Cruachan – Nine Years of Blood

Les pionniers du folk metal sont de retour ! Depuis l’annonce en 2014 de leur signature au label Trollzorn Records, Cruachan faisait patienter ses fans avec leur nouvel album qu’il teasait au fil des années.

Il a désormais un nom : Nine Years of Blood !

Quelques mots sur Cruachan :

Cruachan est un groupe de folk/black metal irlandais originaire Dublin et formé en 1992. Son nom vient d’un site archéologique important dans le Connacht (ouest de l’Irlande).

Après une pause en 1997, le groupe se reforme en 1999 et publie 6 albums studio, d’abord avec Karen Gilligan comme chanteuse principale (chant clair) puis avec Keith Fay (chant clair/guttural) lorsque cette dernière quitte le groupe.

“Nine Years of Blood” est le huitième album du groupe que nous étudier maintenant.

L’album :

En 2011, le groupe a entamé une “blood trilogy”, où le principe était d’évoquer le sang dans différents conflits. Logiquement, “Nine Years of Blood” conclue la saga ! (A moins qu’il ne subisse la “tentation Hollywood”, donc de continuer la saga sans aucun autre intérêt que les jolis billets…)

L’album est un album concept qui raconte la Guerre de Neuf Ans qui a vu s’opposer Hugh O’Neill, le très important comte de Tyrone qui s’est opposé avec ses alliés aux troupes de la reine Elisabeth Ière. Un conflit qui a sérieusement ébranlé le Royaume-Uni, mais qui l’a vu gagner !

Tout commence avec l’instrumental “I Am Tuan” avec le vent et les bruits de tonnerre qui s’efface petit à petit pour laisser place d’abord à la guitare acoustique puis la guitare électrique. Et c’est justement là qu’arrive le sujet de notre chronique, “Hugh O’Neil – the Earl of Tyrone” ! Et ça démarre sans minute à perdre avec les gros riffs destructeurs et la voix stridente de Keith, comme si Hugh lui-même criait à ses troupes de rester dans le rang et d’affronter l’ennemi sans broncher.

On reconnaît directement la “patte Cruachan”, ce mélange entre metal celtique et black metal qui en fait presque un cas à part sur la scène folk metal. Au fond, cela reste logique dans la thématique : la guerre n’est jamais très “bisounours barbapapa”, mais un univers impitoyable où on n’hésite pas à trancher tout ce qui bouge. (Je ne rentre pas dans les détails, sinon nos lecteurs vont s’évanouir…xD)

Quoi qu’il en soit, le groupe joue très facilement de ses influences black metal pour donner des ambiances inquiétantes, comme pour “Blood and Victory” ou bien “The Siege of Kinsale”. Cruachan n’oublie pas pour autant ses instruments traditionnels fétiches pour donner un tonalité plus folk, comme la mandoline (“The Flight of the Earls”), le tin whistle (“Nine Years of Blood”) ou bien sûr l’éternel violon qu’on peut entendre quasiment partout comme pour “The Siege of Kinsale” ou bien “The Harp, the Lion, the Dragon and the Sword”. En plus des mélanges d’instruments, les différents chants sont alternés, ce qui crée une vraie diversité et évite donc la linéarité. Ainsi, on passe tour à tour du chant clair (“Queen of War”) au chant guttural (“Cath Na Brioscai”) avec (et c’est assez rare pour Cruachan) des chœurs d’hommes comme pour “The Battle of the Yellow Ford” (peut-être un peu trop discrets…).

En définitive, malgré peu de changements stylistiques ces dernières années, Cruachan reste LA valeur sûre du folk metal irlandais, comme en témoigne la production très soignée de cet album. “Nine Years of Blood” conclue la trilogie avec beauté et violence à la fois, mais aussi…dans le sang.

Note : 8/10

Tracklist :

  1. I Am Tuan
  2. Hugh O Neill – The Earl of Tyrone
  3. Blood and Victory
  4. Queen of War
  5. The Battle of Yellow Ford
  6. Cath na Brioscai
  7. The Harp, the Lion, the Dragon and the Sword
  8. An Ale Before Battle
  9. Nine Years of Blood
  10. The Siege of Kinsale
  11. The Flight of the Earls
  12. Back Home in Derry

Extrait de l’album :

 

 

Laisser un commentaire