AMARANTHE / ELUVEITIE – Live @ Cabaret Sauvage (Paris)

Nous voici donc arrivés au jour J en cette soirée du jeudi 2 novembre 2017 pour ce concert d’Eluveitie à Paris, au Cabaret Sauvage, en compagnie d’Amaranthe en première partie !

Concernant les lieux, on s’attendrait d’avantage à voir arriver clowns et éléphants que rentrer sur scène guitares puissantes, flûtes, batteries, harpes et vielles à roue. Contrairement à ce que l’endroit pouvait présumer nous n’allons pas au cirque mais bel et bien assister à une superbe prestation scénique des deux groupes de la soirée !

AMARANTHE 

Setlist : Maximize / On the rocks / Fury / Dynamite / 1000000 Lightyears / Electroheart / Invincible / Amaranthine (feat Céline) / Digital World / Drums Solo / True / Endlessly / Call out my name / Hunger / That song / Boomerang / Drop dead cynical / The nexus

Grosse ambiance d’entrée de jeu dès les premières notes de « Maximize » qui donne la tonalité particulièrement électro qui fait tout le charme d’Amaranthe. Le public est déjà à fond et va répondre ensuite parfaitement tout au long du concert au jeu de chanter les refrains à la place du groupe, notamment sur « On the Rocks » et « Invincible ». Vient ensuite le moment d’émotion de la soirée, ou le groupe invite sur scène Céline une jeune fille du public qui avait envoyé au groupe il y a 5 ans sa cover d’Amaranthine. Superbe prestation marquée d’émotion pour une chanteuse amateur qui a très bien interprété le morceau en compagnie de tous les membres du groupe qui l’ont soutenu !

Cette séquence d’émotion passée, nous replongeons de manière instantanée dans les sonorités vives et électroniques avec « Digital World » avant un solo de batterie bien réussi qui vient ainsi marquer le début d’une alternance entre des morceaux calmes aux rythmes plus lents (« True et Endlessly ») et des titres plus dynamiques (« Call out my name » et « Hunger »). Le finish composé de « Drop dead cynical » et de « The Nexus » clôturent le show de manière agressive et puissante, et l’on se surprend a être déjà fatigués d’avoir donné tant d’énergie au beau milieu du public ! Dire qu’ Eluveitie va arriver sur scène dans quelques minutes ! Allez on récupère un peu et on repart de plus belle !

ELUVEITIE

Setlist : Your Gaulish War / King / Nil / Omnos (métal) / Lugus / Caturix / Artio / Epona / Thousandfold / Call of the mountains / Rose for Epona / Kingdom come undone / Tegernako / Drums solo / Havoc / Elevtios / Inis Mona

Une setlist plutôt « classique » et habituelle dans les lives d’Eluveitie ; pas de grosse surprise à attendre donc au niveau de la composition : tous les incontournables sont bien présents tels que Omnos, Epona, Call of the mountains, Rose for Epona, et Inis Mona. La formation qui est composée de la totalité des membres du groupe soit pas moins de 9 membres au total ce soir ! Il y a du monde sur scène et parfois on a le sentiment que chacun est un peu à l’étroit et ne peut pas se déplacer à son aise ! En revanche, la puissance musicale est bien présente et le nombre d’instruments différents joue un rôle important dans le rendu final dégagé par le groupe.

Nous rentrons donc directement dans l’ambiance dès les premiers titres très dynamiques et puissants et nous attendons désespérément la nouvelle chanteuse qui se fait plutôt désirer en n’arrivant qu’au quatrième titre « Omnos ». A dire vrai, les prestations de Fabienne Erni étaient particulièrement attendues et la comparaison avec Anna Murphy était dans toutes les têtes. Et après des débuts que je qualifierai d’en demi teinte, un peu en retrait au niveau de la puissance vocale et parfois en difficulté quant à couvrir la quantité d’instruments présents sur scène, la révélation est venue au moment d’interpréter « Artio » ou le solo vocal était absolument de toute beauté. Après ce titre, on sent une véritable libération et cette coupure de rythme apaisante nous permet de nous ressourcer pour enchaîner avec la suite des morceaux interprétés.

L’ambiance du public était impressionnante, un véritable déchaînement de passion et d’entrain, du chant à tue tête sur les titres les plus connus comme « The call of the mountains » et « A rose for Epona, », de la danse comme sur « Tegernako » et « Helvetios », et parfois même de légers débordements après que le chanteur ait déclaré « This stage is yours » (La scène est à vous) avant le rappel « Inis Mona » et ou plusieurs spectateurs l’ont pris au mot et sont montés sur scène avant d’être rapidement évacués par la sécurité.

Pour résumer, nous avons passé une excellente soirée avec de la qualité scénique, musicale, vocale, et une superbe ambiance, que demander de plus ?

 

Laisser un commentaire