Tous les articles par Grymauch

Cesair – Omphalos

Dire que j’attendais cet album avec impatience est un doux euphémisme. Quatre années se sont écoulées depuis le magnifique Dies Nox Et Omnia, je ne compte pas l’édition Sine Fine parue en 2015, même si il est indispensable à tout fan qui se respecte, je le trouve plutôt accessoire au sein de la discographie, et il me tardait d’être bercé par de nouvelles sonorités, transporté vers d’autres mondes. C’est ainsi que l’année dernière l’annonce est tombée, Omphalos naîtra en 2017.

J’ai donc choisi d’y placer de l’espoir, au lieu de l’attendre dans l’indifférence j’ai choisi de leurs accorder une confiance aveugle au risque d’être déçu. Je me disais « impossible qu’ils fassent un faux pas, il y a trop de sincérité et de talent dans leur musique ». Et bien sûr j’ai eu raison ! Omphalos est un digne successeur à Dies Nox Et Omnia ! Continuer la lecture de Cesair – Omphalos

Drenaï – Nadirs

Il y a 2 ans naissait Deathwalker, un album aussi solide sur la forme que pertinent sur le fond, mené d’une main de maître par 7 Rouennais pour qui l’héritage de Mr Gemmell vaut plus que des rééditions incessantes, toutes aussi belles qu’inutiles, de ses œuvres les plus cultes. De ses premiers pas au fin fond d’un sous-sol aussi étroit qu’étouffant d’un bar de Rouen au Hornerfest en Allemagne aux côtés de Finntroll et Skyforger, sans oublier un passage remarquable au Cernunnos Fest, on peut dire que Deathwalker a grandi ! Et pour reprendre un concept fort « Gemmellien » on peut même dire qu’il a vieilli et qu’arrivera un moment où, rempli de sagesse et fort de son impact sur le monde, il laissera sa place dans la lice à un combattant plus vigoureux. C’est ainsi que naît Nadirs. Continuer la lecture de Drenaï – Nadirs

Omnia – Prayer

omnia-prayerOmnia a sorti un nouvel album cet été en toute discrétion, fait étrange lorsque l’on est habitué à un Steve (tête pensante du désormais célèbre combo néerlandais) bloguant a tout va sur la nature, sa femme et le capitalisme n’omettant jamais de rappeler à quel point ils se sont émancipés du système. Et j’insiste sur le « en toute discrétion » car pour le coup c’est l’extrême opposé de la com faite pour l’avant dernier album, Earth Warrior ! Si pour Prayer on a eu le droit à deux / trois annonces style « nouvel album en chantier ! » « Omnia en studio ! » et une sortie avancée de quelques jours avec un simple poste facebook, pour l’autre c’était plus du matraquage à coup de trailer, d’explications de chansons, et de compte à rebours. (Je mets volontairement de côté le Naked Harp sortit fin 2015, c’est un projet un peu a part) Mais pourquoi ce subit changement ? Continuer la lecture de Omnia – Prayer

Rouen Pagan Gathering 2016 Live Report Veliocasses – Gorgon – Drakwald – Drenaï

12140961_823825054412790_6794858686701082284_o

Avec une affiche de rêve comme celle la, le Rouen Pagan Gathering était inratable. Qu’il pleuve, qu’il vente, ou même sous un déluge on y aurait été. Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il a plut !

Après une arrivée dans la bonne humeur sur Rouen, c’est le drame. L’apocalypse aquatique nous a trempés pour la journée. Mais pas refroidis !

C’est sous cette pluie diluvienne que nous nous dirigeons au hipster café ; lieu de ce concert tant attendu ! On commande une bière, on sirote en attendant le début du show, on pense aux musicos qui déchargent leur matos sous la flotte, bref on patiente à l’abri. Un petit retard dans l’orga nous force à reprendre une bière en écoutant les balances, on voit Drenaï qui s’active sur scène par l’embrasure de la porte ; ça promet ! L’heure est venue, on se tasse dans la salle de concert qui se remplit rapidement, et on attend le premier groupe. Continuer la lecture de Rouen Pagan Gathering 2016 Live Report Veliocasses – Gorgon – Drakwald – Drenaï

Suld – City Rider

SuldC’est marrant tiens ! Au niveau européen lorsqu’on parle de « folk » dans la musique, les grands favoris sont la culture nordique et celtique. Faut que ça parle d’Odin de Thor ou de Cernunnos, de batailles ou l’honneur se met à l’épreuve du sang, on n’oublie pas les interludes à la harpe, la cornemuse pour accompagner la double pédale et le tour est joué. Parfois ça fonctionne du tonnerre, parfois moins. Si je parle de ça, c’est que là je vais vous livrer mes impressions sur un groupe chinois et que le premier constat que je peux en faire est que les mongols sont un peu les Celtes / Nordiques d’Asie. Ba oé, dans une moindre mesure tout de même, mais pas mal de formations estampillées mongolian metal fleurissent depuis quelques temps. Evidemment, l’empire Mongol était vaste et a laissé sa trace un peu partout mais musicalement les steppes et les chevaux on va vite faire le tour… Heureusement la qualité est toujours présente, en tout cas pour ce qui est de Suld la toute jeune formation chinoise, elle est bien là ! Continuer la lecture de Suld – City Rider

In Theatrum Denonium – Live Report 12/03/16

In Theatrum Denonium

Un Samedi 12 mars comme il a déjà dû y en avoir, banal. L’après-midi est ensoleillée, c’est pas encore le printemps mais il fait agréablement chaud dans l’dehors et c’est sur les coups des 15 h que j’atterris avec des potes dans l’habitacle étouffant de ma caisse. Je mets mes lunettes de soleil, je démarre, un temps d’arrêt pour la sélection musicale, réflexion, je regarde dehors et le grand ciel bleu me fait un clin d’œil. Message reçu, ce sera le best of des Creedence. Vu de l’extérieur absolument rien n’indique qu’à l’issue de ces quelques heures de route, on va se retrouver dans un magnifique théâtre pour une soirée où la violence flirtera avec l’impiété et où la bonne humeur naîtra du mal-être. Car ce soir, après les Métallurgicales, Nord Forge nous a concocté une soirée Post Black pas piquées des hannetons et presque entièrement au couleur de la France avec au programme D E L U G E, Regarde les Hommes Tomber, Celeste et Meleshech ! Ça en a fait baver beaucoup et a raison !
Trêve d’introduction, il est 18h l’heure d’entrer dans cette merveille d’architecture et d’aller se dégourdir les oreilles !
Continuer la lecture de In Theatrum Denonium – Live Report 12/03/16