Castlefest 2018 14e édition – Live report (1ère partie)

Axoria est parti le temps d’un weekend aux Pays-Bas pour la 14e édition du Castlefest à Lisse (près d’Amsterdam) et vous fait le compte rendu de cette expérience hors du commun !

Vendredi 3 août : tout est prêt, la voiture est bien chargée, rien n’a été oublié, alors top départ pour environ 5 heures de route jusqu’au sud d’Amsterdam où se trouve le site du château Keukenhof, lieu des festivités de cette 14e édition du Castlefest. Pour présenter le festival de manière rapide, il s’agit d’un grand parc autour d’un château sur lequel sont installées 3 scènes (Forest Stage, Meadow Stage, et Village Stage) et un immense village médiéval sur lequel on trouve bijoux, tenues, cuir, forges, pierres, livres, accessoires ésotériques, ateliers de méditation, de tatouages, des stands de restaurations et de boissons venues de toute l’Europe, etc… Au vu de la chaleur absolument torride de plus de 35 degrés que nous avons eu pendant tout le weekend, j’ai particulièrement apprécié les nombreux points d’eau gratuits répartis tout autour des différentes scènes. L’organisation est extrêmement professionnelle et sérieuse et l’accueil est vraiment très agréable et serviable. Tout était absolument parfait de ce côté, aucune fausse note à faire remarquer ! Le public quant à lui (costumé ou non) était tout autant adorable et une ambiance vraiment chaleureuse et familiale régnait sur le festival.

 

Arrivés en fin d’après midi, et après avoir fait un premier tour complet du site, je choisis de me diriger directement vers le Forest Stage pour le concert d’Eivor, premier moment que j’attendais avec impatience.

Eivor :

Comment décrire Eivor Palsdottir, cette artiste auteur compositeur interprète venue des Iles Féroé ? Je dirai tout simplement que c’est un ovni musical qui ne ressemble à absolument rien de connu. Des sonorités électro, jazz, rock, pop, retranscrites à merveille dans des ballades empruntes de mélancolie à l’ambiance froide et sombre, parfois allant jusqu’aux incantations de la mythologie nordique, et une voix si pure et puissante venue d’un autre monde, en font une pure merveille dont la représentation unique sur le festival a été absolument magique. Le public était extrêmement nombreux et restait comme subjugué par l’artiste tout au long du concert. Quant à moi, je peux dire que mes émotions ont été particulièrement intenses et les larmes se sont mises à couler à plusieurs reprises, notamment lors des morceaux I Tokuni, True Love, et surtout Trollabundin où j’ai été comme envoûté par sa voix au point de ressentir comme une présence divine, une aura magique, m’envahir, me mettant dans un état de quasi transe au son des tambours. (Je précise qu’aucune substance illicite n’a été utilisée pour écrire ce report !) Ce moment vraiment bouleversant restera gravé dans ma mémoire et place directement Eivor parmi le trio de tête de mes artistes préférés et ce concert comme le meilleur de l’année jusqu’à présent. Pour tous les fans d’Eivor, une petite surprise arrivera dans les semaines à venir sur le Webzine, stay tuned !!

Thundercrow :

Difficile de se remettre de ses émotions après Eivor, mais je me décide tout de même de me diriger vers le Meadow Stage pour le dernier concert de la journée : Thundercrow.

Il s’agit d’un groupe néerlandais assez particulier car produisant dans le style drum’n’didge, c’est à dire à base de percussions et de didgeridoo. Personnellement, j’ai trouvé que le style du groupe faisait un peu hippie à cause de certains morceaux aux influences très reaggae que je n’ai pas particulièrement apprécié (Ubuntu), et cela d’autant moins venant tout juste de sortir du concert d’Eivor. Cependant je trouve que les quelques morceaux un peu plus ambiants, ou avec quelques influences électroniques (Drop it) ou encore avec d’autres instruments venant se greffer tels que la guimbarde (Grillos Mexicanos) étaient plutôt sympathiques. Un groupe intéressant donc, où chacun peut trouver son compte car mélangeant plusieurs styles tout en conservant une base commune avec le didgeridoo omniprésent.

Cette première journée se termine donc pour moi après ces deux concerts. Une nouvelle journée plus complète nous attend demain. Quelques heures de sommeil le temps de récupérer un peu et la suite arrivera prochainement dans un nouvel article !

Laisser un commentaire