Darkher – Realms

Cet album étant sorti il y a maintenant deux ans, je l’ai retrouvé dans ma collection de CD et je me suis dit « Pourquoi ne pas en faire une chronique ? ». En effet je l’ai découvert, un peu par hasard, au détour d’une interview dans un magazine. Je ne l’avais pas écouté depuis longtemps mais il m’avait laissé une bonne impression. De plus, j’avais envie de vous faire partager une découverte que j’avais faite alors que je n’étais pas encore au webzine. Darkher est le projet de l’Anglaise Jayn H Wissenberg, reconnaissable à sa longue chevelure de feu. Son mari fait aussi partie de ce projet en tant que guitare lead. Niveau musical, Jayn a souvent été comparée à Myrkur ou encore Chelsea Wolfe. Évidemment, je vous dirai donc que si vous aimez ces artistes vous risquez d’apprécier Darkher également. Cependant, détrompez-vous, la jeune femme possède un univers artistique bien à elle.

Spirit waker est un titre instrumental atmosphérique tout en douceur qui enchaîne très rapidement sur Hollow Veil. Ce titre est magistral. La guitare commence, douce, soutenant des harmonies gémissantes, la voix de Jayn arrive, éthérée, la batterie la rejoint, puis s’enclenche le refrain avec sa rythmique lourde et sombre. Moths débute avec une guitare acoustique lugubre et hantée; s’enchaîne une rythmique doom où l’on peut entendre un clavier très typé 70’s. Selon la chanteuse, l’inspiration pour ce titre lui est venue lorsque cinq papillons sont entrés chez elle et cinq autres sont revenus 12 mois plus tard. Elle y a donc vu un signe très fort et spirituel. Le titre Wars est servi par une ambiance très pesante et lancinante…très doom ! Et ceci pendant plus de 6 minutes. La voix de Jayn vient ajouter une touche très aérienne à l’ensemble. Sur The Dawn Brings A Saviour, le chant semble se briser (dans le bon sens du terme), l’émotion est palpable. Les chœurs donnent l’impression d’être des murmures fantomatiques qui passeraient à travers les murs d’une vieille maison ou encore du bruit que peut faire le vent à travers les branches des arbres un jour brumeux.

Dans Buried Pt. 1 et Buried Pt.2, deux morceaux qui se suivent de façon très complémentaire, on peut retrouver des harmonies du morceau Hollow Veil auxquelles vient s’ajouter un violon. Puis la guitare reprend le dessus avec force avant que le calme revienne avec Jayn. Un titre résolument doom mais également tout en nuances. Foregone est, selon moi, l’un des meilleurs titres de l’album, et il annonce la couleur dès les premières notes avec sa guitare pesante. Pendant plus de 7 minutes, on alterne entre la douceur et la violence inhérente au style doom. Ce titre n’est que contraste entre une batterie agressive et des guitares saturées et, encore une fois, la voix féerique et triste à la fois de Jayn. Lament, morceau que l’on pourrait qualifier d’acoustique, finit de nous déchirer l’âme. Les paroles sonnent juste et puissantes.

C’est en le réécoutant pour cette chronique que je me rends compte de toutes les subtilités de cet album. C’est un projet très personnel étant donné que Jayn a perdu un proche durant son écriture. Si vous êtes attirés par tout ce qui touche à l’occulte, les sombres forêts et les vielles bâtisses hantées, laissez vous séduire sans hésitation par Darkher !

Taarna

8/10

Tracklist :

  1. Spirit Waker
  2. Hollow Veil
  3. Moths
  4. Wars
  5. The Dawn Bring A Saviour
  6. Buried Pt.1
  7. Buried Pt.2
  8. Foregone
  9. Lament

Sortie : 19 août 2016

Liens : Facebook, Bandcamp

Laisser un commentaire