Northern Oak – Of Roots And Flesh

northern-oak-of-roots-and-flesh-promo-cover-pic-2014Amoureux de la nature et autres espaces verts, ne poursuivez pas plus votre chemin et venez me rejoindre au pied de ce chêne afin que je puisse vous conter la fantastique légende de Northern Oak. Une histoire née au fin fond de la forêt et peuplée d’une myriade de créatures des bois, prêtes à danser au son des flûtes et des tambours ! Car l’univers de Northern Oak sur ce nouvel album, le voici ! Après deux randonnées de très bonne facture effectuées en 2008 et 2010 avec respectivement Tales From Rivelin et Monuments, les britanniques ont une fois de plus l’intention de vous refaire voyager en cette année 2014, et ce en plein cœur des forêts les plus épaisses et les plus mystérieuses. Le nom de notre prochaine expédition ? Of Roots And Flesh !

Il s’agira alors de ne pas quitter le sentier une seule seconde durant l’écoute de cet album ! Après que la basse et les claviers aient introduit le début de notre périple, une flûte se fera entendre parmi les arbres, nous guidant définitivement sur le bon chemin et nous lançant pour de bon dans ce Of Roots And Flesh. Sur « The Dark Of Midsummer », les guitares se laisseront charmer par ces airs dansants sur un rythme essentiellement mid-tempo et se contenteront dans l’ensemble d’accompagner les mélodies à coups d’accords et de pickings. Quelques accélérations plus tard, le refrain du morceau retentira, faisant palpiter notre cœur tandis que toute la forêt se réveillera autour de nous, dansant et virevoltant aux sons de cette flûte ensorcelante.

Un premier titre de près de 9 minutes pour commencer, mais qui en dit long sur la musique de Northern Oak. Ambiant et empreint d’émotion, ce morceau nous a définitivement fait rentrer dans l’univers du groupe. « Marston Moor » sera plus direct, plus rapide. Les guitares se démarqueront beaucoup plus, mais la flûte et le violon domineront les mélodies. Cependant, ne voyez pas dans cet album un surplus d’explosivité et de vitesse : Northern Oak a sa propre manière de nous plonger dans son monde. Of Roots And Flesh nous immergera en pleine nature de par des chansons majoritairement calmes et atmosphériques, et des morceaux à l’image de « Marston Moor » seront somme toute assez rares. Les anglais préféreront jouer sur les ambiances au détriment de l’agressivité et de la rage.

Ainsi, ponctués par des introductions et des interludes très reposants, « Gaia » et « Nerthus » opéreront leur doux charme sur l’auditeur tandis que « Of Roots And Flesh » et « Taken » se tariront d’un côté aérien et atmosphérique entièrement assumé. Sur ce dernier, les guitares seront lentes, aux leads lancinants et la voix s’exprimera avec désespoir et tristesse. Le piano et le violon viendront tous deux accentuer ce sentiment de malaise. On appréciera également les accélérations inattendues de « The Gallows Tree » entre de nombreuses parties en mid-tempo, pour un titre majoritairement planant.

Notre ballade s’accélèrera sensiblement plus vers la fin, où des chansons comme « Bloom » et « Only Our Names Will Remain » mettront un dernier coup de fouet à l’album. Les blasts beats et la double pédale seront de sortie pour ces deux morceaux tandis que les guitares s’emballeront plus qu’à l’accoutumée.

Symboles de réussite d’un album aussi atmosphérique que ce Of Roots And Flesh, les flûtes, les violons et les claviers seront à chaque fois un régal à écouter, imprégnant les titres de leur bonne humeur et de leur énergie, à l’exception des morceaux les plus mélancoliques comme sur « Taken ». La basse, très audible, fera un travail monstre, donnant plus de relief et de profondeur aux ambiances de l’opus (elle aura tout de même l’insigne honneur de débuter l’album !), tandis que les guitares et les percussions se contenteront de suivre le tout, sans grande folie particulière.

Les vocaux seront typiquement chantés dans un registre Pagan/Death, hurlant selon les atmosphères des morceaux leur rage ou bien leur détresse. Des chants clairs feront également leur apparition (« Nerthus », « Gaia ») afin de varier les ambiances proposées, ce qui est tout compte fait un bon point car non désagréable à l’écoute.

Un album qui sent bon les arbres et le sous-bois, voilà donc la légende de Northern Oak ! Cette randonnée aura finalement été assez tranquille, reflétant l’aspect très atmosphérique de l’opus. Amoureux de nature, d’espaces verts ET de musique reposante à l’ombre des chênes et des pins, sous les airs joyeux des flûtes et des violons, précipitez-vous sans attendre sur cette dernière offrande du groupe ! Pour les plus agressifs et bagarreurs d’entre nous (dont je fais partie), l’album sera bon et réalisé avec qualité, mais sans disposer de la magie nécessaire pour nous charmer intégralement.

Thrall

NOTE : 8/10

Tracklist :

01. The Dark Of Midsummer
02. Marston Moor
03. Gaia
04. Nerthus
05. Isle Of Mists
06. Taken
07. Requiescant In Pace
08. The Gallows Tree
09. Bloom
10. Of Roots And Flesh
11. Only Our Names Will Remain
12. Outro

Sortie : 04 octobre 2014

Lien du groupe : Site Officiel, Facebook

Laisser un commentaire