Dalriada : Interview avec Tad et Adam.

C’est le Motocultor, les groupes, la bière, les copains… Et quelques groupes qu’on avait bien envie de rencontrer, alors ni une ni deux, on a pris rendez-vous avec les hongrois de Dalriada, profitant d’un de leurs rares passages en France pour discuter.

dalriada

  • Salut à vous ! Nous sommes aujourd’hui avec Dalriada, de Hongrie. Pour commencer, pourriez-vous nous présenter un peu le groupe comme il n’est pas si connu que ça en France ?

Alors, salut, on est un groupe hongrois de folk metal, ça fait au moins 15 ans qu’on propose notre musique, mais András, notre chanteur, compositeur, et guitariste dirait plus 18 ans s’il était présent, car il a commencé à jouer de la musique avant la formation du groupe. Cependant, le groupe s’est bien formé au début des années 2000, enfin pour ce qui est du premier lineup stable. On joue un folk metal hongrois, ce qui veut dire qu’on joue du metal mélangé avec des chansons de folk hongroises, des mélodies folk avec des paroles qui tournent autour de la mythologie, de l’Histoire, des légendes, des mythes à propos de tout le Bassin des Carpathes, le tout avec des instruments traditionnels. Par exemple, Adam ici, joue de la flûte, mais aussi la cornemuse hongroise.

  • De quel genre d’Histoire parlez-vous alors ?

Toutes sortes de guerres, de batailles, et de tragédies, car malheureusement, l’Histoire hongroise est à la fois très belle, et très tristes et déprimante aussi, car il y a eu beaucoup de dangers, d’attaques, et d’occupations par la Turquie, la dynastie Habsburg, et ainsi de suite. Notre pays a été touché par la guerre pendant des siècles.

  • Tant qu’on parle de l’Histoire de la Hongrie, vous voulez bien nous raconter une histoire en particulier ?

(discutent et réfléchissent) On a une chanson, dont le nom abrévié est « Saltarello ». Elle parle d’une grande victoire hongroise datant du milieu du Xvè siècle. Ce qui s’est passé, c’est que l’armée Turque a envahi tout le Bassin des Carpathes, et il y a eu un dernier bastion. Un dernier château qui s’appelait « Nándorfehérvár. ». A la fin, l’armée hongroise a réussi à repousser les Turcs, et plusieurs grandes figures hongroises se sont illustrées lors de cette bataille. On va jouer cette chanson ce soir !

  • Dans vos chansons, vous chantez en hongrois. Est-ce que vous pensez qu’un jour vous écrirez des chansons en anglais, ou est-ce vraiment important pour vous de préserver votre identité de cette manière ?

Ce n’est pas prévu qu’on écrive en anglais, non, car… On joue du folk metal de Hongrie, alors forcément la meilleure langue pour les paroles c’est la langue natale, le hongrois ! Ce qui est intéressant, si tu écoutes des groupes de folk de toute l’Europe, c’est que la plupart du temps, ils choisissent leur langue natale pour s’exprimer. Le folk metal se prête à ça, les chanteurs chantent dans leurs langues, ils se rapprochent donc plus de leur culture, et c’est plus authentique.

  • Laura a commencé a growler, du moins plus qu’avant. Ca offre beaucoup de diversité à votre musique…

Elle a la voix pour le faire ! Elle le faisait déjà un peu avant, et si ce n’était pas elle, on s’en chargeait.

  • Est-ce que c’est votre premier show en France ce soir ?

Non. On a déjà joué en France, il me semble deux fois en 2012, lors d’une tournée européenne avec Arkona. On a joué à Lyon, et une autre ville pas loin de Marseille dont j’ai perdu le nom . (Après discussion, il s’agit du Korrigan à Luynes).

  • Qu’est-ce que vous pensez de la France alors pour l’instant ?

D’après les shows, on n’a eu que des retours et des expériences positives. En réalité, tu ne peux pas réellement dire qu’il y a des pays où tu n’aimes pas aller. C’est toujours un plaisir de jouer à l’étranger et de découvrir de nouveaux pays. Et à chaque fois, c’est bon de revenir dans un pays où l’on a déjà joué car on sait que les gens connaissent au moins un peu notre musique, ils ont commencé à en écouter, à acheter nos albums et notre merch. Jouer de la musique de cette façon, dans un groupe actif, est évidemment une affaire de musique, mais aussi une affaire de voyager beaucoup, et de rencontrer de nouvelles personnes.

  • Des nouvelles traditions…

Exactement ! Des nouvelles traditions aussi. Je peux dire pour nous deux qu’on adore voyager. On découvre des cultures différentes, plein d’endroits magnifiques… J’adore le paysage breton ! Il me semble qu’il y a deux ans j’ai déjà joué avec un autre groupe traditionnel hongrois (pas Dalriada) à Rouen, qui était superbe.

  • Du coup j’imagine que vous vous attendez à un show mémorable ce soir ?

On espère bien sûr !

  • J’espère qu’il y aura du monde…

On espère aussi ! Même si on va jouer tard [le groupe a rencontré des difficultés à venir jusqu’au festival. Ils devaient jouer à 18:30, ils ont été décalés à 1:00] On va donner tout ce qu’on a, ça je peux le garantir !

  • Je voulais revenir un peu en arrière. On a déjà parlé de comment Dalriada est un groupe assez ancien. Vous avez changé de nom. Vous êtes passés de « Echoes of Dalriada », à « Dalriada », pourquoi ?

Oui. Pour être plus précis, quand on a formé le groupe au tout début, on s’appelait bien Dalriada. Mais après, on a appris qu’un autre groupe australien avait le même nom…

  • d’Australie, wah ! Ca fait loin tout ça !

En effet, genre à l’autre bout du monde ! Mais on a pensé que ça pouvait nous porter préjudice qu’un point de vue juridique. Mais après quelques années, on s’est dit « allez merde ! « . Et depuis, rien, personne n’en a rien à faire. Le mot « Dalriada » est déjà assez difficile à reconnaître, à comprendre, alors « Echoes of Dalriada »… C’est beaucoup plus simple de cette façon.

  • Vous devez l’entendre tout le temps, mais on voulait quand même parler de l’Eurovision avec vous ! Vous avez candidaté. Vous espériez vraiment gagner ou c’était juste pour le fun ?

En fait, on en avait parlé entre nous, mais plus pour rigoler, on ne pensait pas vraiment participer. En particulier parce que la chanson que nous voulions présenter était une chanson traditionnelle hongroise mélangée avec du metal. Elle n’aurait pas correspondu à la compétition car on peut seulement participer avec une chanson qu’on a entièrement écrite soi-même. On aurait perdu dès notre inscription…

  • Vous tournez pas mal en Europe maintenant. Vous avez des projets concrets ?

[Oui mais pas le droit d’en parler] Oui, on a des shows de prévus en Allemagne, en Russie…

  • avec Arkona ?

Non, pas cette fois.

  • Ohhhhhhhh…

[Rires] On n’a pas encore le droit de dire avec quels groupes non plus, mais vous verrez ! On a quelques shows de prévus en Hongrie aussi.

  • Tiens, en parlant de performances live, vous avez déjà pensé faire un DVD live ?

Oui. Ca fait longtemps qu’on y pense, on veut faire un DVD live, et on a déjà essayé. On a tenté d’enregistrer quelques concerts, mais il y a toujours un truc qui n’allait pas. Soit c’était la qualité du son qui n’était pas satisfaisante, soit c’était la qualité visuelle. Mais disons que dans un an ou deux, il y aura ce DVD. On veut le rentre parfait.

  • Une dernière petite question : je voulais parler de « Foras » un peu. C’est une sorte de compilation avec des chansons remasterisées, et deux reprises. Vous le considérez vraiment comme un album à par entière, ou plus une sorte de cadeau pour les fans ?

C’est vrai, ce n’est pas un vrai album, c’est plus une compilation. C’est un peu comme un best of mais avec une approche différente. On a toujours voulu faire un album acoustique. Nous essayer à l’acoustique car on a déjà joué comme ça ces dernières années.

  • On va conclure cette interview ici. Est-ce que vous avez des projets ou d’autres choses que vous aimeriez ajouter, dire ?

Et bien, on est déjà au travail sur de nouveaux titres, mais on ne peut pas en dire beaucoup plus pour l’instant. Mais pas d’inquiétudes à avoir, tôt ou tard un nouvel album va arriver. Et tant qu’on ne perd pas une jambe ou un bras on continuera de tourner.

  • Un grand merci à vous pour nous avoir accordé du temps, et bonne chance pour le concert !

Merci à vous.

Interview réalisée par Thrall et Morrigan. Un grand merci à Karine et à l’ensemble du festival pour leur accueil, et à Dalriada pour leur disponibilité malgré les conditions.

Laisser un commentaire