Il était une fois, en Bretagne : Forgotten Tales Brotherhood

La Bretagne : Etat indépendant dont les spécialités sont le Kouign Aman (prononcer Cuit miam miam, ça passe) et la musique traditionnelle (folklore).
 
Elle compte pas mal de contes et légendes oubliés, dépoussiérés par un duo breton : Forgotten Tales Brotherhood.

Il était une fois un duo qui sort, en autoprod, son tout premier EP d’orchestral folk metal, le 25 septembre 2019, And so it Begins.

Et donc, “IT” Begins (Track 1) par une intro qui monte en puissance, menée par une voix rauque, criante et non criarde.
 
Le violon prend la relève, déposant ses notes dansantes sur les guitares et autres instruments typiques du metal.
 
Une voix claire, sans accent tranchant ou tranché, se met à chanter dans un anglais compréhensible, s”élevant et s’imposant, apaisante, celle d’un conteur.
 
Alternant entre cette voix claire et celle plus saturée, les deux s’emmêlent et se posent sur une mélodie folk metal.
 
Le rythme suit les voix, doux pour la voix claire, soutenu pour la voix “extrême”, accordant ainsi toute une place à chaque partie.
 
Les chœurs apportent une certaine douceur un peu solennelle.
 
Et puis, c’est le drame.
 
And so it ends dans un fracas d’explosion et de crépitements flamboyants : y’a dû y avoir des morts !
 
Bof ! De toute façon, ce ne sont pas les morts qui racontent des histoires (Track 2) mais les vivants qui les vivent en les contant avec leurs tripes !
 
Avec une ambiance d’outre-tombe (de saison), quelques notes grattouillées sur une guitare et c’est cette voix rauque qui s’impose.
 
Tout semble maîtrisé, de la double pédale qui s’emballe aux tintements des cymbales.
 
Puis, le titre prend un virage, se pose, dompté face au bruit des vagues avant de reprendre en puissance avec cette voix caractéristique, moins hurlante mais pas moins de tripes.
 
Enfin, sur les notes de guitare qui perdurent et se perdent dans les conduits auditifs, le morceau suivant prend toute sa place.
 
Mélodieux, le troisième titre est une invitation à la dégustation auditive, à la balade en forêt.
 
Il ne manquerait plus que les chants des oiseaux ou des nains au fond des mines pour s’y croire !
 
Tiens d’ailleurs, en prêtant une oreille attentive, des chœurs s’élèvent discrètement et la musique prend, subitement, un côté électrique.
 
Les chœurs s’assument, comme si, au cours de cette balade, vous vous en approchiez.
 
Un solo de guitare se détache, technique, maîtrisé, enivrant.
 
Le morceau instrumental, “We’ll get to drink again” (Track 3), grise les oreilles d’un violon mélodieux qui s’éteint au son des vagues qui se meurent sur les côtes bretonnes.
 
Cet EP s’écoute avec de bons casques/ écouteurs pour pouvoir en percevoir toutes les subtilités des compositions, du bruit des vagues au crépitement des flammes.
 
Aucun détail n’est laissé de côté, de la police d’écriture du nom (un savant mélange de runes et de celtique au beurre salé), à l’artwork (l’Ankou sur les côtes bretonnes, allégorie de la Mort dans la mythologie bretonne).
 
Enregistré en studio avec un son propre et net, ces premiers pas du duo breton sont prometteurs.
 
Preuve en est qu’avec seulement 3 titres pour une durée totale d’environ 18 minutes, le temps a pris une toute autre dimension et passe à plus grande vitesse.
 
And so it begins.
 
Tracklist :
 
  1. And so it Begins
  2. Dead Men Tell No Tales
  3. We’ll Get to Drink Again
Pour écouter : Youtube  Bandcamp
Pour en savoir plus : Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.