Blind Guardian / Orphaned Land Paris 14/04

C’est dans la fournaise d’un Paris par 25°C et après quelques déambulations dans les rues de la capitale que la bonne provinciale qui ne va jamais à Paris que je suis se dirige vers le Bataclan. Et affronte courageusement les quelques centaines de mètres de la file de fans. Quelques discussions en attendant, les portes ayant ouvert légèrement en retard, pas de doute tous sont là pour les légendes Blind Guardian, et à ma grande surprise, beaucoup ne connaissent pas ou seulement de nom Orphaned Land, groupe qui, au contraire, justifie le déplacement pour moi. N’advienne que pourra on verra bien la réaction du public !

DSCN2292

ORPHANED LAND

 

DSCN2285

  • Report

Ahhh Orphaned Land ! Personne ne s’attendra ici à ce que je fasse un report subjectif, étant une immense fan de ce groupe autant pour leur musique que pour le message qu’ils délivrent. C’est donc devant que je vais me positionner (à mon grand malheur comme je le constaterai plus tard, mais je suis incorrigible, j’aime je vais supporter devant). Classique entrée du groupe sur All is One / Simple Man, et déjà Kobi sollicite le public de partout, ouf on est sauvés, même les fans endurcis de Guardian se prêtent au jeu pour faire de ce concert une grande fête ! Aïe par contre, dès le début, la voix est plutôt faible (ce sera plus ou moins rectifié au cours du set, mais sans doute en étant devant forcément on n’a pas le meilleur son, la vie est faite de choix difficiles…), et les basses très fortes voire écrasantes (il faut avouer que la puissance de Uri, bassiste, et Matan, batteur est telle que forcément ils en font du bruit à deux!). Malheureusement, le groupe ce soir n’est que la première partie de Blind Guardian, c’est donc une setlist écourtée à laquelle nous aurons le droit : pas de Brother, pas de Let the Truce be Known, mais quelques perles quand même : The Birth of the Three, l’une de mes chansons préférées sera jouée et j’ai dû rester un bon moment avec un sourire béat au coin des lèvres en en entendant les premières notes, on commencera même à sautiller dans la fosse à l’issue de ce titre ! Le public est réceptif mais reste sage.

DSCN2283

Arrive LE titre emblématique du groupe : Sapari. Après un petit speech délivré par Kobi sur la paix et les relations israélo-palestiniennes, on nous annonce un, ou plutôt une invitée spéciale pour ce soir : Johanna Najla, danseuse d’origine libanaise (oui, la même que celle qui était montée sur scène avec eux au Hellfest 2011 avec tant de courage et qui est devenue un véritable symbole), dansera avec le groupe sur le titre. Quel moment parfait, et quelle émotion, quelle ambiance (bon forcément on n’est pas beaucoup à chanter en cœur puisque les paroles sont en hébreu mais cette bonne humeur partout, c’est magique et c’est exactement ce qu’on aime en Orphaned.). On se remet quelques instants quand la fin du set s’annonce déjà : « il va falloir sauter tous ensemble Paris ! », oui c’est Norra el Norra, pour le final habituel, sur lequel Johanna sera présente ici encore. Comme toujours et malgré ces quelques soucis de son, le groupe a livré une prestation plus que solide, pleine d’enthousiasme (O combien contagieux), on notera aussi que la dernière fois que j’avais vu le groupe, Idan (guitariste ayant remplacé Yossi Sassi) venait tout juste d’arriver, il semble nettement plus « intégré » et à l’aise maintenant.

DSCN2290

  • Setlist

All Is One

The Simple Man

Barakah

The Kiss of Babylon (The Sins)

Birth of the Three (The Unification)

Olat Hatamid

Sapari

In Thy Never Ending Way

Norra El Norra (Entering The Ark) + Ornaments Of Gold

BLIND GUARDIAN

DSCN2298

  • Report

Ahhhh Blind Guardian… En fait pas tant que ça, j’étais à ce concert avant tout pour Orphaned n’étant pas fan de power à la base, mais bon avoir Blind Guardian avec, ça fait quand même un sacré package, surtout pour quelqu’un comme moi qui n’avais jamais vu ces légendes en live. Bien posée une bière à la main, je reste plus derrière pour ce concert dans l’espoir d’un meilleur son (et parce que je n’avais pas la foi pour affronter les die hard fans de devant…). J’aurai bougé un peu partout dans la salle avant de trouver un endroit où le son était pas mal mais rien à faire, il ne sera vraiment bon nulle part. Ce qui n’a pas empêché le groupe de livrer une prestation assez impressionnante ce soir, même pour les non fans tels que moi. Avec un public acquis à sa cause, le groupe démarre sur les chapeaux de roue avec le nouvel album. L’ensemble du set sera un savant mélange entre titres plus anciens, et titres du nouvel album, et je dois dire que ça se mélangeait de manière parfaitement homogène. De la technique, de la rapidité, de l’efficacité, un jeu de lumières plutôt discret et ne servant que mieux la musique, et surtout un Hansi Kürsch toujours autant en voix, plus que ce que je n’avais imaginé, tout de suite ça apporte encore plus de puissance, encore plus quand le public ne fait qu’un. C’est vrai qu’au bout d’un moment j’ai trouvé le temps long, avouons que pour une non fan, 2h de set d’un style dont on ne raffole pas c’est un peu indigeste, évidemment je ne nierai jamais que le show était énorme, et non ennuyeux, question de subjectivité : les goûts et les couleurs !

Gros point fort de la prestation pour moi cependant : Miracle Machine, et A Past and Future Secret en acoustique (son parfait là pour le coup), et cette impression de proximité avec le groupe et de réelle communion, même en se trouvant derrière, c’était magique. Il se pourrait même que quelques frissons aient parcouru mon échine pendant le second morceau. Et ben sûr les titres emblématiques dans les rappels : Valhalla, The Bard’s Song, Mirror Mirror, ça reste quand même des valeurs sures, on sent que c’est rôdé, les musiciens (et la prestation dans l’ensemble) sont très carrés, mais contrairement à bien des grands groupes ils communiquent et arborent de grands sourires pour le plaisir de tous !

DSCN2300

  • Setlist :

The Ninth Wave

Banish from Sanctuary

Nightfall

Fly

Tanelorn (Into the Void)

Prophecies

The Last Candle

Miracle Machine

(Accoustic)

A Past and Future Secret

(Accoustic)

Bright Eyes

Welcome to Dying

Imaginations from the Other Side

Encore:

War of Wrath (Intro)

Into the Storm

Twilight of the Gods

Valhalla

Wheel of Time

The Bard’s Song – In the Forest

Mirror Mirror

Et c’est le moment de dire au revoir. Si Orphaned Land ont été, comme à leur habitude, proche des fans, discutant et signant à tout va, Blind Guardian se sont fait attendre, ils se sont néanmoins tous arrêtés pour leurs fans à la sortie de la salle. Ce fut une bien bonne soirée en résumé, pleine de rencontres, avec deux groupes en super forme, tout comme le public ! Pas une seconde je n’ai regretté d’avoir fait le déplacement de Nantes pour ça, merci Garmonbozia pour ces concerts d’anthologie!

Follow Orphaned Land on : Facebook, Official Website

Follow Blind Guardian on : Facebook, Official Website

Laisser un commentaire