Beermageddon Fest VI

beerma2016

Trois jours après l’excellent concert donné par Kampfar et Vreid, me voici de retour au O’Sullivans Backstage by the Mill pour ce qui est désormais l’un de mes petits rituels de l’automne : le Beermageddon Festival, dont la sixième édition est organisée par Battle’s Beer et Ondes Noires. Et les deux assos nous proposent une fois de plus une bien belle affiche black pagan cette année avec Negură Bunget, Bran Barr, Lappalainen et Aegir !
Il est 19h et les quatre Parisiens d’Aegir font leur entrée en scène face à un public encore clairsemé. Cela n’empêchera pas Einherjar, Hermod, Barbatos et Heimdall de donner le meilleur d’eux-mêmes. Ne serait-ce qu’à travers leur pseudo, on devine aisément que la thématique centrale abordée par le groupe est la mythologie nordique. Je ne connaissais pas le combo jusqu’à ce soir et malheureusement, je ne fus pas dans les meilleures conditions pour les découvrir puisque la qualité sonore laissait à désirer. Néanmoins, au fur et à mesure du set, l’on a pu noter une légère amélioration de ce côté-là. Musicalement parlant, Aegir nous propose un black / death pagan avec des petits élans thrash. Rien de bien révolutionnaire en soi, mais pour débuter la soirée, c’était suffisant pour échauffer le public.p1140914

SETLIST : Intro : Through tides and shores / Fenrir / The Fire of Muspelheim / Ringhorn / Thought and Memory / Last Battle

Trois-quarts d’heure plus tard, je reviens en terrain familier avec les Lillois de Lappalainen, que je m’apprête à voir pour la troisième fois. La salle est déjà plus remplie, et l’ambiance monte d’un cran grâce à des morceaux festifs qui ne sont pas là pour nous déplaire. Enfin, ils auraient pu l’être davantage si la flûte de Victor n’avait pas été si discrète, dommage … Quoi qu’il en soit, le sextet s’est donné à fond ce soir, et nous a fait plaisir en jouant plusieurs morceaux issus de leur prochain album, au milieu des petits classiques de Kraken’s Awakening ! Et j’avais oublié le rituel du guitariste Julien de slammer avec son instrument dans la foule, c’est toujours sympa à voir !p1140929

SETLIST : Swamplord / Cresting the Waves / Maelstrom / Sludgeborn / Riding on the load of hay / Mudwaltz / Kraken’s Awakening

Tu te souviens de la première édition du Ragnard Rock Festival l’an dernier ? Et de son running order plus que capricieux le vendredi ? Et surtout, de Fée Verte, pas, mais alors pas contente du tout d’avoir loupé le set de Bran Barr ce jour-là ? Grâce au Beermageddon, j’ai enfin l’occasion de me rattraper, et il va sans dire que j’attendais de voir les Parisiens les plus bretons qui soient avec impatience. Le line-up habituel débarque, à l’exception du guitariste Fir Doirtche, remplacé pour l’occasion par Nesh, ancien guitariste de la formation, et désormais membre des non moins fameux Nydvind. Sans plus attendre, le sextet délivre son « celtic war metal » avec une énergie folle, soutenu par un violon entraînant (mais là encore, parfois trop en retrait malheureusement). Le public est désormais incontrôlable. Ça danse, ça pogote, ça sautille … Et c’est sur la chanson à boire « Righ’Beern » qui clôturera cette petite heure de bonne humeur que je déciderai de me joindre à tous ces gais lurons pour une petite gigue finale … Bran Barr, merci à vous pour ce bon moment, au plaisir de vous revoir bientôt !p1140940

SETLIST : Intro / Ultraigh Tri Codacht’Ruin / Celebration – Son of Nuadh Amhach / Pride and Malevolence / Rebirth – Morgan’s Gift to Righ’Sidh / Bàas in the Underworld / Fury – Exile of the Orphan / The Lamentable Tragedy of Deirdra / Righ’Beern

Le premier Ragnard Rock Festival avait également été l’occasion pour moi de voir pour la première fois un des groupes emblématiques de la scène metal roumaine. Je veux bien entendu parler de Negură Bunget, mené par le batteur originel Negru. Pour être franche, leur prestation au RRF avait plus eu l’effet d’un somnifère qu’autre chose sur ma personne. Peut-être cela venait-il du fait que la setlist était majoritairement consacrée à l’album Tau, qui m’avait paru plus atmosphérique, voire ambiant, que black. J’ai donc pris sur moi pour ne pas quitter la salle avant la fin du show, et j’ai sacrément bien fait, puisque le set de ce soir m’a permis de complètement réviser mon opinion. Premier point pour me rallier à la cause des Roumains, une setlist survolant une bonne partie de la discographie du groupe, et pour cause, celui-ci fête cette année ses vingt ans de carrière. Résultat, j’ai été agréablement surprise de constater que Negură Bunget était capable de faire dans le violent aussi. Mais attention, du violent, certes, mais du violent subtil. Et c’est ce qui me fait venir au deuxième point qui m’a séduite, qui est le côté introspectif de la musique du groupe. Il n’y avait qu’à regarder l’ensemble du public complètement en transe pour s’en assurer. Finalement, Negură Bunget a ce mérite très rare d’avoir compris ce qu’était censé être le folk metal : une musique méditative, en parfaite communion avec les éléments et la nature, chantée dans une langue exotique. La meilleure surprise du set fut la présence d’instruments inhabituels, et la polyvalence des musiciens : tandis que le chanteur/guitariste tapait avec des maillets contre une planche en bois, le second guitariste délaissait son instrument pour faire gronder le tambour de l’autre côté de la scène. Et ce moment où Negru a fait sonner le didgeridoo … C’était le coup de maître absolu.p1140952

SETLIST : Gradina stelelor / Cunoasterea tacuta / Hora Soarelui / Norilor / Nametenie / Brazda da foc / Dacia Hipeboreana / Tara de dincolo de negura

Un grand merci à toute l’équipe du Beermageddon pour l’accréditation et cette belle soirée, et merci également aux quatre groupes présents ! A l’année prochaine !

Fée Verte

Laisser un commentaire