Grimner – Frost Mot Eld

Grimner - Frost Mot Eld

Un an après la sortie d’un EP acoustique, le combo suédois Grimner est de retour avec un deuxième album intitulé Frost Mot Eld. Pour la première fois de sa carrière, le groupe sort sa nouvelle galette via un label indépendant suédois, à savoir Despotz Records.

Frost Mot Eld  conte l’histoire du Ragnarök, lorsque les terres gelées du Mannheim rencontrent le monde de feu du Muspelheim lors de la bataille finale. L’artwork, réalisé par le fameux Jan Yrlund, représente fort bien cette histoire, de par le contraste entre couleur chaude et couleur froide. L’on reconnait ainsi d’emblée les troupes du Muspelheim en premier plan, et celles du Mannheim qui leur font face en arrière-plan.

Lorsque le premier album du sextet est sorti il y a deux ans, celui-ci m’avait fait l’effet d’une révélation. Pourtant, après de nombreuses écoutes, j’avais la sensation que le groupe se relâchait sur la deuxième partie de Blodshymner. A mon sens, c’est essentiellement sur ce point que j’attendais les Suédois au tournant sur cette nouvelle production. Frost Mot Eld est-il un album plus homogène que son prédécesseur ? La réponse maintenant !

C’est « Res Er Mina Söner », troisième extrait dévoilé avant la sortie de l’album, qui fait office de morceau d’introduction. Un vent froid souffle sur les terres scandinaves, tandis qu’une mélodie acoustique à la mandoline et à la flûte résonne. Ne vous méprenez pas, avec Grimner, le calme est toujours de courte durée. La bataille commence passée la première minute, et l’ambiance festive que sait instaurer le groupe avec brio est désormais au rendez-vous. La faute à cette flûte survitaminée que l’on retrouvait déjà sur Blodshymner et qui fait désormais la marque de fabrique du groupe. Je ne peux m’empêcher de faire le rapprochement avec Hypocras et Drenaï. Cependant, les influences qui me paraissent les plus probables, et surtout les plus flagrantes, sont plus que jamais celles de Finntroll, et de Metsatöll dans les passages en chant clair. L’exemple le plus frappant pour l’influence finntrollienne serait selon moi le morceau « Mörkrets Hem », de par ses riffs et son bridge déjanté aux claviers, à la flûte et à la guitare.

Mais sinon, Grimner est-il parvenu à se renouveler depuis le premier album ? Assurément, la réponse est « oui ». Sans pour autant révolutionner le genre, le groupe a su s’améliorer et a corrigé haut la main le défaut de Blodshymner que j’avais évoqué plus haut. Frost Mot Eld est un album qui ne connait aucun temps mort. Les cinquante minutes qui le composent ne sont que dynamisme, joie (bien que les paroles ne soient pas forcément très gaies …) et épopée. Le groupe met davantage en valeur les claviers, notamment dans « Vargarnas Tid », mais aussi la cornemuse, comme dans « Frost Mot Eld ». Grimner va ainsi au-delà de l’épique et frôle de très près le côté symphonique, tel que dans « Midgård Brinner ».

S’il ne fallait retenir que deux ou trois morceaux sur cet album, je choisirais sans nul doute « Eldhjärta » et « Enhärjarkväde », qui sont à mon sens les plus aboutis.

Une fois de plus, Grimner a su me séduire. Seuls les allergiques au folk metal très festif risquent de passer leur chemin. Pour les autres, vous pouvez y aller, vous y trouverez votre compte ! Les nouvelles compositions promettent de passer sans difficulté l’épreuve du live. Cela tombe bien, j’aurai l’immense joie de pouvoir vous le confirmer d’ici quelques jours, puisque je pourrai les applaudir au Ragnarök ce samedi même !

Fée Verte

9/10

Tracklist

  1. Res Er Mina Söner
  2. Eldhjärta
  3. Nordmännens Raseri
  4. Enhärjarkväde
  5. Midgård Brinner
  6. Vargarnas Tid
  7. Mörkrets Hem
  8. Etter och Flammor
  9. Muspelheims Härskare
  10. Frost Mot Eld

Liens du groupe :

http://www.grimnerband.com/

https://www.facebook.com/Grimnerswe/?fref=ts

https://grimner.bandcamp.com/

Laisser un commentaire