[EXCLUSIVITÉ VALKYRIES !!!] Sojourner – The Shadowed Road

Souvenez-vous. Il y a déjà deux ans de cela, un groupe dont les membres viennent d’ici et d’ailleurs sortait son tout premier album Empires of Ash chez le label Avantgarde Music. Ledit album reçut un succès qui dépassa toutes les espérances du groupe. Vous avez sans doute deviné duquel il s’agit, Sojourner bien entendu !

Comme il serait dommage de s’arrêter en si bon chemin, les chouchous néo-zélandais de Valkyries ont travaillé d’arrache-pied durant plus d’un an afin d’offrir à leurs fans un digne successeur d’Empires of Ash. Vu le niveau de ce premier album, on a du mal à croire qu’il est possible de faire encore mieux. Qu’importe, Sojourner tient à relever le défi, et ce, pour notre plus grand bonheur !

Avant même d’écouter The Shadowed Road, rien que la magnifique pochette de l’album a déjà le don de nous faire voyager, comme c’était également le cas avec celle d’Empires of Ash. Une fois encore, Sojourner intègre des éléments qui rappellent les différents pays où vivent les membres du groupe, c’est-à-dire essentiellement la Nouvelle-Zélande et l’Ecosse, mais aussi la Suède et l’Italie. Bien que les pochettes des deux albums soient dans le même esprit, le groupe a cette fois-ci fait appel au talentueux artiste roumain Sebastian Luca. Si l’on parcoure le booklet de l’album, on s’aperçoit qu’un animal est représenté à plusieurs reprises, à savoir le cerf. Serait-ce une métaphore de la majesté qui nous attend dans l’album ? C’est ce que nous allons vérifier de ce pas !

D’une manière générale, on peut constater de nombreux changements par rapport à Empires of Ash. Evidemment, on retrouve plus que jamais la patte de Sojourner avec des mélodies épiques, mais on peut relever une évolution, et pas des moindres ! Pour ce deuxième album, Sojourner ont choisi de mettre davantage en valeur l’aspect mélodique au détriment du côté “black metal”. Bien évidemment, cet élément est toujours présent, mais dans une moindre mesure. Cet élément pourrait donc refroidir les amateurs de black metal, mais tous les autres qui apprécient le metal mélodique, épique et atmosphérique seront servis !

A noter également un changement notable concernant les voix. Pour le chanteur principal Emilio, il est important de mentionner que celui-ci nous fait don d’une performance vocale impressionnante en modulant son growl, tantôt black, tantôt death, bien que celui-ci était loin d’être monotone dans Empires of Ash. Il convient également de parler de Chloe Bray (chanteuse, flûtiste et guitariste) qui apporte en grande partie une identité propre au groupe. On nous avait en effet promis plus de chant féminin sur le deuxième album, et Sojourner a honoré cette promesse ! Et quel chant ! Toujours aussi angélique et apaisant !

Enfin, un nouvel élément qui fait toute la différence par rapport au premier album, c’est la présence d’une vraie batterie, et ce, grâce à Riccardo Floridia (également batteur d’Atlas Pain) qui a officiellement rejoint le groupe l’année dernière ! Pour la production de l’album de façon générale, le résultat est absolument impeccable. Il faut dire que le groupe fut très bien entouré puisque Øystein G. Brun (leader de Borknagar) s’est chargé du mixage de l’album, et la légende qu’est Dan Swanö (Edge of Sanity, Diabolical Masquerade, Bloodbath …) l’a masterisé.

Chaque morceau de l’album est une perle, mais toujours est-il que certains passages nous ont tout particulièrement transportés. “Winter’s Slumber” nous offre une très belle entrée en matière avec son introduction au piano. Pourtant vous ne faites pas erreur, c’est bien d’un groupe de black metal épique dont nous parlons, la voix très puissante d’Emilio Crespo se charge de nous le rappeler. Cette première chanson est également portée par la voix enjôleuse de la guitariste / compositrice / flûtiste Chloe Bray et se termine comme elle a commencé, par quelques notes mélancoliques de piano, une franche réussite qui augure du meilleur pour le reste de l’album !

Justement, vient ensuite “Titan” (rien à voir avec Septicflesh au passage), qui a la particularité d’avoir bénéficié de l’apport parolier d’Anders Jacobsson (leader de Draconian et grand ami d’Emilio Crespo). Cette fois-ci, c’est une très belle partie de guitare acoustique qui ouvre le morceau, ce qui nous emporte avant d’être réveillés une fois de plus par un growl surpuissant, ainsi que par des riffs de guitare donnant une envie irrépressible de headbanguer. “Titan” permet de faire ressortir le côté folk avec cette flûte assez discrète mais omniprésente et très bien intégrée à la structure du morceau. Ce qui est d’ailleurs étonnant dans ce morceau, c’est la mélodie de cet instrument lors des refrains qui parait très festive alors que l’ensemble est surtout épique.

Le morceau suivant, “Ode to the Sovereign”, débute de la plus belle des manières avec une intro magnifique (décidément ce groupe sait soigner les débuts des morceaux) avant d’exploser dans une furie dévastatrice très speed durant laquelle Riccardo s’en donne à cœur-joie. Cependant, Sojourner ne renie pas pour autant le côté mélodique, notamment grâce à une guitare lead de toute beauté. Ce morceau risque donc fortement de vous séduire de par son aspect plus mélancolique et épique dans la même veine que “Homeward” sur Empires of Ash, avec un growl lancinant à souhait lors des refrains et la très belle apparition de Chloe à la fin. A tel point que l’on se prend à rêver d’un EP acoustique avec uniquement la demoiselle comme chanteuse (ben quoi, l’espoir fait vivre non ?). Le morceau peut également faire penser à “Stone of Remembrance” de Gallowbraid, notamment lors du superbe bridge mené par la guitare, les claviers et la flûte. La formation américaine est d’ailleurs une des influences notables de Sojourner.

Avec “An oath sworn in sorrow”, Sojourner nous propose la “ballade” de l’album, toutes proportions gardées bien sûr. Disons que le tempo se ralentit sur ce titre judicieusement placé au milieu de l’album. Chloe nous fait profiter de sa très jolie voix, oui nous insistons là-dessus, mais il est indéniable que la vocaliste apporte un plus à la musique du groupe, et ses interventions sont toujours impeccablement placées.

Après cette petite pause bienvenue, l’album repart sur les chapeaux de roue avec “Our bones amongst the ruins” où là encore, flûte, piano et guitare lead sont superbes et contrebalancent l’agressivité des blasts de Riccardo. Ce morceau est lui aussi intéressant puisque le bassiste Mike Wilson a participé à son écriture, et le groupe s’est davantage inspiré de Moonsorrow pour celui-ci.

Vient ensuite le plus long titre de l’album (près de dix minutes) qu’est le superbe “Where lost hope lies”, porté par une ligne de guitare lead absolument irrésistible.

Enfin, le morceau éponyme “The Shadowed Road” (dont les paroles ont été écrites par Chloe) conclut l’album de la plus belle des manières. C’est sans doute le plus cinématographique de l’album, l’introduction avec le chant de Chloe quasiment a cappella fait véritablement penser à une musique de film ! Mais le passage qui pourrait vraiment donner des frissons, c’est à la fin du morceau, dès que Chloe et Emilio chantent à l’unisson, on en aurait presque l’impression de s’envoler ! Le voyage auquel nous a conviés Sojourner s’achève donc sur un final éblouissant, et qui ne donne qu’une envie, presser à nouveau la touche “play” !

Seconde réalisation donc pour Sojourner et seconde réussite flamboyante ! Les deux compositeurs Chloe Bray et Mike Lamb (guitare également) ont travaillé d’arrache-pied pendant un an et demi, afin de nous livrer cette sublime galette. The Shadowed Road vous emmènera dans un tourbillon d’émotions, un voyage inoubliable, d’ores et déjà l’un des albums incontournables de 2018. Et attention, cet album peut également provoquer de fortes poussées de libido ! Ne passez en tout cas pas à côté et retenez bien ce nom Sojourner, l’équipe de Valkyries attend impatiemment de les voir à Glasgow le 26 avril pour leurs grands débuts scéniques.

Fée Verte et Nidhögg

Note : 20 000 / 10

(Non en vrai 10/10 car on est toujours objectif chez Valkyries !)

Tracklist :

1. Winter’s Slumber
2. Titan
3. Ode to the Sovereign
4. An Oath Sworn in Sorrow
5. Our Bones Among the Ruins
6. Where Lost Hope Lies
7. The Shadowed Road

Date de sortie : 15 mars 2018

Liens du groupe :

https://www.facebook.com/metalsojourner/

https://sojournermetal.bandcamp.com/

Précommandes de l’album :

CD : http://avantgardemusic.bigcartel.com/product/the-shadowed-road-digibook-cd

Vinyle : http://avantgardemusic.bigcartel.com/product/the-shadowed-road-double-lp-preorder

T-shirt : http://avantgardemusic.bigcartel.com/product/the-shadowed-road-tshirt

Les trois produits : https://avantgardemusic.bandcamp.com/album/the-shadowed-road

Premier extrait de l’album : https://avantgardemusic.bandcamp.com/track/winters-slumber

Laisser un commentaire