Ensiferum / Drakwald / Cerevisia – Rouen

Dimanche 25 octobre 2015, excursion dans la ville aux cent clochers pour une affiche 100% folk metal. Au menu, les Marseillais de Cerevisia en amuse-gueule, les Tourangeaux de Drakwald en entrée, et les Finlandais d’Ensiferum en plat de résistance (le dessert ça sera après avec Drakwald). J’arrive un peu avant 18h devant le 106, salle que je découvre, bien qu’étant déjà venue plusieurs fois à Rouen. Comme le nom le laisse supposer, la salle se trouve au 106 du quai Jean de Béthencourt, sur la rive gauche de la Seine. C’est donc dans cet ancien entrepôt réhabilité en salle de concert que nous allons passer la soirée.

Les portes ouvrent à 19h, et je croise immédiatement les membres de Drakwald. Après un brin de causette, je me mets en place dans la salle. Pour donner une idée à ceux qui n’y auraient jamais mis les pieds, niveau capacité d’accueil, on se rapprocherait plus du Nouveau Casino à Paris, soit près de quatre-cents personnes.

Ensiferum

CEREVISIA

Il est 19h30 et les six membres de Cerevisia entrent en scène (non, Marty n’est pas encore retourné en 1985), dans leur tenue de scène habituelle … sauf le batteur qui n’a pas voulu révéler son identité jusqu’à la fin du concert, ce dernier portant un masque à cornes avec des gravures celtiques. Avant le début du concert, j’avais deux appréhensions majeures. La première par rapport au son. Sera-t-il de bonne qualité ce soir ? Saura-t-il mettre en valeur les claviers de Johan ? Et la deuxième interrogation, le public normand leur portera-t-il un triomphe ? Très vite, ces deux craintes se sont envolées. Le son était parfait, et les vieux démons qui avaient frappé le groupe au début de leur set au Ragnard Rock cet été n’étaient plus qu’un lointain souvenir. Beaucoup de spectateurs semblaient découvrir le sextette ce soir et d’après leur enthousiasme, il y a fort à parier qu’ils aient été conquis. Je n’étais pas en mesure d’observer l’ambiance dans le pit d’où je me trouvais, mais à entendre le public répliquer aux sollicitations des musiciens, cela ne fait aucun doute. Il faut dire que voir des membres aussi proches et aussi heureux de jouer fait vraiment plaisir à voir. Le chanteur Stephan simulera même un pogo tout mignon avec le bassiste Maxime. Au bout de trente minutes, le set touche (déjà !) à sa fin. Diable, c’est passé tellement vite ! Certes, j’ai eu ma préférée, « Summon the Nightbringer », la fameuse chanson aux airs de berceuse finntrolliens, mais une petite danse de l’épée n’aurait pas été de refus !

SETLIST

  1. Brace Yourself (intro)
  2. The Ancient Gods
  3. Diviciacos
  4. Summon the Nightbringer
  5. Flight of the Crows
  6. Heroic Charge
  7. The Walker

DRAKWALD

Le temps du changement de plateau, les cinq Tourangeaux débutent leur set à 20h15 (mince, à cinq minutes près, on aurait eu le nom de l’émission sur Canal+). Je ne vais pas tourner autour du pot, ce set était on ne peut mieux. Là aussi, le son a joué en leur faveur, et les mélodies de la flute et de la cornemuse de Bertrand n’ont pas trainé à nous transporter. Le public est survolté, pogos par-ci, slams par-là, sans oublier le légendaire wall-of-death sur « Giant with the Axe ». La setlist s’annonçait semblable à celle du Motocultor, lorsque, ô surprise, le groupe nous joue en exclusivité un morceau de leur deuxième album en préparation, « Rebirth ». Au moment d’introduire le morceau, Thibaud en profite pour nous inciter à participer au crowdfunding lancé il y a deux semaines. D’ailleurs si vous ne l’avez toujours pas fait, vous avez encore le temps de vous racheter, il reste un peu moins d’un mois. Bref, pour leur dernière de l’année, le quintette nous a gratifié d’un set sans bavure, et qui, là aussi, est passé bien trop vite (oui parfaitement, trois-quarts d’heure, ce n’est pas assez) ! Mission accomplie, les deux groupes en première partie nous ont parfaitement mis en conditions pour accueillir la tête d’affiche en bonne et due forme.

SETLIST

  1. Let the Slaughter Begin
  2. Diving in the Depth of Agony
  3. Escape the Claws of Fate
  4. When Beer’s Flowing
  5. Giant With the Axe
  6. Rebirth
  7. Raise our Swords
  8. Inhale the Ashes of Honor
  9. Blood and Glory

ENSIFERUM

L’attente est insoutenable, la demi-heure nécessaire au changement de plateau me parait interminable. A 21h, les Finlandais entrent enfin en scène. Sans conteste, c’est le meilleur show du groupe auquel j’ai assisté. Sami et Markus sont, comme à l’accoutumée, des bêtes de scène, parcourent la scène de long en large en courant, arborent leur plus beau sourire … Et quel plaisir de retrouver l’accordéoniste Netta Skog, de loin bien plus souriante et extravertie qu’Emmi, la claviériste habituelle. Même Petri, à qui l’on reproche souvent de ne pas être le frontman le plus communicatif qui soit, se révèle être plus à l’aise que d’habitude et nous sollicite beaucoup plus. Il lance par exemple un concours du « à qui criera le plus fort » en demandant à tour de rôle aux spectateurs du côté de Sami et à ceux du côté de Markus d’hurler à son signal.

Le set semble se dérouler comme prévu, lorsque soudain, Janne rencontre des soucis avec sa batterie. Le temps de régler le problème, place à une superbe improvisation de Sami et de Netta, qui entament un petit air de humppa l’un en face de l’autre. Et les surprises ne s’arrêtent pas là, moi qui m’attendais à avoir une setlist similaire à celle du concert à Paris en mars dernier, j’ai eu le plaisir de voir pour la première fois en live la fameuse reprise de « Bamboléo » avec les sombreros, ou bien encore « In my Sword I Trust » lors du rappel. Inutile de préciser que le public s’en est donné à cœur joie pendant ces quatre-vingt-dix minutes, l’occasion parfaite d’éliminer les calories accumulées par la bière pendant les pogos, slams et circle pits.

Il est 23h, et le concert touche à sa fin. Alors que je me dirige vers la sortie, j’aperçois un de mes amis. Décidément, cette soirée aura été pleine de surprises jusqu’au bout. Je retrouve ensuite les membres de Drakwald près du merch, et j’en profite pour acheter cet album de Cerevisia qui me faisait de l’œil depuis un bon moment. Un dernier brin de causette, et il est maintenant temps de rentrer, encore une fois, avec de beaux souvenirs plein la tête !

SETLIST

  1. March of War + Axe of Judgement
  2. Heathen Horde
  3. One More Magic Potion
  4. Warrior Without a War
  5. From Afar
  6. Token of Time
  7. Battle Song
  8. Lai Lai Hei
  9. Burning Leaves
  10. My Ancestors’ Blood
  11. Two of Spades
  12. Bamboléo (Gipsy Kings Cover)

Rappel :

  1. In my Sword I Trust
  2. Twilight Tavern
  3. Iron

Laisser un commentaire