Drearyym – Myths of the White North

cover

Qui a dit que la curiosité était un vilain défaut ? C’est souvent grâce à ce trait de personnalité que l’on est amené à découvrir des formations méconnues et qui méritent pourtant davantage de considération. C’est le sentiment que j’ai éprouvé lorsque je suis tombée par le plus grand des hasards sur une vidéo d’un certain groupe finlandais répondant au nom de Drearyym.

Le groupe a été formé en 2014 à Lempäälä par le chanteur/guitariste Leevi Kuunila et le batteur Jarno Kaasalainen. Ils enregistrent alors leur premier démo, Old Barn, sous forme de duo, soutenu par le claviériste de session Eero Ahonen. Ce dernier rejoint par la suite les deux musiciens en tant que membre permanent lors de l’enregistrement du single Blót. Le line-up se complète l’année suivante avec le guitariste Kimmo Kylä-Laaso et le bassiste Arttu Helenius. Désormais quintette, Drearyym enregistre un premier EP, Myths of the White North.

L’EP débute sur un morceau instrumental, « The Livid and the Lore ». L’introduction aux claviers est mélancolique et les sonorités sont à la fois hivernales et épiques, avant d’évoluer sur une mélodie inquiétante. Cela ne fait aucun doute, Drearyym nous emmène bel et bien en Scandinavie, au milieu de monts enneigés. Même si nos formations françaises sont complètement étrangères au quintette, je le rapprocherais par moments de Cerevisia, histoire de vous donner un point de repère. Le dernier morceau, « Northsong », en est l’exemple le plus probant, avec une introduction aux claviers cristallins.

Voilà qui peut vous aider à cerner un peu mieux le style du groupe. Car tout comme nos petits Marseillais, Drearyym est un groupe de death mélodique mettant fortement l’accent sur l’utilisation des claviers. En plus de renforcer le côté mélodique, ces derniers instaurent une ambiance froide. Les nappes de cet instrument s’étendent par moments, si bien que l’on croirait entendre des chœurs, et certains passages pourraient nous évoquer Dark Tranquillity ou Wintersun (influences beaucoup plus probables que Cerevisia).

Néanmoins, le groupe puise son inspiration dans d’autres styles. Les influences folk se retrouvent notamment à travers les sonorités épiques, mais également dans les paroles. On décèle aussi un côté doom dans l’introduction de « Everwinter Trinity », ou au contraire, des riffs fortement orientés black.

A travers ces vingt-trois minutes, Drearyym parvient à nous faire voyager dans les contrées glaciales de Scandinavie, tout en distillant des influences variées. Un groupe prometteur, à espérer qu’il s’épanouisse davantage sur leurs futures compositions !

Fée Verte

7/10

Tracklist

1. The Livid and the Lore

2. Everwinter Trinity

3. Blót

4. Miracles and a Rivalry

5. Northsong

Sortie : 16 février 2015

Liens du groupe :

https://www.facebook.com/Drearyym

Laisser un commentaire