Archives de catégorie : Live Report

Report : Motocultor Festival 2016

Report par : Brynhildr, Wolpertinger, Fée Verte, Thrall, Morrigan.

Groupes évoqués : Furia, Khors, Rotting Christ, Fleshgod Apocalypse, Naheulband, Shining, Soilwork, Carpenter Brut, Dalriada, Svartsot, Dying Fetus, Arkona, Batushka, Ministry.

motoc

Ahhhh la Bretagne, son beau temps, ses champs, sa mer, son chouchen… Son Motocultor le temps d’un weekend d’Août!

C’est le coeur plein de joie et de motivation qu’on embarque tout notre matériel de survie en milieu hostile et qu’on se met en route pour St Nolff avec, au passage, quelques mauvaises surprises quant au fléchage conduisant vers les nouveaux parkings. Puis avant d’ (enfin) pouvoir passer à l’apéro nous devons effectuer les quelques allers-retours parking camping (oui, environ 800m quand les bras sont vides, effectivement ce n’est pas très loin. Quand on est chargés comme des mules, que presque la moitié du trajet se fait dans les champs, ça devient très loin). On récupère les petits bracelets, on attend que le camping ouvre, puis qu’on nous autorise à planter nos tentes (oui, interdiction de planter sa tente tant que la “section 1” n’est pas pleine jusqu’à la gueule, un peu pénible d’attendre 1h alors que la tente pourrait être en place depuis bien longtemps).

Qu’importe, l’apéro fût beau, les changements d’organisation plutôt agréables dans l’ensemble!

Continuer la lecture de Report : Motocultor Festival 2016

Ragnard Rock Festival 2016 : Warm Up et Première Journée

13516227_1042413585839743_8464357470711372244_n

Que serait un fest sans ses bons et ses mauvais côtés, sans ses moments de pure jouissance et ses impondérables ?
Passons sur les quelques déboires qui ont précédé le coup d’envoi de la seconde édition du Ragnard Rock Fest. A chaque jour suffit sa peine !
Déboires d’ailleurs bien vite oubliés lorsque l’on découvre, bouche bée, l’étendue du nouveau site implanté dans la majestueuse vallée suranaise, que les montagnes verdoyantes protègent avec bienveillance.
Une fois entrés dans cet univers, le festivalier fait un bond dans un autre continuum espace-temps, et n’en ressort qu’après avoir vu disparaître dans l’ombre de l’Odin Stage les musiciens de Nargaroth, et que le silence, tel la brume présente ce soir-là, commence à envelopper doucement la vallée.
Récit de ces trois jours d’immersion dans ce vortex musical, culturel et fraternel.

Continuer la lecture de Ragnard Rock Festival 2016 : Warm Up et Première Journée

Kambrium – Elders’ Realm (ENG)

KambriumCDCoverSEND

If the name Kambrium only means the geologic era to you, then read carefully the following review below because I’m going to talk about a band. More precisely an epic-death metal and german band, born 11 years ago at Helmstedt, which already release 1 EP and 2 albums, and a single (Shattered Illusions, released on the 17.06.2016) to promote their last album.

Then, on the 29.07.2016, the album Elders’ realm was released !

Continuer la lecture de Kambrium – Elders’ Realm (ENG)

Kambrium – Elders’ Realm

KambriumCDCoverSEND

Si le nom de Kambrium ne vous évoque aujourd’hui qu’une période géologique, alors prêtez attention à ce qui va suivre : c’est d’un groupe dont je vais parler dans cette chronique.

Plus précisément, un groupe d’epic-death-metal allemand, né du côté d’Helmstedt il y a maintenant 11 ans. Après un EP sorti en 2010 et 2 albums sortis respectivement en 2011 et 2013, le groupe est également passé par la sortie d’un single dans le cadre de la promotion du nouvel album, Shattered Illusions, le 17/06/2016.

Et puis, le 29/07/2016, le tant attendu Elders’ realm est arrivé !

Continuer la lecture de Kambrium – Elders’ Realm

Corvus Corax @ Coucy-le-château, 16/04/2016

AFFICHE-WEB-773x1024

C‘est dans le cadre typique et rustique de la ville de Coucy-le-château-Auffrique que jouent ce soir les tant attendus en France, Corvus Corax. Le concert, organisé par l’AMVCC (Association de Mise en Valeur du Château de Coucy) était précédé, tout au long de la journée, d’une grande fête médiévale avec un marché et diverses animations (camps, montreur d’ours, combats…) : les Seigneuriales de Coucy, qui fêtait son 10ème anniversaire.

Continuer la lecture de Corvus Corax @ Coucy-le-château, 16/04/2016

Corvus Corax – Berlin 20/12/2015

IMG_20151223_125132Ce soir, c’est vers la Passionskirche (une église, oui oui!) que je me dirige. Elle sera la salle de concert pour Corvus Corax, groupe de musique médiévale-pagan. L’autel a disparu, laissant place aux tambours et cornemuses, surplombé par un immense orgue.

 

IDISI:

IMG_20151220_190636

La première partie du concert, dont j’ignorais totalement l’existence, m’a fait découvrir un groupe de jeunes filles russes : Idisi. Ce qui est délicieux, c’est non seulement de voir 5 jolies russes dans un costume traditionnel, mais également le fait que leurs morceaux sont des reprises traditionnelles de musiques russes. Donc, pas de « In Taberna » ou « Salatio Mortis », repris généralement par la plupart des groupes de la scène trad/med. Petit bonus : une cover de Finntroll « Trollhammaren » à la cornemuse et au tambour. Bien qu’à l’heure actuelle le groupe Idisi ne possède qu’un EP de 3 chansons, je me suis empressée de l’acheter et j’espère voir un album dans les mois ou années à venir.

Idisi – Trollhammaren

Idisi – Compil + morceau live @ Passionskirche

CORVUS CORAX:

IMG_20151220_200804

Arrivent ensuite les maîtres du folk-médiéval : Corvus Corax !!
Le concert débute avec Bärentanz, puis s’enchaîne Skudrinka, et Titenka… Le répertoire reste traditionnel et c’est parfait ! Le groupe nous jouera également quelques morceaux de leur avant dernier album (Sverker), notamment une chanson à boire (de l’hydromel), Trinkt vom Met.

IMG_20151220_205439

Ce morceau a la particularité d’être joué pendant que le groupe sert une rasade d’hydromel au public, dans un bourdon de cornemuse. Pour le coup, le petit jeu a été prolongé pendant 5 bonnes minutes, de manière à ce que tout le public assis devant puisse en profiter.

IMG_20151220_205302

Aussi, nous avons pu assister à une première ! En effet, Corvus Corax nous a dévoilé ce soir là un nouveau morceau : Herr wirt !

Corvus Corax – Herr Wirt (live @ Passionskirche)

Puis, le concert s’est clôturé sur… O varium fortune !! Après tout, le concert a lieu dans une église, avec un magnifique et gigantesque orgue, alors autant s’en servir… Idisi est revenu sur scène pour l’occasion et se joindre aux sonneurs de Corvus Corax. C’est donc quelque chose comme 9 sonneurs qui sont montés sur la balustrade, à côté de l’organiste pour jouer le morceau. Le public, fasciné, levait la tête vers l’orgue et les musiciens… C’est alors que, la soirée étant à un stade avancé, et l’église étant équipé d’un bar à l’entrée, une personne maladroite a trébuché dans les cadavres de bouteilles posés à ses pieds*, ajoutant une connotation festive au grand moment d’epic-medieval-folk.

IMG_20151220_221034

Corvus Corax – O varium Fortune (live @ Passionskirche, * = 3’04)

Setlist :

Bärentanz
Skudrinka
Titenka
Fiach Dubh
Crenaid Brain
Nominalto
Mille anni passi sunt
Venus Vina Musica
Trinkt Vom Met
In Taberna
Herr Wirt
Mit Dans
Sverker
Havfrue
Heiduckentanz
Spielmanstanz
O Varium Fortune

Steve’n’Seagulls – Transmusicales 2015

Transmusicales_2015

Steve’n’seagulls, le quintuor finlandais qui s’est fait connaître sur internet de par ses covers d’ACD/DC ou encore Metallica, en version country, est de passage aux Trans Musicales de Rennes  !! Accrochez vous, c’est parti pour un voyage au pays des redneck  !!

12419105_1046040478752628_5015304474484911960_o

Je ne connaissais pas les Trans Musicales avant cette année, et je dois dire que j’ai été fortement surprise par le principe du festival  : tous les groupes sont quasiment (ou presque) dans l’abstrait, l’expérimental. Au menu, du rock trans, de l’electro-trans-psy, et… un Steve’n’seagulls qui tire sur le country-metal  ! Je suis arrivée un peu en avance, pour éviter de me faire surprendre par la file d’attente pour rentrer (quasi inexistante en fait!). Le festival se déroule sur plusieurs endroits dans Rennes, mais pour ce soir, je me limite au parc des expos de Bruz. C’est immense, et on s’y perd si on ne connaît pas les lieux. Ayant un peu de temps devant moi, je me suis décidée à passer par les points de restaurations, boissons et informations. C’est grandiose  !!! Les bars sont atypiques et le choix est large  ! Il en est de même pour la nourriture. Les comptoirs des bars sont blindés, ce qui me surprend un peu, car dans tous les autres halls du parc des expos, les concerts sont multiples. D’ailleurs, tiens, si j’allais voir ce qu’il se passe ailleurs  ? Je mets donc les pieds, au hasard, dans le hall 9. Ambiance étrange, un DJ est seul face à ses platines, sur une toile en arrière plan est projeté des formes géométriques, des lignes, le tout donnant un effet psychédélique et captivant…mais pas assez pour me satisfaire. Je rebrousse chemin en direction du hall 3 où le concert de Steve’n’seagulls est sur le point de commencer.

STEVE’N’SEAGULLS

Après une brève introduction musicale permettant au groupe de se positionner sur scène, nos finlandais balancent un «  Paradise city  »  ! C’est un excellent morceau pour débuter et se mettre dans l’ambiance country  ! Le public semble plutôt réactif, et certains commencent à pogoter…. danser  ? Sautiller  ? Nous vient ensuite «  Over the hills and far away  ». Je suis conquise, je l’attendais avec impatience, ce morceau, mais pas à ce qu’il arrive si tôt  !! Mais la suite est encore pleine de surprise  ! La particularité de Steve’n’Seagulls dans l’annonce des morceaux c’est qu’ils le font de manière à nous faire réfléchir, en indiquant leur nationalité ou encore leur époque… Le suivant est donc annoncé comme «  un morceau finlandais  »… Et c’est une exclu  : «  Wishmaster  »  !! En effet, elle n’est pas sur leur unique album (Farm Machine). Je découvre ainsi une sympathique cover de Nightwish, chantée par une voix masculine. Et c’est gagné, cela rend très bien. Au fur et a mesure que le set avance, je me rends compte d’une chose  : le public se prend au jeu et se montre très dynamique, il y a même des slammeurs (qui slamment à l’envers, c’est à dire en partant de l’avant pour aller…vers l’arrière de la foule), quelques mouvements de foule qui me compressent contre la barrière de sécurité (Steve’n’Seagulls en France, à côté de chez moi, j’en profite, je me place devant). Et surtout  : le set est clean, il n’y a pas une bavure  ! Un groupe humoristique avec une prestance carrée, ça décoiffe.

12768149_1046040248752651_7900562875878618420_o

Petit bonus, le redneck à droite de la scène (Hiltunen), coiffé d’un couvre chef digne de Davy Crockett, a une attitude et une gestuelle qui attire l’œil, et qui amuse la foule (et les photographes), le tout sans dire un mot. Au ¾ du concert, le groupe joue le célèbre «  Run to the hills  », et le public devient participatif, entonnant le refrain. Enfin Remmel (le chanteur) annonce la dernière chanson, qui est sans nul doute la plus attendue, celle qui a le plus tourné sur les réseaux sociaux  : «  Thunderstuck  ». Le salut final semble être arrivé, le groupe prend un selfie avec le public mais…celui ci en redemande  !! Ainsi, Steve’n’Seagulls est sur le point de nous jouer un morceau supplémentaire, qui plus est, se révèle être une exclu  : «  Born to be wild  » débarque  ! Mais cela ne nous rassasie pas, on en veut encore  ! Hiltunen se livre donc à un solo de flûte traversière, instant comique et festif, qui s’achève en impro.

12768254_1046040165419326_1231059460903786686_o

Setlist:

Paradise City,
Over the hills and far away,
Whishmaster,
Holy diver,
The trooper,
Cemetery Gates,
You shook me all night long,
Black Dog,
Seek’n destroy
Nothing else matters
Run to the hills,
Thunderstuck,
Born to be wild/Hava Nagila

A noter que Steve’n’Seagulls seront de retour dans la région le 14/08/2016 au festival itinérant, la Caravane du couvre feu à St Brévin.

Report Hellfest Jour 3 : Dimanche

On se réveille le Dimanche avec les jambes qui commencent à sérieusement peser, et oui trois jours de concerts c’est court, pour nos petites gambettes pas tant que ça. Et elles vont être mises à rude épreuves tant cette journée du Dimanche – une fois n’est pas coutume – était surchargée de groupes intéressants à voir.

Report par : Wunjo, Grymauch, IonaStorm, Huginn, Morrigan.

Photos par Guillaume Munin.

Groupes évoqués : Stille Volk, Lecherous Gaze, Skalmold, Municipal Waste, Orphaned Land, Dragonforce, Mgla, Amon Amarth, Kadavar, Ghost, Refused.

Amon Amarth2 Continuer la lecture de Report Hellfest Jour 3 : Dimanche

Report : Hellfest Jour 2 / Samedi

Morrigan :

“On n’a toujours pas dormi!!!!!” ahhh que serait le Hellfest sans ces âmes imprégnées d’alcool qui te ruinent le petit cycle de sommeil que tu avais réussi à attraper. C’est bien beau tout ça, mais nous on a des concerts à voir, direction le site (et la cathédrale toujours aussi engorgée en fin de matinée…). Un café et quelques gâteaux plus tard, nous voici sous la Temple.

Reports par : Morrigan, Grymauch, Thrall, Huginn, Wunjo.

Photos par Guillaume Munin.

Groupes évoqués : Myrkur, Dark Fortress, Crobot, Heidevolk, Moonsorrow, Primordial, Gutterdammerung, Dark Funeral.

décor1 Continuer la lecture de Report : Hellfest Jour 2 / Samedi

Nox Inferna 2016

65ca3e_12f5ee3686e84aeb827dfbe091f41a20

En ce soir du samedi 14 mai dernier, le paisible monastère royal de Brou  à Bourg-en-Bresse (Ain) connut un sursaut d’énergie jamais égalé dans sa célèbre histoire, accueillant en son cloître la soirée Nox Inferna, dans le cadre de l’événement culturel annuel de la ville sur le thème « Bas les Masques ». Un événement organisé par la compagnie Edoras, créatrice du Ragnard Rock Festival.

13198377_1253724884637554_7377564397366019415_o

Entrecoupés de combats de vikings et agrémentés de stands mercantiles fort sympathiques, trois groupes, parmi les plus populaires voire adulés dans le milieu pagan-folk, se sont succédés sur la scène.

13244061_1253718644638178_2313610168002016120_o

 

Skálmöld, par Mistress of the Dark :

Avant les deux premiers sets, dans l’après-midi, les veinards présents sur le site (dieu que je les hais) ont eu le privilège d’assister à une prestation exceptionnelle, que jamais je ne me pardonnerai d’avoir ratée, offerte par Skálmöld : un a capella, aussi bref que grandiose, depuis un balcon du monastère… Enjoy :

 

Drakwald, par Mistress of the Dark :

13246311_1253720644637978_8456806944814401053_o

Il est 20h, il fait encore jour, Drakwald ouvre le bal. Plutôt engageants selon les syndicats (entendez votre serviteuse et quelques rares spectateurs) qui y ont trouvé énergie et bonne humeur, plutôt mollement selon la police (entendez la majeure partie du public) qui manifestement apprécie moyennement l’omniprésence des flûtes et autres binious. La prestation  est entrecoupée, à l’initiative du chanteur, d’un petit wall of death où se mélangent amicalement les combattants vikings (Cie les Loups de Fenrir, si je ne me trompe) et les spectateurs enthousiastes, sur fond de Chasm if Ignorance.

L’ambiance se réchauffe un tantinet et va vite décoller à l’arrivée d’Hypocras.

Setlist :

1 – Doomsday Argument

2 – Let the Slaughter Begin

3 – Echo of Memories

4 – Inhale the Ashes of Honor

5 – Chasm of Ignorance

6 – Blood and Glory

7 – Despair of the Last Men

8 – Erase by Fire

 

Hypocras, par Nidhögg :

11259750_1253730101303699_3651956971128878388_o

Après le set de Drakwald succèdent les “p’tits Suisses” de Hypocras, venus de Genève pour défendre leur 1er et unique album à ce jour (avec également un EP), pour être plus précis. Et ce fut une fort bonne surprise en ce qui me concerne, le groupe étant des plus dynamiques sur scène. Ne connaissant pas du tout le répertoire du jeune groupe avant de les voir, je ne suis pas en mesure de vous citer quels morceaux étaient les plus efficaces, mais encore une fois, l’énergie déployée, et le chanteur très communicatif et faisant beaucoup participer le public ont rendu le concert très agréable. Le folk pagan metal des Suisses se révèle très efficace en live, la flûte apportant une touche mélodique fort agréable pour compenser les growls puissants d’Alexandre, le chanteur donc ^^. Une excellente mise en bouche avant Skálmöld et un groupe au très fort potentiel, à revoir !

Setlist :

  1. Judgement of the Alpha
  2. Hunting the Troll
  3. Burning Drakkar
  4. Blood Feast
  5. Implosive Absolution
  6. Sociopathic
  7. Valkyries Experience
  8. The Last Charge

 

Skálmöld, par Nidhögg :

13220723_1253725594637483_5835334269558560603_o

Les Islandais de Skálmöld revenaient dans l’Ain pour la 2ème année consécutive, après leur très remarquée prestation l’an passé au Ragnard Rock Fest. Et c’est un groupe visiblement ravi d’être présent, et de noter “le plus beau cadre dans lequel nous avons joué”, dixit Björgvin, le chanteur de la formation. On ne peut pas leur donner tort, le monastère de Brou étant particulièrement magnifique ! Pendant 1h30, le groupe va nous asséner un véritable best of, tous leurs meilleurs titres (à mon sens) étant joués ce soir là, et nous réchauffant par la même occasion, car il est vrai qu’il faisait un peu frisquet. Bénéficiant d’un son surpuissant, alors que l’an passé au Ragnard, il était parfois un peu brouillon, le groupe enchaîne sans coup férir les titres plus heavy les uns que les autres, ayant également la bonne idée de ne pas jouer les 2 dernières minutes un peu fastidieuses de l’excellente “Loki”. Le public sera au diapason, faisant de ce concert une excellente date ! En bref un groupe très agréable, sympathique et abordable, enchaînant les sourires durant le concert, un excellent show, tout pour faire un très bon souvenir de cette date.

Setlist :

  1. Intro
  2. Árás
  3. Gleipnir
  4. Fenrisúlfur
  5. Að hausti
  6. Með drekum
  7. Upprisa
  8. Sorg
  9. Himinhrjóður
  10. Miðgarðsormur
  11. Loki
  12. Sleipnir
  13. Narfi
  14. Hefnd
  15. Að Vetri
  16. Kvaðning

13116278_1253729817970394_3268804245706619808_o

 

Pour conclure, d’un avis commun :

Prenez un cadre exceptionnel, ajoutez-y une sono tout à fait respectable et des éclairages soignés, et faites de cette première Nox Inferna une franche réussite, sur fond d’ambiance fraternelle. Un grand merci à la compagnie d’Edoras pour avoir organisé cet évènement dans un tel cadre, à l’année prochaine nous l’espérons ! (…mais avec quelques degrés Celsius supplémentaire, cette fois ! ^^)

Photos : Nicolas Semenioukoff