Dark Medieval Fest

En ce Samedi 11 Mai 2019, se déroulait la première édition du Dark Medieval Fest à Chamelet (69). Pour un début, c’est déjà une affiche royale concoctée par les associations Ternand Médiéval et RécrééActiv.

C’est donc avec impatience que je prends la route accompagné de quelques amis. Une fois la partie autoroute franchie, nous passons donc dans de petites routes au milieu des collines verdoyantes du Beaujolais, autant vous dire qu’on en a pris plein les mirettes! L’événement semble être organisé en même temps qu’un rallye moto, car nous en croisons un nombre incalculable sur ces petites routes (c’était même plutôt dangereux).

Une fois arrivés à Chamelet, nous trouvons assez rapidement la salle des fêtes où le festival se déroulait grâce au fléchage présent dans le village.

Notre timing était large car nous voulions profiter pleinement de la fête médiévale avant le début des concerts. Ceci dit, nous avons vite déchanter, car celle-ci était … minuscule. Il y avait en effet environ 5 stands, donc nous avons vite fait le tour.

Une heure à patienter, heureusement qu’à la voiture nous avions un petit stock de boissons houblonnées !

A l’ouverture des portes, je me dirige immédiatement vers les stands de merch’ où sont présents les stands d’ADIPOCERE (qui pour le coup vendait principalement des breuvages alcoolisés, hop on refait les réserves de Tripolix!), de ASGARD HASS, de MTAF Records et de NEUTRAL ZONE Records. Si j’ai bien compris, BATTLE’S BEER devait être également présent, mais n’a pas pu à cause d’un vilain mal de dos, on lui souhaite bon rétablissement.

Passons à la partie musique, ce pour quoi nous sommes réunis en ce jour … C’est Land’s Way qui ouvrent les hostilités. Les Lyonnais nous livrent une performance honnête, les nuques s’échauffent tout doucement. Leur folk melodeath à violon est un très bon moyen de se mettre dans le bain, grâce à des compos efficaces et bien exécutées. Groupe à suivre !

SETLIST : Dawn Song / Blacksmith / Treasure / Crossed Road / Where Wolves Sleep / Ran’s Whirlwind / Land’s Way


La deuxième formation à monter sur scène est Hrothgar. On va pas se le cacher, dès les premières notes on sent que c’est du Amon Amarth-like. Bien que les compos ne transpirent pas forcément l’originalité, sur scène ça rend bien, le public participe, et le groupe interagit comme il se doit avec nous. Autant ce n’est pas ce que j’écouterais en album, mais en concert, j’ai passé un très bon moment.  Note spéciale pour les morceaux “Gods of North” et “Sons of Odin” qui sont bougrement accrocheurs. Petit bémol technique pour le deuxième micro qu’on entendait assez peu.

SETLIST : War Make Us Beasts / Kill My Son / I Am Berserker / Gods of North / Fight or Crime / Sons of Odin / The Revenge of Nidhogg / Wrath of Odinson


A l’origine le groupe qui devait enchaîner était Syn Metallum, mais  c’est finalement Catubodua qui ont joué à leur place. J’avais jeté une oreille très brève à ce groupe avant le jour J, et j’étais fortement intrigué par leur black pagan, je les attendais donc impatiemment. Encore une fois les soucis de micros (en dehors du principal) étaient assez gênants car on a perdu une grosse profondeur à la musique. J’ai eu un sentiment mitigé sur la performance du groupe. En effet, leurs chansons sont extrêmement bien composées, j’ai complètement adhéré au style, mais malheureusement on sentait le manque d’expérience scénique du quatuor. L’accroche a du mal à se faire et un gros effort est nécessaire pour arriver à entrer dans la bulle du groupe. Une fois qu’on y est par contre, on plane complètement et on a nullement envie d’en sortir. C’est donc un groupe qu’il va falloir surveiller, je pense que d’ici 3/4 ans leurs prestations scéniques auront sûrement gagné en maturité, et nous permettront d’être absorbés sans que cela ne nous demande un effort supplémentaire.

SETLIST : Dernier Serment / Chemin des Sacrifiés / Catubodua / Sagesse Ancestrale / Antumnos / Esprits Égarés / Sognariket Sine Krigarar (Windir Cover)


On continue dans la voie du black pagan avec le quatrième groupe, Ergotism. Dès leur arrivée, on sent le groupe qui a davantage l’habitude de la scène. Ils nous livrent des compos solides et prenantes. Toujours ce soucis de micro qui fait que la voix claire est bien plus en retrait que le chant black.

SETLIST : Intro / Jusqu’au Sang / Ôde à la Fille de Joie / Marche Forcée / Morte a Patria / Aux Âmes Perdues / Lat Oss Ta Allt Fran Varanda / Sang Paria / Outro


La prochaine formation à poursuivre le concert est la seule qui ne vient pas de France. Il s’agit en effet des Lettons de Varang Nord. On peut déjà noter que visuellement y’a un vrai effort de fait, entre les costumes traditionnels, les boucliers en décoration ou le pied de micro  avec un crâne d’élan, ça en jette ! Le groupe arrive comme une bouffée de fraîcheur grâce à son folk metal des plus festifs. Le groupe a l’air super content d’être là, délivre un show rempli de bonnes énergies, le tout en ayant une patte bien à lui qui est très plaisante. Le groupe a rejoué 2 chansons en guise de rappel, celles-ci ont mis une super ambiance dans la salle, ils ont eu raison d’en profiter.

SETLIST : Stuojīs / Warchant of the Forests / In the Halls of the Fallen / False God / Ale Warrior / As Men Poured Ale / Beard / Beer and Vodka / Sacrifice for the Old Gods / Ziemeļvīri


L’avant-dernier groupe de ce festival est Dux. On repasse ici sur du black très rentre-dedans, ayant parfois un petit aspect black’n’roll bien crade comme on aime. Rien à redire sur la performance scénique ou l’exécution, mais on sent qu’il se fait tard, certaines personnes du public ont déjà pris la route du retour, et beaucoup sont assis contre les murs ou sur les tables, la fatigue se fait bien sentir, et les compos très condensées du groupes n’aident en rien. A revoir potentiellement en pleine journée ou avec plus d’énergie.

SETLIST : Intro / Exuvie / J’entends Bêler / Le Ciel Est Vide / Les Canons de la Transcendance /La mort d’un Astre / La Chair Marque l’Esprit / Médée Triumphante / Nectamen…Lucdunum…/ Le Fruit de Vos Entrailles Est Maudit

Le septième et dernier groupe de la soirée n’est autre que Darkenhöld, un des groupes phares de la scène black médiéval française. Bien que le public soit complètement épuisé, le groupe puise dans toute son énergie pour nous livrer un super concert de clôture. Techniquement ils sont irréprochables, la plupart de leur morceaux ont une structure relativement complexe et pourtant ils sont exécutés de manière impeccable, et tout s’enchaîne avec fluidité. Autre point négatif, les balances ont été très bien effectuées et les Niçois ont eu droit au son qu’ils méritent, avec chaque voix, chaque sample et chaque instrument bien audibles. Un plaisir de les revoir, avec une setlist bien choisie et une durée de show d’un peu plus d’une heure.

SETLIST :  Medium Aevum / Strongholds Eternal Rivalry / Clameur des Falaises / La Chevauchée des Esprits de Jadis / Mesnie Hellequin / Le Souffle des Vieilles Pierres / Sous la Voûte de Chênes / Interlude / Ruines Scellées en la Vieille Forêt / Majestic Dusk Over the Sentinels / Ghouls and the Tower / Citadel of Obsidian Slumber / Présence des Orbes

Faisons maintenant un point global sur le festival!
Pour ce qui est du négatif, les deux aspects importants qui m’ont posé problème sont la fête médiévale qui était assez pittoresque, et les problèmes de micros qui ont un peu casser l’ambiance que les groupes voulaient installer. On peut aussi noter que certaines personnes n’ont pas pu rentrer car le festival était complet, mais on ne s’est pas sentis une fois à l’étroit, donc je pense qu’on peut soit augmenter la capacité potentielle de la salle, soit changer de salle pour la prochaine édition.
En dehors de ces petits désagréments, le festival est pour moi une réussite. Niveau restauration il n’y avait également rien à redire : il y avait des sandwichs pour tout le monde (omnivore, végétarien et vegan), un plat chaud incluant une saucisse au vin et du riz avec une dose qui cale bien, et des crêpes; en soit de quoi se sustenter comme il se doit. Pour les boissons on pouvait retrouver des softs, de la bière qui se défendait, un hydromel bien goûtu ainsi que l’hypocras Dragon’s Blood par Lance L’eau, qui est une tuerie.

L’organisation était bien ficelée, chaque groupe a pu avoir une durée de set très décente, et tous ont produit une performance des plus honorables.

Le fait que le festival ait fait un sold out montre également que la communication effectuée a bien fonctionné, et grâce à ça, on peut imaginer qu’il y aura une deuxième édition, et peut-être d’autres, et qui sait, le Dark Medieval Fest deviendra possiblement un rendez-vous incontournable chaque année ? Encore un grand bravo aux groupes et aux associations organisatrices et, on espère, rendez-vous l’année prochaine !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.