Live Report : Finntroll au 106 de Rouen 13/03/2015

En ce vendredi 13 mars (Non. Je ne ferai pas de commentaires.) c’est après 2 H de route et un vieux club sandwich jambon emmental que j’arrive au 106 de Rouen, pour assister à la tournée des 10 ans de l’album Nattfödd de Finntroll !Finntroll live

Profane Omen / Hatesphere

                Le temps d’acheter le super tee shirt de la tournée (Astérix et Obélix version Finntroll, du grand art), je rejoins la scène, bière à la main. N’ayant préalablement écouté aucune première partie, c’est donc en mode curieux que je vais voir les deux formations.

Tout d’abord Profane Omen. On est ici face à un Death ‘N Roll vraiment efficace ! Les Finlandais ont envoyé la sauce tout le temps de leur set. Malgré une salle peu remplie, la fosse s’agite et c’est vite le bordel ! Le chanteur alterne entre growl, chant clair et chant black (assez léger tout de même) et ne tient pas en place, ça se balade à droite à gauche, il nous a même fait un transfère télékinésique de solo de guitare ! Et vous ne saurez jamais en quoi ça consiste étant donné que cette expression est incompréhensible et que c’est très chiant à décrire ! Mais bref, les morceaux s’enchainent sur des riffs ultra entrainants, on nous fait chanter même si c’est quand quand tu ne connais pas, y’a du circle pit, bonne ambiance quoi ! Et puis avoir un guitariste avec un combo, calvitie / 4 dreadlocks (Pas plus pas moins !) et bah ça vaut l’détour !

Une petite pause d’une quinzaine de minutes le temps de changer de matos et c’est Hatesphere qui fait son entrée ! Alors là, ça va être rapide, je n’ai pas accroché alors j’ai été au bar discuter. Ce n’est pas reluisant mais bon, après 2 titres d’un Thrash / Death bien exécuté et agressif, j’ai eu la confirmation que ce n’était pas mon kiff. Néanmoins ils avaient leur public et celui-ci avait l’air bien au taquet !

 

Finntroll

                Dix ans, ça se fête ! La, maintenant renommée, formation finlandaise compte bien marquer le coup ! On a donc le droit à une tournée européenne où l’occasion sera d’y jouer l’album « Nattfödd » au complet avec des bonus !

Après une première partie globalement bipolaire pour ma part je vais me caler dans les premiers rangs en attendant l’arrivée du groupe avec impatience ! Ca y est, des oreilles pointues pointent le bout de leur nez et c’est sans réelle surprise que le set débute sur « Människopesten » premier titre de Nattfödd. En fait la première moitié du concert sera attribuée à cet album, tous les titres, sans exception et dans l’ordre !

Bon voilà c’est parti, et premier constat, il y aura de la sueur et du sang ! De la sueur, parce que Finntroll c’est comme ça, ça fait bouger. Et du sang parce que la salle n’est pas comble ! Du coup on a eu le droit à un pit bien large où la fureur musicale se fait bien sentir physiquement ! Le premier titre se finit et c’est sans nous laisser le temps de faire un petit bilan de première impression qu’ils enchainent direct avec « Eliytres ». Je dois dire que j’ai un peu craint le synthé en début de set, il faisait son timide (mais a vite été réajusté par la suite) et vu que c’est tout de même un élément central de l’ambiance distillée par Finntroll, j’ai eu du mal à rentrer dans le concert. D’autant plus que si Nattfödd n’est pas ton album favori (comme moi), bah ça donne un combo vraiment pas engageant ! Après ces deux titres au tempo rapide, et les banalités d’usage (Alors ça va Rouen ? etc…) terminées, on balance « Fiskarens Fiende » et son ambiance plus sombre au rythme plus lent. C’est à partir de ce morceau précis que le décor s’est planté autour de moi ! Un savant mélange de cette mélodie limite aliénante et de cet éclairage vert en plongée sur des types aux oreilles pointues, et me voilà transporté dans un monde incertain à la fois glauque et pittoresque. Franchement, c’est la premières fois que je les vois en live de près, je ne sais pas si c’est travaillé de la même manière à chaque tournée, mais l’éclairage était vraiment idéal !

Quatrième titre, « Trollhammaren » fait résonner ses premières notes et le public se déchaine ! Y’a pas à dire, avoir quelque chose à scander de toutes ses forces sans se soucier d’être juste ça donne la patate ! « TROLLHAMMAREN ! ». Le set de Nattfödd se poursuit avec les titres qu’on lui connait et voilà un premier entracte durant lequel les musiciens se retirent et nous laissent avec « Marknadsvisan » où l’on peut entendre un troll faire irruption dans un monastère pour casser du moine et le groupe réapparait juste à temps pour finir sur les 30 secondes de riffs rapides et acérés. On enchaine avec « Det Iskalla Trollblodet » et c’est reparti pour pousser la chansonnette à base de « Lay lalalay lay lay lalalay ! » sur un titre fédérateur dans la fosse qui fait autant bouger ton corps que ta glotte ! (Quand tu en as une. Evidemment…) Nattfödd se conclut rapidement et marque la fin de l’hommage anniversaire.

La suite de la setlist se compose d’un medley des albums précédents avec prédominance de Blodsvept. Ce dernier étant mon album favori, j’ai donc pris un pied immense pendant « När Jättar Marschera » à me bouger l’tronc sur ces changements de rythme incessants au milieu de parties de synthé enjoués ! Ou encore « Skogsdotter » et « Häxbrygd » pour un rappel du feu de dieu !

Un peu déçu cependant qu’il n’y ait pas eu plus d’interactions avec le public. J’entends par là autre chose que l’annonce du prochain titre et l’incitation à taper dans les mains (qu’est ce qu’on a été sollicité !) et à lever le poing. Le son était propre, le jeu carré et on a bien senti l’entrain des musiciens, mais j’ai trouvé qu’il manquait un petit quelque chose qui aurait pu rendre le tout un poil plus chaleureux. Par exemple, la présence de deux pauses pendant le set (sortie de scène des zicos durant 1 à 2 min) a fait que je n’ai pas compris que la troisième pause donnait suite au rappel. C’est con, mais du coup dès qu’ils se sont barrés pour de bon j’en attendais encore, et je reste donc sur ma faim ! Oui, parce que le set a duré environ 1h 40 pauses compris, et pour une tournée anniversaire, je pensais m’en prendre un peu plus dans la gueule !

Mais ne perdons pas de vue deux choses essentielles. Tout d’abord, c’était le concert d’ouverture, faut s’mettre en confiance, on peut donc espérer du mieux niveau enthousiasme pour la suite. Et puis ensuite, ça a quand même bien envoyé le pâté !

Voilà, ce vendredi 13 m’aura apporté deux confirmations. Le thrash ce n’est pas mon kiff, et Finntroll en live, ça promet une bonne dose d’évasion et de défoulement !

Setlist :

  1. Manniskopesten
  2. Eliytres
  3. Fiskarens Fiende
  4. Trollhammaren
  5. Nattfödd
  6. Ursvamp
  7. Marknadvisan
  8. Det Iskalla Trollbodet
  9. Grottans Barn
  10. Intorr
  11. Blodsvept
  12. Mordminnen
  13. Solsagan
  14. Svartberg
  15. När Jättar Marschera
  16. Nedgang
  17. Slaget Vid Blodsälv
  18. Jatkens Tid
  19. Skogsdotter
  20. Häxbrygd
  21. Kummitus

Grymauch

Laisser un commentaire