Eldamar – A Dark forgotten past

Aujourd’hui au programme, une chronique commune de Fée Verte et d’Axoria qui ont pu découvrir le nouvel album d’Eldamar s’intitulant A dark forgotten past.

Fée verte : Connaissant et ayant apprécié particulièrement le premier album The Force of the Ancient Land, j’ai remarqué que dans ce deuxième opus, les instruments électriques (guitare et batterie) étaient davantage mis en avant, même si les claviers (souvent très épiques et lumineux comme chez Lustre) ont toujours une importance non négligeable. Les instruments électriques apportent donc plus d’agressivité, notamment dans « Another Journey Begins » et « Ancient Sorcery », élément qui n’apparaissait que très peu dans l’album précédent.

Axoria : En effet, si l’on veut comparer, et ayant été aussi un grand fan du premier album, on reste globalement sur une ambiance très proche, mais on ressent bien une influence bien plus importante des éléments électriques dans cet album. Cet ajout n’est pas vraiment dérangeant et cela ne retire rien à la qualité globale de ce deuxième opus. Sinon, la belle alternance des chants feminins et de la complainte de style black-metal est toujours aussi présente, accompagnées de belles mélodies avec l’aspect « gouttes d’eau » des claviers qui donne cette ambiance « verte et nature » si particulière qui caractérise le groupe.

Fée verte : C’est exact, l’association entre le chant féminin, pur, féerique et apaisant, et les lamentations black crée un joli contraste, mais le fait que le chant féminin soit artificiel rompt un peu le charme et la magie de la musique. Il y a tout de même une petite nouveauté dans les voix avec quelques chœurs masculins comme dans le titre « Another Journey Begins ».

Axoria : Des voix féminines composées de véritables chœurs auraient en effet ajouté un pallier d’intensité supplémentaire, cette émotion qui fait vibrer et transporte les auditeurs. Or, ici ce n’est pas le cas et c’est particulièrement dommage et cela confère à cet album un caractère plus plat et assez répétitif.

Fée verte : Même si les mélodies sont belles, elles ont effectivement tendance à être un peu redondantes. Les derniers titres de l’album sont davantage mélancoliques (« The Passing »), et le dernier morceau « New Understanding » sonne davantage comme un message d’espoir véhiculé par le chant féminin. Le chant black soutenu par la guitare et la batterie créent plus d’intensité.

Axoria : Cette belle fin d’album me redonne en effet le sourire sur ce deuxième opus qui ne m’avait jusque là pas véritablement transcendé autant que le premier. Je suis au final plutôt convaincu.

Tracklist :

  1. Return of Darkness
  2. Another Journey Begings
  3. In Search for New Wisdom
  4. A Secret by the Branches
  5. Ancient Sorcery
  6. The Passing
  7. New Understanding

Note Fee Verte : 6/10   ;    Note Axoria : 7/10

Sortie le 1er décembre 2017

Laisser un commentaire