Brymir – Slayer Of Gods

brymir-cover

Brymir est une formation finlandaise qui a le don de balancer, à l’instar d’un Equilibrium, de somptueuses compositions à la face d’un auditeur bouche bée devant des ambiances aussi épiques et des orchestrations si grandioses. La qualité était au rendez-vous sur son précédent méfait Breathe Fire To The Sun. Qu’en est-il sur ce Slayer Of Gods ?

Brymir, tout comme son premier album, aura tout bon dès le début de cette aventure qu’est véritablement Slayer Of Gods. Après un titre introducteur qui ne fait que nous faire saliver avant le début de la bataille, “For Those Who Died” entame de la plus belle des manières cet album, mêlant leads de guitares mélodiques, symphonies épiques, blast beats et chant hurlé, tel un guerrier exprimant sa rage vers le ciel. Le titre n’est ni trop long ni trop court, tout comme le seront les autres, Brymir ayant très bien géré la durée de ses morceaux pour un album d’une quarantaine de minutes et qui se digère parfaitement.

Sur “Risen”, les atmosphères se font plus graves, plus sombres pour un morceau autrement plus violent, mettant en avant des guitares déchaînées et une batterie toujours aussi énergique, se permettant même des petites touches de double pédale en deuxième partie de morceau, rendant le tout littéralement apocalyptique. Brymir n’a pas attendu longtemps pour nous faire trembler d’effroi (ou d’excitation !) devant une telle variété d’ambiances.

brymir_promo_1

Le groupe n’en aura d’ailleurs pas fini avec nous en enchaînant avec le monstrueux “The Black Hammer” et ses airs de fin du monde, où les orchestrations se mêlent aux autres instruments dans un concert symphonique de toute beauté. Ce début bien lourd des guitares est absolument jouissif, tout comme le sera celui sur “The Rain”, toujours aussi impressionnant pour l’auditeur de par la rapidité des musiciens (cette accélération au bout d’une minute de son est surpuissante !) et la majesté apocalyptique des claviers et des choeurs ! Une pluie cataclysmique se met alors à tomber, détruisant tout sur son passage, la fin des temps arrivant pour de bon sur “Pantheon Of Forsaken Gods”. Les dieux ont abandonné l’Humanité et la laisse lentement sombrer.

L’album sera résolument sombre dans ses atmosphères mais nous verrons apparaître par-ci, par-là des éclaircies au milieu de toute cette désolation, comme “Thus I Became Kronos” et “Stormsoul”, aux ambiances déjà plus épiques, plus héroïques. Enfin, l’œuvre de Brymir pourra se résumer dans le morceau le plus long de l’album (plus de 8 minutes), “Slayer Of Gods”, mixant passages survoltées et moments plus calmes rythmiquement parlant mais présentant bien ce dont Brymir est capable. On appréciera le changement quelque peu subtil d’ambiance sur la fin, passant de la lumière à l’obscurité sur quelques notes de piano parfaitement dosées. Superbe !

Chapeau bas pour Brymir avec un deuxième album encore plus impressionnant que le premier. Les morceaux respirent mieux de par une durée moindre et  plus mesurée que sur Breathe Fire To The Sun, et proposent des mélodies très accrocheuses, envoûtantes et immersives. Une fantastique énergie couplée à de fabuleuses orchestrations, voilà ce qu’a réussi Brymir !

Thrall

NOTE : 9,5/10

Tracklist :

  1. Intro
  2. For Those Who Died
  3. Risen
  4. The Black Hammer
  5. Nephilim
  6. Prelude
  7. Slayer Of Gods
  8. Thus I Became Kronos
  9. Stormsoul
  10. The Rain
  11. Pantheon Of Forsaken Gods

Sortie : 03 juin 2016

Lien du groupe : Facebook, Site Officiel

Laisser un commentaire