’attends tout de même Ivan de pied levé pour leurs retour en Europe cet hiver en compagnie d’In Flames, et cette fois sera la bonne , je l’espère !

LE FESTIVAL VU PAR…

THRALL

Les tops :

  • Un superbe temps

  • Un espace Presse très confortable et très impressionnant. Le Hellfest a su encore nous surprendre ! Tout comme sur le site du festival proprement dit et ses décors !

  • Une ambiance nocturne toujours aussi réussie

  • Des stands de nourriture très variés

Les flops :

  • Un son des Temple et Altar toujours un peu grésillants

MORRIGAN

Les tops :

  • Wardruna !

  • Le brumisateur géant (idée de génie!)

  • Déco toujours aussi sympa

Les flops :

  • Toujours BEAUCOUP trop de monde

  • Espace VIP / presse surpeuplé

  • La chaleur (mais bon ça c’est à part, c’est le côté râleur qui ressort)

  • Prix de la bière et nourriture

  • Le son des Mainstages et de l’Altar. Soit les sonorisateurs n’ont pas d’oreilles, soit il y a un autre gros souci.

Laisser un commentaire