Eluveitie – Origins

eluveitieEluveitie. Rien qu’a l’écriture ou à l’écoute de ce nom, l’aventure commence. Avec le patrimoine musical de la formation, ses antécédents et son identité, les amateurs savent que ce groupe est particulier. Moi qui suit un aficionados de culture celtique, d’envolées épiques et de sons puissants venus du fond des âges, je suis rarement objectif lorsque je cause de la formation helvète dont le nom, en gaulois s’il vous plait, signifie « Je suis l’Helvète ». Et pour l’être, ils le sont, tant l’ADN du groupe est profondément païen et porté par des énergies miraculeusement intactes venues tout droit d’un temps où les carnyx raisonnaient au cœur des montagnes et des forêts gauloises.

Que cela vous rassure, Origins le bien nommé est fidèle à ce qui fait la magie du groupe. Une nouvelle fois, Chrigel Glanzmann et sa troupe de guerriers musicaux sont au rendez-vous de l’épique et du magique. La structure de l’album est vraiment très similaire au dernier Helvetios : alternance de morceaux héroïques, de balades celtiques, de contemplation et de flots de paroles posés et pour tout dire assez transcendants lorsque l’on y est sensible. C’est probablement là ma première, et seule critique de ce nouvel opus, la surprise ne réside pas dans la nouveauté de la line-up mais dans le fait qu’ils parviennent à nous renvoyer en terre celte tout aussi efficacement qu’avec Helvetios, avec la même recette. Exemple typique cette limite, The Call of the Montains, morceau porté par une voix féminine sympathique mais qui reste une copie non conforme du bien meilleur Rose for Epona. Pour autant, le son enivrant des instruments folk, les rifs solides de guitares et la puissance des cœurs féminins/masculins d’un morceau comme Celtos nous font vite oublier ce petit manque d’innovation. The Silver Sisters, Vianna ou encore Carry The Torch sont autant de versions modernes et musclées de nos anciens récits celtes transmis de barde en barde il y a des siècles et des siècles. The Day of Strife qui nous conte l’histoire d’une période de conflits et de guerres, à aussitôt fait de nous intégrer la mélodie et la voix si particulière du chanteur au plus profond de l’âme. Spécialité du groupe, ces morceaux engagés, rapides et prenants sont entrecoupés de récits musicaux, bien plus doux et enivrants. On citera pêle-mêle deux de ces petits bijoux sur l’album, Nothing et Ogmios, qui sont salutaires pour reprendre un peu ses esprits mais qui n’égalent pas le Scorched Earth du précédent disc (comment lutter contre 4 minutes de récit en gaulois helvète entrecoupé de flute irlandaise ?). Les hommages aux personnages, mythiques ou pas, sont aussi légion sur les 16 pistes proposées par le groupe. Evidemment on pensera à The King mais c’est clairement Sucellos, hommage au dieu gaulois équivalent du Dagda irlandais, qui m’a complètement embarqué. La vigueur des chants et des instrumentations, les refrains en forme de transe, l’agilité de la flute en fond de loin mon morceaux préféré de l’album.

Origins, c’est l’histoire d’une aventure, comme souvent avec Eluveitie. Un voyage de plus d’une heure dans le passé, en communion avec ce qui était, ce qui est et probablement aussi ce qui sera. Ce groupe est notre barde folk actuel, passeur de plaisir, de souvenirs et de fables pour ne pas oublier. C’est ce qui fait d’Eluveitie un groupe qui sera toujours pour moi un groupe particulier, malgré ses défauts, car il contribue à transmettre et à perpétuer quelques éléments de la civilisation celtique, trop belle et trop fondamentale pour être oubliée.

Actobedios 

Notes : 8.5/10

Tracklist :

1 – Origins
2- The Nameless
3 – From Darkness
4 – Celtos
5 – Virunus
6 – Nothing
7 – The Call Of The Mountains
8 – Sucellos
9 – Inception
10 – Vianna
11 – The Silver Sister
12 – King
13 – The Day Of Strife
14 – Ogmios
15 – Carry The Torch
16 – Eternity

Sortie : 1 Août 2014

liens du groupe :

Facebook, Site Officiel.

Laisser un commentaire