VANIR – THE GLORIOUS DEAD

10314592_10152487308318783_1740400914456742631_n

“Join us on the battlefield, and earn your place amongst the Glorious Dead !”

En attendant de finir au Valhalla, les Vikings de Vanir nous mènent droit sur le chemin de la brutalité ! Fidèle à sa ligne directrice, la formation danoise pousse sa musique à son extrême dans son dernier album, The Glorious Dead.

Troisième né des Vanes, The Glorious Dead est un pur concentré de brutalité. Après les « pouët-pouët » des débuts sur Saerimners Kød et le folk metal typique sur Onwards Into Battle, Vanir livre un nouvel album très personnel et expose son propre style.

Les cornemuses (sonnées par la charmante Sara Oddershede – il faut le préciser -), passent au second rang, ce qui a malheureusement pour effet de les confiner au rôle de bourdon. Et en plus d’être fâcheux, c’est désagréable. Et couplé à une omniprésence de la guitare rythmique au dépend de la guitare lead, c’est le duo perdant…

Ainsi, les trois premiers morceaux « Fall of the Eagle », « March of the Giants » et «Written in Blood», après la surprise d’une première écoute, relèvent de la pénitence auditive. Vient ensuite le titre éponyme, véritable gifle (heureusement me direz-vous). « The Glorious Dead » est le premier morceau vraiment inspiré de l’album mais arrive bien trop tard. C’est sur ce titre qu’on sent pour la première fois la complémentarité des instruments, et que Martin Håkan, désormais unique vocaliste lead, développe toute sa puissance.

Comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, c’est au tour de « I Valkyriernes Sk¢d » de nous combler. En plus d’être une référence évidente au nom de votre webzine préféré, ce morceau, le plus long de l’album et au rythme bien plus lent, est particulièrement lancinant et douloureux. Il arrive à point nommé à la moitié de cet album, et assure parfaitement la liaison au prochain morceau : « Overlord ».
Aux portes du black metal, ce titre est l’apothéose violente de cet album. Vous y trouverez un « bon gros death bien lourd », pas forcément très incisif, mais idéal pour sortir l’auditeur de sa torpeur après la descente aux enfers due au morceau précédent.

Et pas de répit. On enchaîne rapidement sur le meilleur titre de cet album. « The Flames of Lindisfarne » détruit tout, comme son nom l’indique. S’il vous vient l’envie de brûler un monastère, ne faîtes plus appel à Varg, mais bel et bien à Vanir !
Malheureusement, les deux derniers morceaux, « Blood Sacrifice » et « God Emperor » tombent à nouveau dans le travers des débuts. C’est d’autant plus dommageable, car depuis le titre éponyme, l’histoire de cet album captive et fait vivre un véritable ascenseur émotionnel. Enfin… les dernières notes font tout de même une bonne conclusion…

J’attendais la dernière création de Vanir avec impatience. Et bien qu’elle présente de nombreux points positifs, c’est malgré tout la déception qui prime. Ce qui est sûr, c’est que les Danois de Vanir se sentent bien au sein de leur nouvelle orientation musicale, et même s’ils font preuve de maturité, ils ne développent pas encore tout leur potentiel. Reste à savoir s’ils sauront continuer sur le chemin de la progression et de la brutalité… qu’on adore !

 

Wunjo

NOTE : 6/10

Tracklist :

01. Fall Of The Eagle
02. March Of The Giants
03. Written In Blood
04. The Glorious Dead
05. I Valkyriernes Skød
06. Overlord
07. The Flames Of Lindisfarne
08. Blood Sacrifice
09. God Emperor

SORTIE : 7 Octobre 2014

Lien du groupe : Facebook

Laisser un commentaire