[FR] Interview : Wilderun

Après leur tournée triomphale avec Aether Realm qui vient de s’achever, Wilderun a accepté de répondre à nos questions.

Bonjour ! Merci de m’accorder cette interview ! Tout d’abord, pour toutes les personnes du webzine qui ne vous connaissent pas, pouvez-vous vous présenter et présenter le groupe ?

Evan : Bonjour ! Merci pour l’interview ! Je chante et joue de la guitare pour Wilderun. Nous sommes un groupe de metal [NDLR : originaire de Boston, Massachusetts, USA) qui touche au folk, au metal progressif, à la musique symphonique, ainsi que n’importe quelle chose qui nous vienne en tête.

D’où vient le nom “Wilderun” ? Qu’est-ce que cela représente ?

Evan : J’ai trouvé ce nom dans un livre de fantasy. Honnêtement, ça ne représente rien de particulier, c’est juste que j’aime le terme. Evidemment notre musique a un fort côté folk, donc le préfixe “Wilder” (NDLR : “Plus sauvage”, en anglais) collait plutôt bien.

Le groupe a démarré en 2008, mais nous est vraiment parvenu en 2012. Vouliez-vous prendre votre temps pour développer ce projet ? Saviez-vous que Wilderun serait un gros projet ? Comment s’est faite la rencontre entre tous les musiciens ?

Evan : Oui, peu de choses se sont passées avec le projet avant 2012. J’écrivais quelques chansons pendant mon temps libre et j’ai pu enregistrer une petite démo avec mes colocataires à l’université mais ça n’est jamais vraiment sorti. Quelques chansons ont finalement fait partie de notre premier album, mais en bien plus travaillées.

Il y avait un line-up original vers 2009, mais malheureusement ça n’a pas duré, donc tout a été assez silencieux jusque vers 2011. Je connaissais Jon (NDLR : batteur) d’un autre groupe dans lequel on jouait à ce moment là. Je lui ai donc parlé de l’idée de Wilderun par intermittence, mais ce n’était pas avant que je ne rencontre Wayne (NDLR : guitariste solo) et qu’on travaille avec lui que le premier album voie le jour. Jon connaissait Dan (NDLR : bassiste) d’un autre projet et c’est ainsi qu’on s’est tous réunis et que ça s’est fait.

Dans une précédente interview, Evan, tu avais déclaré que la première chanson de folk metal que tu avais entendu était “Sahti Waari” de Turisas. Comment as-tu découvert le groupe ? Le groupe est-il toujours une source d’inspiration ? Quelles sont vos influences principales ?

Evan : Honnêtement, je pense que le premier groupe de folk metal que j’ai découvert était soit Agalloch ou bien Orphaned Land. Je ne me suis pas intéressé à la scène folk metal nordique avant plusieurs années, donc peut-être était-ce un autre membre du groupe qui a déclaré cela ?

Dans tous les cas, Turisas et quelques groupes similaires a vraiment aidé à déclencher le début de Wilderun, ainsi que son côté symphonique et enjoué de nos premières chansons. Je dirai que lorsque nous avons progressé pendant toutes ces années, on n’a pas trop voulu puisé nos influences de ces groupes, bien qu’ils ont une belle place dans mon cœur, et qu’ils s’insinuent dans notre musique d’une certaine façon.

Avec vos amis d’Aether Realm, vous êtes parmi les seuls groupes de metal américains qui officient dans le folk metal. Les Etats-Unis ne sont pas connus pour ses groupes de folk metal, mais plutôt pour d’autres genres, comme le nu metal, le death metal, le thrash metal, etc. Pensez-vous que votre pays mérite d’avoir plus de groupe de folk metal ? Pensez-vous que Wilderun est le représentant du folk metal aux Etats-Unis ?

Dan : Je pense qu’il y a toujours une marge de manœuvre pour des groupes qui s’essayent à d’autres genres. Certains restent fidèles à leurs influences scandinaves alors que d’autres cherchent à faire des choses différentes. Pour nous, je pense qu’on essaye de développer notre style et donc de ne pas rester cantonnés à nos influences nordiques.

Le folk metal fera toujours partie de notre style, parce que cela reflète tellement nos sentiments. Mais je ne sais si on peut dire qu’on est considérés comme les représentants du folk metal américain, parce que j’avoue honnêtement ne pas trop savoir ce que c’est. C’est trop tôt pour le dire et puis il n’y a pas eu de vagues de groupes similaires de “American Folk Metal” pour y mettre un doigt dessus. Peut-être est-ce une bonne chose.

Une chose me surprend : vous êtes toujours un groupe indépendant, même si vous êtes talentueux. Voudriez-vous signer un jour un contrat avec un label ? Ou pensez-vous que cette situation vous accorde plus de libertés ?

Dan : Le soutien d’un label connaît ses hauts et ses bas. Nous avons toujours été ouvert à toute proposition de label, si on a un bon contact. Mais le fait d’avoir cette liberté nous permettant d’avancer à notre rythme a largement contribué à faire à ce que nos albums sont tels qu’ils sont aujourd’hui. On verra dans le futur ce qui nous attend !

Quand avez-vous commencé la musique ? Quel a été votre premier instrument sur lequel vous avez joué ? Quel artiste/groupe vous a donné envie de jouer de la musique ?

Dan : J’ai commencé à jouer du piano quand j’avais 6 ou 7 ans, puis j’ai fait de la basse pour la première fois après avoir entendu Weird Al [Jankovic] quand j’avais 14 ans.

Evan : Les premiers groupes qui m’ont fait intéresser à la musique étaient plutôt dans un registre indie et expérimental, comme Radiohead, Aphex Twin, Mr. Bungle, Mogwai, Bjork…et pleins d’autres. J’écoutais occasionnellement du metal à ce moment-là, mais j’ai sérieusement commencé à m’intéresser à ce genre lorsque j’ai commencé à écouter d’autres groupes de metal progressif et épique comme Opeth, Arcturus ou bien Emperor.

Quand j’écoute votre musique (comme l’excellent “Sleep at the Edge of the Earth”), je pense toujours à la nature. J’ai toujours en tête ces beaux paysages américains faits de forêts, de champs de blés, etc. Est-ce que la nature est un sujet d’inspiration important ? Qu’est-ce qui vous inspire pour vos chansons ?

Evan : Absolument. Beaucoup de groupes qui m’ont amené au metal ont une certaine affinité avec la nature, et cherchent en quelque sorte à capturer cette essence. Je suppose que c’est une sorte de mélange entre la beauté et le chaos.

D’un point de vue lyrique, j’essaye de me concentrer sur l’essentiel. J’ai trouvé que c’est bien plus authentique et intéressant [de parler de la nature] que de s’attaquer à d’autres grands sujets ambitieux, même si je pense que notre musique est ambitieuse haha. Je pense que j’aime la juxtaposition.

La musique de Wilderun est connue pour ses éléments symphoniques qui font clairement référence aux BO de film. Vous aimez le cinéma ? Quels genres de films aimez-vous ?

Dan : Absolument ! Les musiques de film ont été autant influençables que n’importe quel groupe. C’est une partie importante qui font que les arrangements et orchestrations sont telles qu’elles sont. J’aime particulièrement les films étranges indie. David Lynch est probablement mon réalisation favori et chaque musique de film par Philip Glass est toujours superbe pour moi.

Wayne : J’aime les films ! Les musiques de films sont une grande influence musicale pour moi en général, et je puise les influences de ses films quand je travaille sur les orchestrations de Wilderun. Je suis un grand fan de compositeurs comme Alan Silvestri, Thomas Newman, Basil Poledouris et John Williams, si on ne cite que quelques uns. Les grands films d’aventures comme Jurassic Park, Star Wars, Retour vers le Futur, Indiana Jones avec lesquels j’ai grandi m’ont permis de forger mon propre style.

A mesure que je vieillissais, j’ai commencé à m’intéresser à d’autres films d’actions, comme Forest Gump, La Ligne Verte, K-Pax pour lesquels j’ai vraiment senti que j’appréciais la variété des bandes originales que ce type de films propose. Tout ça pour dire que mes bandes originales de film favorites sont mélodiques, thématiques et grandiloquents. Je pense que les éléments symphoniques de la musique de Wilderun incluent cet éventail d’éléments grandiloquents et imposants, mais d’un autre côté reste plus mélodique et varié. Musicalement, ça me passionne !

J’ai vu que vous n’aviez fait qu’un clip vidéo pour la chanson “Home”, reprise de Phillip Phillips. Voudriez-vous faire un nouveau clip d’une de vos chansons ? Laquelle pourrait convenir ?

Evan : Bien sûr que nous le voulons, mais quand on aura le budget nécessaire. Je ne suis pas sûr de quelle chanson en particulier, bien que nous aimerions le faire avec des nouvelles chansons, quand ça viendra.

Notre confrère Keep Your Voice Loud a fait une vidéo sur vous (qui peut être visionnée ici ). Il est également chroniqueur chez nous. Quelle a été votre réaction quand vous aviez appris qu’il a fait une vidéo sur vous ? Evan, quand tu as partagé la vidéo, tu disais que tu avais suivi 4 ans de cours de français. Etait-ce un choix ? Aimes-tu la culture française ?

Evan : C’était super cool ! Pour être honnête, je ne me souviens d’aucun mot de français haha, donc je suis désolé de dire que je ne peux pas trop le comprendre, mais je peux au moins dire que c’était bien. J’étais jeune à ce moment-là, donc je ne pense qu’il y avait de raison particulière pour cette décision. Cependant, j’aimerais bien en apprendre un peu plus et j’adorerais visiter la France un jour avec Wilderun.

Quand je regarde vos dates de tournée, je vois que vous êtes venus quelques fois en Angleterre (Manchester, Cambridge, Worcester…), mais vous n’avez jamais été dans d’autres pays européens. Pensez-vous venir faire dans le futur une tournée en Europe ?

Dan : Ces dates se sont déroulées dans le Massachussetts haha. Je sais que ça rend confus d’avoir tous ces noms de villes anglaises, spécialement quand c’est dans le Massachussetts. Plus sérieusement, une tournée en Europe est un de nos objectifs premiers sur notre liste.

Vous avez fait plusieurs concerts avec des groupes de folk metal, comme Turisas, Korpiklaani, Moonsorrow, Arkona,…Avez-vous passé du bon temps avec eux ? Avez-vous une anecdote drôle à nous raconter sur eux ?

Wayne : Mon anecdote favorite était probablement celle où on a ouvert pour Turisas, Firewind et Stolen Babies. Le concert se passait en hiver dans le Massachussetts. Le bus de tournée de Turisas avait été bloqué par une tempête de neige sur la route du concert.

Les membres de Stolen Babies avait voyagé de leur côté, mais tout leur matériel live était dans la remorque attachée au bus de Turisas. Après discussions avec le propriétaire de la salle et Stolen Babies, il a été décidé qu’on prête notre matériel pour qu’il puisse jouer. Pour nos deux groupes, nous devions jouer un petit plus longtemps pour essayer de gagner du temps jusqu’à ce que Turisas arrive.

Stolen Babies

Quand le bus de Turisas a finalement pu s’extirper de la tempête et arriver, c’était tellement la course pour emmener leur matériel sur scène qu’on a donc travaillé tous ensemble [pour les aider à] tout déballer et tout installer. Ils ont finalement du utiliser la batterie de notre batteur pour le concert, par manque de temps.

C’était tellement cool de travailler tous ensemble comme une équipe avec ces groupes en tournée et de faire à ce que le concert soit un succès !

Firewind

Après qu’on ait prêté notre matériel, on s’est tous retrouvés après le concert dans un moment unique. Nous avons tous tissé des liens d’amitié avec chaque membre des groupes, ce qui a été très gratifiant.

Turisas

“Sleep at the Edge of the Earth” a été publié en 2015. Donc avez-vous des infos sur un potentiel futur album ? Quels sont vos projets pour le futur ?

Evan : Au moment où on parle, on ne peut rien annoncer de concret, mis à part qu’un nouvel album est sur les rails, donc soyez prêts ! A part faire de la musique, évidemment nous aimerions faire une tournée bien plus loin, particulièrement en Europe, donc j’espère que ce sera dans les cordes et que ça se fera.

Un dernier mot avant de conclure ?

Dan : On a les meilleurs fans du monde. Je suis stupéfait à chaque concert qu’on fait dans des lieux que je n’ai jamais vu où je rencontre des gens qui disent à quel point notre musique est inspirante et dynamique. Je ne peux vous remercier davantage pour votre soutien. En attendant de vous plonger dans de nouvelles musiques !

Evan : Merci pour l’interview !

Merci beaucoup pour vos réponses ! En espérant vous revoir très vite !

English Version : click on here

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.