Beermageddon Fest V

Ce samedi 7 novembre, c’est Beermageddon à Paris, la soirée black pagan par excellence. J’y étais déjà allée l’année dernière, à la Flèche d’or, et peut-être qu’à l’époque, je n’étais pas encore prête à apprécier le chant black. Un an après, je n’ai plus aucun souci avec ça, et c’est donc avec un grand plaisir cette fois que je participe à ce petit festival. Cette année, l’événement a lieu au O’Sullivan Backstage by the Mill, salle voisine de la Machine du Moulin Rouge (décidément, tous les fests folk/pagan sont dans le même coin …). Pas moins de quatre groupes joueront ce soir : Neptrecus, Darkenhöld, Himinbjørg et Black Messiah.

Il me faut passer par une petite ruelle sur le côté du bar pour accéder à la salle de concert. C’était la première fois que je m’y rendais, et premier constat, il y a pas mal de place, mais la scène n’est pas très grande.

11817177_400504523475826_1964097793203224192_n

NEPTRECUS (18h40-19h15)

C’est donc sur cette petite scène que les Parisiens de Neptrecus ouvrent la marche, à 18h40. Ils sont quatre, Svarga au chant et à la guitare, Tancrède à la guitare également, Witart à la basse, et Lagodas à la batterie. Je ne connaissais pas ce groupe, c’est donc l’occasion de le découvrir.

P1140429

Comme on peut s’y attendre vu la thématique de la soirée, Neptrecus officie dans le black metal lorgnant fortement sur le pagan. Le quatuor alterne entre passages black pur et vindicatifs, et passages plus mélodiques et épiques. C’est plutôt agréable, le public headbangue volontiers, mais je regrette que les musiciens ne se déplacent pas sur scène. Vous allez me dire, en même temps bouger sur si peu d’espace, c’est pas évident … Attendez un peu de voir Black Messiah …

P1140433

Je n’ai pas grand chose d’autre à rajouter, si ce n’est que le set était bien trop court (cinq morceaux pour une demi-heure). Un ou deux de plus pour découvrir un peu plus le groupe n’aurait pas été de refus, mais vu qu’il reste encore trois groupes à voir, ça se comprend.

P1140427

SETLIST :

1. Chargez !

2. Quand le Chassepot rencontre la Dreyse

3. Auld Alliance

4. Les Cuirassiers de Morsbronn

5. Au Royaume de Neustrie

DARKENHÖLD (19h25-20h05)

Me voilà en terrain plus familier dans la mesure où j’ai écouté les trois albums du groupe, tous aussi excellents les uns que les autres. Mais je ne les avais encore jamais vus en live, qu’est-ce-que cela allait-il donner ?

Cinq musiciens arrivent sur scène, en tenue médiévale (et corne d’abondance à la taille d’un des guitaristes). Pas d’extravagance scéniquement parlant, si ce n’est que Cervantes, le chanteur, boit de l’eau dans une bouteille médiévale. En revanche, côté musique, ça envoie, et c’est le principal. Leur black metal médiéval semble faire son petit effet sur nos personnes, et surtout, sur nos cervicales. Certains prendront le plaisir de se défouler dans un pogo sur le dernier morceau du set, « Crimson Legions ». Encore un set trop court qui vient de s’achever, on en redemande !

P1140439

SETLIST :

1. Under the Sign of Arcanum

2. Le Souffle des Vieilles Pierres

3. Wyvern Solitude Chant

4. L’Incandescence Souterraine

5. Glorious Horns

6. Sorcery

7. Crimson Legions

HIMINBJØRG (20h20-21h15)

Le moment de vérité approche, celui où Himinbjørg va pouvoir remonter dans mon estime ou pas. Je n’avais pas pesé mes mots dans mon report du Ragnard Rock Festival en juillet dernier, leur prestation m’avait clairement déçue. Mais on peut croire à un accident, alors j’oublie tous mes mauvais souvenirs, et laisse une deuxième chance au groupe.

P1140449

Pourtant, quand je vois les musiciens installer leurs instruments, ça m’a l’air très mal parti : mais … mais … et la cornemuse, elle est passée où ?! De toute évidence, Baptiste Labenne ne semble pas être de la partie ce soir. Pourvu que cette histoire ne tourne pas en black pur, par pitié …

Le set débute, et à mon agréable surprise, les musiciens sont beaucoup plus investis qu’il y a cinq mois, et même sans instrument traditionnel, leur pagan metal passe vraiment bien ! J’ai quand même dû enlever mes bouchons d’oreille pour réaliser que cornemuse il y avait, mais préenregistrée.

Côté setlist, celle-ci est parfaitement semblable à celle jouée au Ragnard Rock Festival. Allez donc savoir pourquoi je suis bien plus convaincue ce soir, c’est un miracle de la nature, et c’est tant mieux ! Je suis juste toujours aussi triste de ne pas entendre le magnifique solo de « The World of Men without Virtue », j’espère que la troisième fois sera la bonne !

Comme pour Darkenhöld, le public est réceptif (certains découvrent le groupe ce soir, et sont ravis de la découverte). Le set finit en pogo, sur la traditionnelle reprise d’Impaled Nazarene, « The Horny and the Horned ». Bravo les gars, vous avez su me reconquérir !

P1140447

SETLIST :

1. Call to the Being / The Sword of Dignity

2. The World of Men without Virtue

3. The Inverted Dimension

4. The Circle of Warriors

5. Initiation

6. Destin de Sang

7. Rising

8. The Horny and the Horned (Impaled Nazarene Cover)

BLACK MESSIAH (21h25-22h25)

Le grand moment est arrivé : celui où je vais voir pour la première fois en live Black Messiah, qui n’était plus venu à Paris depuis le Cernunnos 2008. Dès que les musiciens arrivent sur scène pour préparer leur matériel, je sens que ça va être bien : l’un des guitaristes juste devant moi a fixé une caméra sur son instrument (pas d’arrières pensées salaces s’il vous plaît …) et s’amuse à me prendre en photo. Mais ce n’est pas tout : je vois qu’un clavier est installé à gauche de la scène, et il y a aussi un violon ! Hourra, pas de samples !

Comme je l’ai évoqué plus haut, les musiciens bougent beaucoup sur la petite scène du Backstage, et pourtant ils sont six ! Faites le compte : Zagan au chant et au violon, Ymir et Frangus à la guitare, Garm à la basse, Mike à la batterie, et Agnar aux claviers. C’est bon je n’ai oublié personne ? Bien, poursuivons.

J’avais une crainte, celle que la setlist soit majoritairement consacrée au dernier album en date, Heimweh. Pour être franche, ce n’est clairement pas celui que je préfère (pour ne pas dire que c’est le seul de leur discographie dont je ne sois pas particulièrement fan). Fort heureusement, le groupe jouera des morceaux issus des albums précédents, et même de leur démo Futhark.

Naturellement, c’est du Black Messiah pur et dur, l’ambiance est on ne peut plus festive. Alors soit, ce genre de pagan metal ne plaît pas forcément à tout le monde, mais je n’en ai que faire, je le dis, je me suis éclatée. Et je ne suis pas la seule : ça headbangue, ça pogote, ça slamme, et surtout, ça danse !

Quand soudain, c’est le drame : le set touche à sa fin, au bout d’une heure. Le groupe salue, sous les acclamations du public. Et j’ai le médiator du guitariste, ô joie !

P1140471

SETLIST

1. Intro/Gullveig

2. Jötunheim

3. Vor Den Toren Valhalls

4. Riding the Drakkar

5. Söldnerschwein

6. Into the Unfathomed Tower

7. Intro/Windloni

8. Der Ring Mit Dem Kreuz

9. Lindisfarne

10. Saufiled/Jolly G

 

Merci à toute l’équipe de Battle’s Beer et aux quatre groupes pour cette excellente soirée, et petit clin d’œil à mes amis présents ce soir !

Fée Verte

2 réflexions au sujet de « Beermageddon Fest V »

Laisser un commentaire