Duskmourn – Of Shadow and Flame

Peut-être vous souvenez-vous de la formation américaine Duskmourn, dont mon collègue Thrall avait déjà vanté les mérites dans sa chronique du premier album, Legends, sorti il y a trois ans de cela. Le duo composé de Bill Sharpe (batterie, guitare, claviers et choeurs) et de Walter Deyo (chant, basse, guitare) est enfin de retour avec un deuxième opus, tout nouveau, tout beau (du moins, c’est ce que l’on espère !). Je vous présente donc Of Shadow and Flame, sorti en auto-production il y a maintenant un petit mois. L’album a été enregistré aux Dwarvish Iron Studios, et a été mixé et masterisé par Christoph Brandes d’Iguana Studios (oui oui, celui qui a aussi collaboré avec Finsterforst, Imperium Dekadenz et Gorgon entre autres !). L’artwork, réalisé par le chanteur du groupe en personne par le biais de Oaken Throne Design. De par le contraste entre les couleurs rougeoyantes et noires, celui-ci renvoie une atmosphère toujours aussi sombre que celui de l’album précédent, mais également plus épique.

Nous voilà donc partis pour près d’une heure de voyage et d’aventure, et quoi de mieux qu’une bonne petite intro instrumentale pour nous mettre dans le bain ! « Ancient Whispers », c’est l’association parfaite entre les atmosphères ambiantes et épiques, véhiculées par le souffle du vent et des bruits de pas, mêlés à des claviers enchanteurs et à la flûte.

Tout au long de l’album, force est de constater que Duskmourn reste plutôt fidèle à lui-même par rapport au premier album. Dans l’ensemble, on a toujours plus ou moins affaire à du death mélodique, agrémenté par ci par là de touches épiques, folk ou black (« Mountains of Darkness »). Néanmoins, le côté folk se révèle être un peu moins présent que dans Legends. En revanche, de l’épique, ça il y en a ! Tandis que les chœurs et certains riffs feront davantage penser à Moonsorrow (« Through the Wild », « Mountains of Darkness » …), les belles envolées de la guitare lors des solos ainsi que les phases plus atmosphériques et mélancoliques rappelleront plutôt Insomnium (« The Frozen Mire »).

Comme dans Legends, les claviers occupent toujours autant une place de choix dans la mesure où ces derniers donnent plus de profondeur aux morceaux. Grâce à cet instrument, Duskmourn joue sur les différentes ambiances, tantôt épiques (solo de « Where Shadows Lurk »), tantôt atmosphériques (bridge et conclusion de « Mountains of Darkness »). Lorsque les claviers imitent les sonorités d’autres instruments, notamment la flûte et les cuivres, l’ambiance se montre respectivement plus folk (« The Last Voyage ») et plus chaude (dans « Crowned in Flame », on sent que la colère gronde et qu’un volcan est sur le point de sortir de son sommeil).

Au bout de presque une heure de lutte acharnée, le voyage se termine dans le calme absolu avec la conclusion ambiante de « The Last Voyage », qui nous berce avec le bruit des vagues et quelques notes de claviers.

Amateurs d’ambiances épiques et mélancoliques, vous pouvez vous jeter sur cet album les yeux fermés … mais les oreilles grandes ouvertes !

Fée Verte

8/10

Tracklist :

1. Ancient Whispers
2. Through the Wild
3. The Frozen Mire
4. Where Shadows Lurk
5. Mountains of Darkness
6. Crowned in Flame
7. The Last Voyage

Sortie le 16/06/2017

Liens du groupe :

http://www.duskmourn.com/
https://www.facebook.com/duskmournmetal/
https://duskmourn.bandcamp.com/album/duskmourn

Laisser un commentaire