Toter Fisch – Yemaya

AHOY ! Un an après leur EP « Bottoms Up Treasure », les flibustiers de Tours viennent de sortir leur premier album « Yemaya », et ce à coup « Yohoho et une bouteille de rhum ». Mais avons-nous affaire à du « Alestorm copié collé » ? C’est ce que nous allons découvrir maintenant…

Quelques mots sur le groupe :

Toter Fisch est un groupe de folk/pirate metal français originaire de Tours. Formé en 2010 par le capitaine Horgoth LordToad, le groupe sort en 2015 leur premier EP « Blood Rum and Piracy ». Il sera suivi l’année d’après par un deuxième EP cité ci-dessus. Pour ceux qui se posaient des questions, Toter Fisch signifie « poisson mort » en allemand.

« Yemaya » est leur premier album sorti le 18 mars dernier. C’est celui-ci que nous allons étudier.

L’album :

Avant de commencer, exceptionnellement, je vais évoquer rapidement le travail fait sur le visuel, puisque j’ai pu avoir la chance de recevoir une copie physique de l’album. (D’ailleurs, je remercie le groupe de me l’avoir envoyé…;) )

Tout d’abord, il faut reconnaître que la pochette de l’album (fait par Liith) est remarquable et se démarque des habituelles pochettes d’album pirate metal, sur lesquelles l’accent est mis sur l’univers de la piraterie, à savoir les bateaux, les océans, les capitaines…Ici, nous avons affaire à ce qui ressemble à une divinité (la fameuse « Mami Wata », divinité vaudou…). En bref, cela reste original. Ensuite, nous pouvons admirer les photos de chaque membre du groupe (signées Lucie Arnaud) avec une petite biographie fictive. Les photos ont l’avantage d’être faites avec professionnalisme et avec un tel réalisme qu’on dirait des photos de promo du prochain Pirates des Caraïbes (qui en plus va bientôt sortir…Coïncidence ? ;p).

Maintenant, revenons à nos moutons. Lorsqu’on entend le terme « pirate metal », on pense directement à Alestorm, considéré comme le groupe le plus représentatif du genre. Certes, il y a en a bien d’autres, comme Lagerstein, Swashbuckle, Running Wild pour ne citer que les principaux. Ainsi, une crainte vient directement à nous : Toter Fisch cherche t-il à copier ses ainés ?

L’album débute de manière classique sur un « Prologue », un titre instrumental débutant avec le bruit des vagues suivi des cordes et de la guitare électrique. Et c’est ainsi que ça démarre avec « Rise the black flag », nous mettant tout de suite dans le bain avec l’accordéon et les rythmes dansants.

Mais ce qui retient tout de suite l’attention, c’est le chant. Habituellement en chant clair (avec la voix éraillée) dans ce style, ici nous avons du chant guttural. Et c’est une des premières marques de fabrique du groupe, une façon pour eux de se démarquer. Ainsi, même si l’esprit folk est là, le chant guttural confère une ambiance beaucoup plus sombre. Les rythmes folk typiquement pirate sont représentatifs du fait que les pirates sont de joyeux lurons aimant faire la fête dans les tavernes. (Avec par exemple « Back to Nassau », « Mami Wata » ou bien « Dancing in the fog ») Mais il ne faut pas oublier que les pirates, même s’ils étaient libres, étaient des brigands et des voleurs, n’hésitant pas à tuer, piller les navires, etc.

C’est dans cette optique que s’est placé Toter Fisch pour cet album. Les arrangements au synthé y contribuent (comme pour « Cursed », « Undead Crew ») par leur mélodie donnant un côté très inquiétant. Mais ce sont également les influences metal qui font cela. Ainsi, il n’est pas rare d’entendre des influences death metal (« Another Sunset », « Waiting for the end »), voire même black metal (« Maestrum », « Undead Crew »). Ainsi, le groupe ne se ferme aucune barrière et cherche à toucher à pleins d’univers différents pour créer le leur. Une façon pour eux d’éviter qu’on leur colle l’étiquette « Alestorm bis », comme ils le disaient lors d’un interview à la Grosse Radio…

En conclusion, que retenir ? C’est clair et net : le premier album de Toter Fisch ne ressemble à aucun autre album de pirate metal. Un vent de fraîcheur gonfle les voiles du navire de la scène metal, en recherche constante de nouvelles pépites. Ce n’est que le début d’une longue traversée, avec d’autres albums, des concerts…Peut-être en première partie d’Alestorm ?

Note : 9.5/10

Tracklist de l’album :

  1. Prologue
  2. Rise the black flag
  3. Back to Nassau
  4. Another Sunset
  5. Waiting for the end
  6. Maelstrum
  7. The Legend
  8. Mami Wata
  9. Cursed
  10. Undead Crew
  11. Dancing in the fog
  12. Epilogue

Extrait de l’album :

Laisser un commentaire