Dawn Of Disease – Ascension Gate

Dawn Of Disease peut se targuer de bien représenter la scène Death Metal allemande, forcément moins prolifique que les milieux Power/Heavy du pays mais qui a le mérite de se défendre avec d’autres groupes tels que Obscura, Debauchery ou encore Lay Down Rotten. À peine un an après leur dernier album Worship The Grave, les revoilà de retour avec Ascension Gate.

Ce que l’on constatera immédiatement, c’est que Dawn Of Disease s’est bien radouci par rapport à Worship The Grave. Les mélodies, déjà présentes sur les opus précédents mais ne faisant que jusque-là se rajouter subtilement aux gros riffs, ont cette fois-ci clairement pris le pas sur la brutalité dans Ascension Gate. Après un titre introducteur très aérien, rappelant presque les américains de Fallujah, “Perimortal” arrive, confirmant l’assise mélodique de ce nouvel opus. La preuve, le morceau pourrait presque faire penser à du Amon Amarth ! Que du riff bien mélo et point de gros riff bien gras ! Le morceau apparaît alors malheureusement plat et tout juste sympathique.

Les danois manquent vraiment d’inspiration dans l’ensemble, et les titres les plus mélodiques ne feront pas vibrer notre âme de deathster. “Beneath The Waters” et “Lucid” ne décolleront jamais vraiment, avec un rythme plombé et mou, et les titres “Ascension Gate” et “The Growing Emptiness” ne nous emporteront pas malgré leurs bonnes intentions en termes de blast beats et d’accélérations à la gratte. En fait, même les riffs plus rapides du groupe ne seront qu’un enchaînement vu, vu et revu dans le milieu. Ainsi, le morceau “Mundus Inversus” ne nous fera pas taper violemment le poing contre le mur à cause de riffs bien trop peu explosifs.

Le titre “Akephalos” le pourra déjà beaucoup plus, avec enfin un riff principal digne de ce nom, soutenu par une double pédale insistante, du blast beat bien couillu et un growl convaincant. Mêmes les pickings mélodiques refroidiront l’atmosphère de par leurs sonorités presque apocalyptiques.

Dawn Of Disease déçoit donc clairement cette année avec un opus plus que mou et qui n’explosera finalement jamais. Tout se traîne et l’énergie ne sera réellement concentrée que dans un morceau, “Akephalos”. Un seul bon titre, c’est bien trop peu !

Thrall

NOTE : 4/10

Tracklist :

  1. Passage
  2. Perimortal
  3. Leprous Thoughts
  4. Beneath The Waters
  5. Ascension Gate
  6. Akephalos
  7. Fleshless Journey
  8. The Growing Emptiness
  9. Lucid
  10. Mundus Inversus

Sortie : 11 août 2017

Lien du groupe : Facebook, Site Officiel

Laisser un commentaire