Euclidean – Quod Erat Faciendum

Euclidean, groupe Suisse formé en 2010, aura attendu longuement avant de nous dévoiler un premier album. « Quod Erad Faciendum » est un album mystérieux, puissant et complexe. L’ambiance créée est sensiblement identique à celle de Regarde Les Hommes Tomber. Soyez prêt pour un voyage dans les secrets des nombres, de la religion, et des astres.

L’ouverture de l’album est lente. L’atmosphère s’épaissit et peu à peu, chaque instrument s’ajoute les uns aux autres, guitares ultra-saturées, batterie martelant un rythme lent. La voix, ou plutôt le murmure (qui semble être en latin) parachève le tout. Le décor est posé. Si vous aimez tout ce qui est mystique, secret, et avec une pointe de mathématiques, vous serez surement captivé par cet album. Comme l’illustre le second morceau, « Numbers Hold Sovereignty »  qui fait l’éloge des mouvements des astres, de l’espace qui nous entoure, et des liens étroit que tout cela à avec les chiffres. Une particularité de cet album, c’est qu’un morceau sur deux est plus court. Comme si chaque musique introduisait la chanson qui suit. Cela donne une structure à l’album, comme une cadence, un rythme atypique. Les titres des chansons aussi, ne sont pas laissés au hasard. On sent que l’album monte crescendo : « As He Reached the Divine Yearning », le titre le plus long, reste dans la continuité des chansons précédentes, avec ses mouvements lents, qui finissent par lentement s’éteindre et s’effacer. Plus mélancolique, « Obstinatio » sonne comme annonciatrice d’une catastrophe avant « And God Bred Chaos » point culminant de l’album. Puis on arrive sur la fin, avec « Numbers Held Sovereignty », faisant échos au début de l’album.

 

Musicalement, cet album est très bien construit. La partie basses, sans étouffer les guitares, nous retiens captif et entre en résonance avec nous. Les coupures avec des passages plus atmosphériques sont soigneusement travaillées, et s’intègrent parfaitement avec l’ambiance créée. Si on tend bien l’oreille, on peut entendre quelques phrases en français, sur « As He Reached the Divine Yearning » (29:50). En fermant les yeux, on pourrait alors s’imaginer dans une crypte enfumée et obscure, témoin d’une réunion secrète.  C’est totalement l’ambiance qui est cherché au cours de cet album, et je pense que les Suisses ont bien réussi leur coup ! A écouter de préférence avec un casque pour une meilleure immersion …

 

Note : 9/10

Sortie le : 21/12/2017

Tracklist :

  1. Increatus
  2. Numbers Hold Sovereignty
  3. Superstitio
  4. As He Reached The Divine Yearning
  5. Obstinatio
  6. And God Bred Chaos
  7. Religio
  8. Numbers Held Sovereignty

Lien vers l’album

Bandcamp

Facebook

Laisser un commentaire