Wintersun – The Forest Seasons

Voilà un groupe qui déchaîne les passions depuis plus de 14 ans, et qui continue de le faire. Surtout lorsqu’il s’agit de publier « The Forest Seasons » faisant suite au culte « Time I » dont les fans attendent toujours la deuxième partie…

Quelques mots sur le groupe :

Même si Wintersun fait partie des mastodontes de la scène metal, il convient de rappeler quelques éléments historiques. Le groupe, originaire de Helsinki, est formé en 2003 par l’ex-chanteur d’Ensiferum Jari Mäenpää, ce dernier qu’il devra quitter en raison du « clash » d’agenda entre les sessions d’enregistrements du premier album de Wintersun et la tournée d’Ensiferum.

Le groupe publie alors son premier album éponyme en 2004, suivi par « Time I » en 2012. (Oui, 8 ans après…)

C’est cette année que nos Finlandais ont publié « The Forest Seasons », leur troisième album, qui (à l’heure où j’écris ces lignes) semblent déchirer la fan-base…

L’album :

L’élément qui a toujours fasciné chez Wintersun, c’est leur productivité. Trois albums en 14 ans, cela semble peu, mais le groupe a été cependant confronté aux innombrables problèmes techniques en tout genre…Selon les dires de Jari, le groupe a pu surmonter ces difficultés et par la suite enregistrer cet album, mais surtout assurer ses arrières en proposant cette campagne de crowdfunding lancée le 1er mars de cette année et terminée en avril. Elle a été lancée dans le but de remercier les fans pour leur loyauté, mais surtout pour financer la construction des « Wintersun Headquarters », futur studio d’enregistrement du groupe…

Même si elle a fait débat (et c’est toujours le cas), nous ne attarderons pas trop là-dessus. Alors qu’est-ce que ça nous dit ?

A la base, le « crowdfunding package » ne devait comporter que les précédents albums remasterisés, quelques autres bricoles, ainsi que la chanson « The Forest That Weeps (Summer) » et seulement celle-ci. Jari étant ambitieux et voyant les choses en grand, le groupe décide finalement d’en faire un album complet, dont le concept tourne autour des 4 saisons (printemps-été-automne-hiver), comme l’indique d’ailleurs le titre de l’album…;)

Tout démarre logiquement avec le printemps avec la chanson « Awaken from the Dark Slumber », sur fond de bruits de forêts (vent, animaux…) et de boîte à musique mise en valeur par les cordes, si caractéristique de Wintersun. Ici, nous pouvons y déceler une première métaphore intéressante, montrant le fait qu’après l’hiver, la forêt « se réveille » doucement après des mois d’hibernation. Et c’est ensuite que ça démarre avec la batterie et la guitares. Ici, le style de Wintersun est directement reconnaissable à ses riffs longs, expliquant notamment la longueur des chansons. Cela peut déconcerter plus d’un, mais c’est comme ça que Wintersun a toujours fonctionné…Le rythme y est relativement lent, la voix de Jari reste très agressive, mais cela reste logique selon la métaphore que nous avons évoqué plus haut…

Ensuite, on enchaîne avec l’été avec la chanson « The Forest That Weeps » qui est la pièce maîtresse et par laquelle tout a commencé. Ici, la vie semble avoir repris du poil de la bête (c’est le cas de le dire…), puisque l’eau coule dans la rivière, les animaux sont très présents et la guitare prend de l’ampleur, en témoigne notamment l’intro à la guitare acoustique nous faisant plonger dans des temps anciens…Le rythme y est ici légèrement plus rapide et nous pouvons ici y déceler une plus grande place à la voix claire. Celle-ci est mise en valeur par les chœurs d’hommes qui en restent le principal atout (ceux-ci ont d’ailleurs été enregistrés avec un « casting de prestige », comportant des musiciens de Tyr, Ensiferum, Turisas, Moonsorrow…). Ainsi, tout est plus grandiose, plus épique et cela reste également cohérent avec ce que représente l’été, c’est à dire la vie, la bonne humeur….

Avec « Eternal Darkness », l’ambiance change totalement, puisque nous passons à la saison redoutée des Finlandais (voire des autres pays) : l’automne. Nous passons à une chanson très rapide aux accents black metal, avec la batterie déchaînée, les guitares aux riffs dévastateurs, la voix stridente et des orchestrations inspirant plus l’inquiétude qu’autre chose. Tout y est ici plus sombre, plus violent et cela reste également à l’image de l’automne en Finlande, où le soleil ne se lève quasiment jamais. C’est d’ailleurs durant cette période que Jari a perdu son père, ce qui fait que cette chanson a un écho particulier…

Enfin, et en toute logique (sinon, la planète irait vraiment mal…), nous terminons avec l’hiver avec la chanson « Loneliness ». Ici, le rythme s’est considérablement ralenti, les bruits d’animaux ont disparu et la voix claire semble douce, presque murmurante, à l’image d’une forêt  finlandaise figée par la neige dont la seule chose qu’on entend est le vent. Ainsi, l’atmosphère est planante, à l’image notamment des orchestrations plus aériennes.

En conclusion, que retenir ? Wintersun réussit le pari fou de restituer l’ambiance de la forêt durant les quatre saisons en musique. La production y est soignée et tout a été pensé pour que ce soit le plus cohérent possible. Maintenant que la campagne de crowdfunding a été un succès, attendons de voir ce que proposera le groupe par la suite. Peut-être Time II ?

Note : 8.5/10

Tracklist :

  1. Awaken From the Dark Slumber (Spring)
  2. The Forest That Weeps (Summer)
  3. Eternal Darkness (Autumn)
  4. Loneliness (Winter)

Extrait de l’album :

 

Laisser un commentaire