Sylvaine / Treha Sektori

J’ai assisté en ce week-end de la Toussaint au concert de tous les déboires. En effet, la chanteuse et guitariste américaine Emma Ruth Rundle a été contrainte d’annuler sa date parisienne suite à des soucis de santé, et le projet de rock alternatif américain Jaye Jayle a par conséquent été également dans l’impossibilité d’assurer la première partie. Seule rescapée de ce concert co-organisé par l’association Voulez-vous danser et la salle du Petit Bain : l’artiste franco-norvégienne Katherine Shepard, qui profitait de cette soirée pour présenter le troisième album de son projet Sylvaine, sorti le jour même. Comme on dit, le malheur des uns fait le bonheur des autres, car ma motivation de la soirée était justement Sylvaine, bien que j’aurais beaucoup aimé découvrir Emma Ruth Rundle en live. Le groupe se retrouve donc tête d’affiche, nous avons alors toutes les chances d’avoir un set en béton. Je tiens à féliciter l’association qui a tout mis en oeuvre pour maintenir le concert et qui a fait preuve d’une réactivité exemplaire en trouvant une première partie à la dernière minute.

Cette première partie justement, c’est Treha Sektori, projet de dark ambient parisien que j’avais déjà eu l’occasion de voir il y a bientôt un an en première partie de Wolves in the Throne Room à Toulouse. Cela ne se bouscule pas dans le public au moment où l’artiste entre en scène. Au moins, ce sera intimiste. Grosso modo, cette prestation de Treha Sektori a été assez semblable à celle de Toulouse, avec comme maître-mots : glauque, malsain et malaisant. Là encore, c’était une performance “son et images”, puisqu’il y avait des vidéos projetées sur grand écran. Je pense que le fait d’avoir déjà vu Treha Sektori ne m’a pas aidée à apprécier le moment, n’ayant plus l’effet de surprise de la première fois, d’autant plus que la setlist semblait être plus ou moins la même. J’avoue avoir ainsi trouvé le temps un peu long, n’étant pas très sensible aux musiques sombres en tout genre. Heureusement, le set n’aura duré qu’une demi-heure.

Le début du set de Sylvaine était prévu pour 21h15, et le groupe entrera finalement en scène un quart d’heure plus tôt. Je remarque que le bassiste n’est pas le même que d’habitude. En tout cas, ça commence très fort, avec le morceau éponyme du troisième album qu’est Atoms Aligned, Coming Undone. Très vite, la belle demoiselle franco-norvégienne Katherine enveloppe la salle d’un voile de douceur et nous fait presque frissonner de sa voix angélique et lointaine. Le son est excellent et limpide, les guitares instaurent une ambiance épique dans ce post-rock aux belles envolées. Les spectateurs, déjà plus en nombre qu’au début du concert, se montrent très attentifs, nous sommes tous suspendus aux lèvres de la jeune chanteuse et complètement subjugués. Une fois de plus, je suis bluffée lorsque la demoiselle se met à growler, comme lors du nouveau morceau “Abeyance”. On croirait vraiment entendre Neige (chanteur d’Alcest) chanter. Ce qui m’a en revanche interpellée, c’est que lorsque Katherine prenait la parole, j’avais l’impression qu’elle était triste ou fatiguée. Peut-être l’absence d’Emma Ruth Rundle l’a-t-elle affectée, qui sait … Malgré cela, elle ne se laisse pas abattre et, en vraie poupée rockeuse, assure le show comme une pro. Le groupe alterne essentiellement entre des morceaux du deuxième et du troisième albums, sans oublier pour autant le premier avec le morceau “Dysphoria”. Et pour mon plus grand bonheur, le groupe interprétera mon morceau préféré qu’est “Delusions”. Je n’ai pu retenir une petite larme face à pareille beauté. Au bout de quasiment une heure, le set prend fin avec un autre nouveau morceau, “Mørklagt”. “Prend fin”, pas tout à fait : comme lors du concert avec Harakiri for the Sky l’an dernier, Katherine se retrouvera seule sur scène au chant et à la guitare pour un petit rappel.

SETLIST : Atoms Aligned, Coming Undone / A Ghost Trapped in Limbo / Abeyance / Delusions / Dysphoria / Earthbound / Mørklagt

Une heure de Sylvaine, cela ne suffit pas. Deux heures et demi après la fin du concert au Petit Bain, Axoria, Nidhögg et moi-même nous sommes rendus au bar Medusa dans le XIème arrondissement pour la release party du nouvel album de Sylvaine, qui aurait dû être joué dans son intégralité. Lorsque nous avons vu la configuration du bar, et surtout, l’absence de scène, nous nous sommes rendus à l’évidence qu’il n’y aurait pas de deuxième concert. En revanche, le groupe s’est tout de même déplacé pour rencontrer ses fans, et j’en ai donc profité pour faire signer ma setlist et mon vinyle, et pour faire une petite photo-souvenir avec Katherine. Je la remercie chaleureusement pour sa gentillesse, et j’espère la revoir très bientôt !

Fée Verte

Laisser un commentaire