Dool / Harakiri for the Sky

La fin de l’hiver approche doucement, et pour réchauffer les cœurs (ou pas …), l’association Garmonbozia a réuni Dool et Harakiri for the Sky en co-headlining à l’occasion de l’Elate | Elevate European Tour. Les deux groupes étaient de passage dans la capitale, plus précisément au O’Sullivans Backstage by the Mill, le mardi 6 mars 2018.

Cela ne faisait que cinq mois qu’Harakiri for the Sky avait donné un concert à Paris, et pourtant, j’étais très contente de retrouver la formation autrichienne sur scène. Et pour cause, celle-ci a sorti entre temps son quatrième album Arson, et il me tardait de voir ce que donneraient les nouveaux morceaux en live.

Le concert commence pile à l’heure prévue, et de la meilleure des manières pour ma part, puisque le premier morceau interprété n’est autre que “Heroin Waltz”, qui est sans nul doute mon préféré du nouvel album. Je suis ravie de constater que le son est aussi limpide que lors du concert donné au Klub quelques mois plus tôt. J’apprécie également que le groupe ait davantage d’espace sur scène afin de pouvoir s’exprimer pleinement. Et au moins, cette fois-ci, le chanteur ne s’est pas retrouvé dans la fosse. Néanmoins, même sur scène, la timidité de J.J. est palpable, car son regard était très souvent fixé au loin, et sa manie de chanter en nous tournant le dos était encore bien présente.

Je m’attendais à ce que le groupe interprète davantage de morceaux issus du dernier album, mais finalement, la setlist était assez équilibrée, avec au moins un titre pour représenter chaque album. Il faut aussi avouer qu’il est assez difficile pour le groupe de contenter tout le monde, car les morceaux tournent généralement autour des dix minutes. Par conséquent, pas de “Thanatos” à mon grand regret, mais les riffs magnifiques de “Viaticum” m’ont largement consolée.
Au bout d’une heure seulement, le groupe quitte déjà la scène sur “Mad World”. Malheureusement, ce dernier n’en fera pas la reprise comme je l’espérais tant, il faudra simplement se contenter d’un sample.

SETLIST : Heroin Waltz / Funeral Dreams / Tomb Omnia / Lungs Filled With Water / Stillborn / Viaticum / Jhator

Je ne savais absolument pas à quoi m’attendre avec Dool, et ce sera donc la partie “découverte” du concert. Les héritiers de The Devil’s Blood nous ont présenté ce soir leur premier album Here Now, There Then sorti l’an dernier.

Musicalement, on était à mille lieues d’Harakiri for the Sky, et pourtant, beaucoup d’entre nous sont restés dans la salle, soit par curiosité, comme ce fut le cas pour moi, ou tout simplement par admiration pour le groupe. Ce qui fait essentiellement l’originalité de Dool, c’est tout d’abord sa chanteuse/guitariste Ryanne van Dorst, mais également l’association de plusieurs influences musicales, la principale étant le rock, agrémenté toutefois d’éléments progressifs, psychédéliques, gothiques, stoner et doom (et oui, tout ça !).

Sans être non plus transportée, ce que j’entendais n’était pas désagréable. Certains passages à la guitare m’ont même beaucoup plu. Même si j’étais assez sceptique au début, ce concert est finalement passé plutôt vite. Comme quoi, sortir des sentiers battus de temps en temps, ça ne fait pas de mal ! Merci à Garmonbozia pour l’accréditation et pour avoir organisé ce concert on ne peut plus éclectique !

SETLIST : The Alpha / Golden Serpents / God Particle / In Her Darkest Hour / Vantablack / The Death of Love / Well’s Run Dry / She Goat / Love Like Blood (Killing Joke cover) / Oweynagat

Fée Verte

Laisser un commentaire