Archives par mot-clé : review album

Antigone’s Fate – Zum Horizont…

Un peu plus d’un an seulement après la sortie de son premier album Insomnia, le one-man-band allemand Antigone’s Fate, initié par le multi-instrumentiste Ruun, nous revient avec son successeur, intitulé Zum Horizont…, dont la sortie est prévue pour le début de l’automne prochain, une fois de plus via le label Northern Silence Productions. Insomnia avait ni plus ni moins fait partie de mes albums préférés de 2018, et j’étais ainsi très curieuse de voir ce qu’allait donner ce deuxième album, d’autant plus que « Morgengrauen », premier extrait dévoilé il y a un peu plus d’une semaine, m’avait paru plutôt prometteur. A titre purement personnel, j’aime également beaucoup la pochette, dans la continuité de celle d’Insomnia avec ses tons bleutés, et qui illustre bien le concept de l’album avec le ciel et la mer qui se confondent. Rien d’étonnant, dans la mesure où les deux albums s’inscrivent dans le cadre d’une trilogie (le dernier volet est prévu pour le début de l’année prochaine).

Continuer la lecture de Antigone’s Fate – Zum Horizont…

Wormwood – Nattarvet

Le premier album de la formation suédoise Wormwood, intitulé Ghostlands : Wounds from a Bleeding Earth et sorti chez le label néerlandais Non Serviam Records, avait ni plus ni moins fait partie de mes albums préférés de 2017. Le 6 mai dernier, le groupe annonçait un deuxième album intitulé Nattarvet (se traduisant par « l’héritage de la nuit »), dont la sortie était fixée au 26 juillet, cette fois-ci par l’intermédiaire du label suédois Black Lodge Records (également label de Merciless, pour ne citer que l’un des plus connus). A ce moment-là, bien qu’aucun extrait ne fut encore dévoilé, je m’étais empressée de pré-commander l’album dans sa version vinyle colorée (et pour que j’achète un album à l’aveugle, c’est dire si j’étais totalement confiante). Comme pour Ghostlands, la pochette a été réalisée par l’artiste allemand Mario Polzin.

Continuer la lecture de Wormwood – Nattarvet

Munarheim – Willens & Frei

Il y a de ces albums que tu attends avec impatience. Pour ma part, Willens & Frei de Munarheim, sorti officiellement ce vendredi, est l’un de ceux-là. Il est vrai qu’entre 2015, année de sortie du deuxième album Stolzes Wesen Mensch, et cette année, je commençais peu à peu à être en manque de nouvelles chansons, notamment lorsque je voyais le groupe en live ces derniers temps. L’Inglorious Night en octobre dernier fut un événement déterminant, puisque c’est lors de ce festival que j’avais enfin pu entendre des nouveaux morceaux. Pour plus de détails, je vous renvoie au live report dédié, mais autant dire qu’à ce moment-là, ce nouvel album me paraissait déjà fort prometteur, et mes impressions n’avaient fait que se confirmer la semaine dernière au Ragnarök Festival.

Continuer la lecture de Munarheim – Willens & Frei

Kampfar – Ofidians Manifest

Il y a des groupes qui semblent être là depuis toujours (ou presque) tout en ayant le talent pour ne jamais avoir l’air de prendre une ride. Ils font « partie du décor », si bien qu’on ne pense pas toujours à eux en premier lieu, mais lorsque c’est le cas, on réalise qu’on ne pourrait tout simplement pas s’imaginer un style, une scène ou un pays, sans eux. Kampfar fait entièrement partie de ceux-là.

Continuer la lecture de Kampfar – Ofidians Manifest

Waldgeflüster – Mondscheinsonaten

Un peu plus d’une semaine après sa sortie, il me tenait à cœur de parler du cinquième album de la formation munichoise Waldgeflüster. Ledit album s’intitule Mondscheinsonaten (que l’on pourrait traduire par « Sonates du clair de lune ») et paraît une fois de plus via le label suédois Nordvis Produktion, et chez Bindrune Recordings pour le territoire américain (avant Ruinen, les albums du groupe sortaient par l’intermédiaire de Black Blood Records).

Pour rappel, le nom du groupe signifie « Chuchotements de la forêt ». Waldgeflüster était à l’origine le projet solo du chanteur/musicien Winterherz, puis est devenu un groupe à part entière depuis 2014. Depuis cinq ans, le line-up est tout à fait stable, et se compose toujours de Winterherz (chant/guitare/effets électroniques), de Domi (guitare/chœurs), de Markus (guitare), d’Arvagr (basse/chœurs) et de Tom (batterie) pour le nouvel album. La pochette a une fois de plus été réalisée par Sarah Wagner. La batterie a été enregistrée par Lukas Danninger, l’album mixé par le groupe, et masterisé par Jonas Tord Lindström (batteur d’Ereb Altor).

Continuer la lecture de Waldgeflüster – Mondscheinsonaten

Helheim – Rignir

Dixième album des Norvégiens de Helheim, Rignir est l’héritier de plus de 25, bientôt 30 ans de carrière. Malgré cette longévité et leur statut de pionniers pour définir l’aspect Pagan/Viking du Black Metal norvégien, Helheim ont toujours semblé rester plus confidentiels que leurs comparses de Kampfar, Enslaved ou encore Ulver. Leur discographie et leur évolution musicale n’ont pourtant pas grand chose à envier à celles de ces formations. De l’efficacité « raw » des premiers albums aux sonorités atmosphériques et épiques de Kaoskult, en passant par les expérimentations nordique-électro-indus d’un Yersina Pestis, ils ont su innover, donner une personnalité à chacun de leurs opus sans pour autant se perdre en chemin.

Continuer la lecture de Helheim – Rignir

Nydvind – Seas of Oblivion

Dire que j’attendais ce nouvel album de Nydvind avec impatience est un doux euphémisme. En même temps, les Franciliens auront su se faire désirer en faisant languir leurs fans les plus fidèles, fans dont je fais bien évidemment partie depuis 2013, période à laquelle je découvrais le groupe au milieu des autres perles de la scène pagan française (Bran Barr, Belenos, Himinbjorg, Aes Dana et consorts) .

Continuer la lecture de Nydvind – Seas of Oblivion