Trollort – Curse

Oyez, oyez, chers fans de Finntroll ! Préparez-vous à revenir chasser du troll en forêt et à danser avec des petits lutins autour d’un bon feu de camp, car c’est justement ce que Trollort vous donnera envie de faire avec son Curse ! Petite balade sylvestre avec les suisses au programme.

Il est vrai que pour nous mettre dans l’ambiance, Trollort sait y faire. Rien que l’introduction donne envie, dégageant sur même pas deux minutes de musique un parfum qui sent bon la fantaisie et la magie  grâce à des claviers envoûtants. Il faut dire, on est attiré et l’on a hâte de partir en vadrouille avec la formation suisse. « Curse Of Dawn » lance alors les hostilités de par des rythmiques dansantes et une batterie qui nous fera taper du pied, comme sait si bien le faire un certain Finntroll. La mélodie nous transporte, bientôt supportée par des claviers grandiloquents et une voix typée black somme toute classique mais qui assure un max. Le titre se révélera énergique, comme l’ensemble de l’album finalement.

« The Last Hunt », probablement mon titre préféré de Curse,  sera de la même trempe, avec une mélodie toujours aussi « finntrollienne » et qui aura le don de vous rester en tête longtemps après l’écoute de l’album. Qui ne pourrait pas fredonner cette superbe introduction au clavier et à la guitare sèche, avant que les guitares saturées et le chant rageur ne prennent le relais pour une cavalcade rythmique des plus plaisantes ! Sans parler du clip fort sympathique !

Trollort ne fera pas le moindre faux pas dans cet album, proposant des titres terriblement efficaces, épiques et tout simplement puissants dans les mélodies proposées. Des morceaux comme « Octopus Rider » et « More Flesh For Fest « vous feront ainsi danser jusqu’au bout de la nuit grâce à leurs guitares survoltées et leurs notes de claviers ensorcelantes.

Cependant, Trollort saura aussi composer pour ses auditeurs plusieurs titres à l’ambiance légèrement plus sombre, comme si la forêt n’était finalement pas qu’un lieu de fête et de réjouissances, mais également un endroit empli de mystères et de secrets. Ainsi, les claviers se feront plus graves et les guitares plus froides sur « Troll Gringo », avec un chant encore plus hurlé qu’auparavant, comme pour nous prévenir d’un danger qui semble rôder derrière les arbres. Malgré ses premières notes « clownesques » mais trompeuses, « Shraal Od Trollv » aura ce délectable petit parfum énigmatique sur sa première partie, avant que le tout ne prenne une dimension plus inquiétante vers la fin. Absolument magnifique !

Et que penser du fantastique « Eternal Night », l’hymne parfait à la nature et aux éléments, mais également à la nuit noire. Un chant clair se mariant parfaitement aux accords de guitare sèche, des choeurs en soutien du chant principal, des nappes de claviers teintées de mélancolie… Un usage des plus adroits de la guitare acoustique, comme cela sera fait sur le dernier titre, et ce sur fond d’une fête bien méritée pour ces suisses de Trollort qui nous ont régalés dans ce Curse !

On sentait bien entendu la grande influence de Finntroll tout au long de cet album, mais on n’en a finalement cure tant les dix morceaux sont diablement efficaces et empreints d’une atmosphère à la fois festive et mystérieuse ! Trollort est assurément un groupe que l’on se doit de surveiller étroitement dans les années à venir : le petit troll grandit, et vite !

Thrall

NOTE : 9/10

Tracklist :

  1. Intro
  2. Curse Of Dawn
  3. The Last Hunt
  4. Blood Path
  5. Troll Gringo
  6. Eternal Night
  7. Octopus Rider
  8. Shraal Od Trollv
  9. More Flesh For Fest
  10. Outro

Sortie : 05 novembre 2016

Lien du groupe : Facebook, Bandcamp

Laisser un commentaire