Drearyym – Precursions

Il y a bientôt deux ans de cela sortait le premier EP de la jeune formation finlandaise originaire de Lempäälä, Drearyym. Bien des choses se sont passées depuis la sortie de ces Myths of the White North. En effet, le quintette a dévoilé l’an dernier pas moins de deux nouveaux singles, à savoir Hunter’s Tale et Nine Divines, ainsi qu’un deuxième EP, Precursions Part I, et ce, avec un nouveau line-up : ce sont désormais le bassiste Aleksi Tossavainen et le batteur Mika Ilkka qui se joignent aux trois membres originels.

Ces quelques sorties laissaient présager celle d’un futur premier album, et c’est désormais chose faite, puisque Drearyym nous revient en ce début d’année 2017 avec Precursions, d’une durée avoisinant les 45 minutes. Seulement voilà, en regardant le titre des morceaux qui composent l’album, l’on s’aperçoit qu’il n’y finalement que très peu d’inédits : seuls les deux premiers, « Draugr March » et « In Obsidian », n’ont jamais été dévoilés auparavant, tandis que « Nine Divines » et « Hunter’s Tale » ont été révélés l’an dernier en tant que singles. Quant à « Old Barn », bien qu’étant réenregistré avec le nouveau line-up, celui-là apparaissait déjà sur la démo de 2014. C’est donc une petite déception de trouver si peu de nouveaux titres, mais ne nous arrêtons pas à cela et allons voir ce que le groupe nous propose.

Precursions débute sur « Draugr March », morceau quasi instrumental dans lequel les claviers se font cristallins, sur un fond orchestral et épique. Un growl survient, sur un ton narratif, accompagné de chœurs féminins atmosphériques et masculins guerriers. Une bataille semble se préparer, la batterie imite une marche militaire. Plus que jamais, les légendes nordiques sont au cœur de l’univers de Drearyym. Il n’y a qu’à s’attarder sur le titre du morceau pour s’en assurer, puisqu’un Draugr était une créature vampirique de la mythologie scandinave.

De prime abord, Precursions semble rester dans la même veine que l’EP Myths of the White North. Drearyym aborde des thématiques essentiellement « folk/pagan », sur une base black/death mélodique. La comparaison avec Wintersun est toujours aussi tentante. Les claviers occupent toujours une place importante puisqu’ils renforcent l’aspect mélodique des compositions, et créent une dimension à la fois orchestrale et épique. Drearyym parvient tout de même à créer un contraste en alternant ces phases avec des passages plus atmosphériques et mélancoliques, de par des claviers cristallins (bridge de « Nine Divines » et intro de « Hunter’s Tale »).

Certains morceaux parviennent à se démarquer des autres : tout d’abord « In Obsidian », avec un bridge dont les sonorités feraient penser à celles d’un cirque, et nous évoqueraient de ce fait l’univers de Finntroll. Puis il y a « Hunter’s Tale », morceau de l’album le plus varié au niveau des voix, puis qu’on peut entendre à plusieurs reprises une voix masculine narrative, du growl, des chœurs … et du chant féminin ! Il s’agit de Sara Strömmer, chanteuse du groupe finlandais de doom/death mélodique End of Aeon, et dont la voix pourrait se rapprocher de celle de Tina Stabel (SuidAkrA). Le final du morceau vire dans un premier temps sur une touche lyrique, avec ce chant plus aigu uniquement accompagné de la batterie et des claviers, puis épique, avec la reprise des guitares et les chœurs masculins.

Drearyym nous délivre un premier album prometteur, bien que la majorité des pistes qui le composent donnent davantage l’impression de « remplissage ». Il aurait été plus judicieux que le réenregistrement de « Old Barn » et la version instrumentale de « Hunter’s Tale » figurent sur l’album en tant que bonus tracks, pour ainsi laisser une place à d’autres morceaux véritablement inédits. L’on souhaiterait également davantage de passages qui pourraient apporter une véritable identité aux différents titres.

Fée Verte

7/10

Tracklist :

  1. Draugr March
  2. In Obsidian
  3. Nine Divines
  4. Hunter’s Tale
  5. Old Barn (réenregistrement)
  6. Hunter’s Tale (Instrumental)

Sortie le 13/01/2017

Liens du groupe :

http://drearyym.com/
https://www.facebook.com/Drearyym/?fref=ts
https://drearyym.bandcamp.com/

Laisser un commentaire