Report : Treola Winter Fest 2017

Les 3 et 4 Novembre derniers se déroulait la première édition du Treola Winter Fest. Aucun chroniqueur fixe de Valkyries n’étant dispo pour aller couvrir cet événement qui s’annonçait épique avec une flopée de superbes groupes à l’affiche, Kippo, chroniqueur occasionnel, s’y est rendu et nous donne un aperçu de la première journée!

Quelle bonne surprise en cette fin d’année 2017 que l’annonce de ce nouveau festival en terre lilloise. Une affiche à en faire baver n’importe quel amateur de metal aux consonances Pagan, Folk et autres Vikings.. Voire pirate, on y reviendra.

C’est donc avec un entrain non dissimulé que je me suis dirigé vers le Bobble Café situé à Lomme. Ne connaissant pas l’endroit je ne m’attendais à rien mais j’avais hâte de découvrir quelle sorte de Café pouvait accueillir 15 groupes en un week-end.

Quelle ne fut pas ma (bonne) surprise en arrivant dans une véritable salle d’arcade à l’ancienne avec des bornes dans tous les coins, des classiques Street Fighter II, Time Crisis 4 et autres Metal Slug en passant par deux bornes Mario Kart, beaucoup plus rares en Europe. En tout cas je saurai quoi faire entre deux concerts, parfait.

Mais je ne suis pas venu ici pour geeker, où donc est la scène ? Après être passé par le bar qui, au passage, sert un bon choix de bières (on est à côté de la Belgique tout de même) et divers snacks, je découvre la deuxième salle du ‘Café’ qui , contient une scène plutôt petite. Je commence à me demander comment les 6 groupes (au lieu de 7, Abinchova ayant malheureusement dû annuler leur venue) de la soirée vont tenir dans ce petit espace. Mais je n’ai pas le temps de me poser trop de questions, le premier groupe va commencer.

Sythera, qui joue aujourd’hui à la maison nous délivre un Power Metal tinté d’éléments fantasy fort à propos. Les compositions sont plutôt travaillées pour le style et le côté prog m’a beaucoup séduit. Le point fort du groupe est sans équivoque la présence de deux chanteurs, un homme et une femme dont les timbres de voix se complètent parfaitement.

Le temps d’une partie de Mario Kart et c’est déjà Trikhorn qui enchaîne. Moi qui était trop concentré sur le circuit Arc-en-Ciel, je n’ai pas vu qu’un véritable Drakkar à été installé sur la petite scène. Comment ? on ne le saura jamais. Le groupe pratique un mélange surprenant de Viking et de Pirate Metal, les deux chanteurs arborant chacun un costume différent. Le son est trop brouillon pour me faire une idée satisfaisante mais d’après moi le groupe gagnerait à trouver une identité plus cohérente.

Sans transition, il est l’heure de Töter Fisch qui ont réussi à s’imposer à grands coups de canons au devant de la scène Folk française avec leur Pirate Metal fort bien exécuté. Le show est millimétré, les accessoires scéniques apportent vraiment une atmosphère envoûtante à leur prestation. Je regrette ma fois l’absence de l’un des guitaristes pour ce show.

Malheureusement pour le prochain groupe, Hypocras, je suis resté bloqué à la borne de Time Crisis 4 pendant leur concert mais de ce que j’en ai entendu, les Suisses ont donné une bonne prestation. Il est à noter que leur concert s’inscrivait dans le cadre d’une tournée avec Helroth notamment.

Place maintenant à Lappalainen, eux aussi originaires de Lille. Ce concert était particulier car le groupe a annoncé sa dissolution quelques jours auparavant. C’est donc l’un des derniers concerts de Lappalainen auquel j’assiste ce soir et je ne suis pas déçu. Le set est impeccable et je regrette que leur aventure se termine si vite.

Il est maintenant presque l’heure de la tête d’affiche : Helroth. Là aussi je ne sais pas à quoi m’attendre n’ayant que peu écouté le groupe auparavant. Verdict : excellent ! Les Polonais ont tout simplement retourné la salle qui, malheureusement commençait déjà à se vider. Les courageux qui seront restés jusqu’au bout auront pu assister à un concert de qualité professionnelle malgré les conditions scéniques peu appropriées. En effet, l’un des reproches que j’aurais à faire à la soirée en générale concerne la qualité du son très approximative. Malgré cela, Helroth s’en est plus que bien tiré. Mention spéciale à la flûtiste/chanteuse dont la voix m’a clairement fait penser aux chœurs de The Witcher 3, comme quoi la Pologne a beaucoup à nous apporter de ce côté.

C’est déjà fini et je ne regrette qu’une chose, ne pas pouvoir y retourner pour la soirée du Samedi avec une affiche tout aussi intéressante.

Très bon bilan finalement malgré les soucis de sons, l’ambiance générale du Bobble Café et bien sûr les bornes d’arcades apportent beaucoup à ce genre d’évènements.

Kippo.

Laisser un commentaire