Tous les articles par FeeVerte

Fenrir – Lappalainen – Drakwald – Nydvind. Glazart (Paris) 11/04/2015

Samedi 11 avril, c’était soirée folk/pagan metal dans la salle parisienne du Glazart, salle que Grymauch et moi-même découvrions totalement. La déco extérieure avec les murs recouverts de tags n’était pas vraiment dans mes gouts, mais pour nous qui nous y rendions pour la première fois, cela avait au moins l’avantage d’être très facilement repérable ! Puis il suffisait d’aller dans la même direction que le chevelu en kilt et ceux arborant les t-shirts à l’effigie de leur groupe favori, vraiment très pratique ! Les portes ouvraient à 18h30 mais il a fallu attendre une heure avant que ne débute la première prestation. On a donc pris notre mal en patience le temps de cette Happy Hour en nous retrouvant autour d’un verre imprégné de malt et de houblon. Une tournée suffira, car si nous tenons à être bien placés dans la salle, il nous faut à présent y aller.

P.S. : Je tiens à m’excuser d’avance de la qualité des photos qui laisse à désirer, on a fait avec les moyens du bord !

11043150_880533811985297_5688342400550141372_n Continuer la lecture de Fenrir – Lappalainen – Drakwald – Nydvind. Glazart (Paris) 11/04/2015

Baldrs Draumar – Aldgillisoan

baldrs_draumar

Baldrs Draumar se traduit par « les Rêves de Baldr », poème eddique relatant le mythe de la mort de Baldr, dieu Ase de la lumière, de la beauté, de la jeunesse et de l’amour.

Mais Baldrs Draumar, c’est aussi un groupe frison venu tout droit de Dokkum aux Pays-Bas et formé en 2008. Leur première démo comprenant trois titres, Til Horisonten, sort en 2009, suivie l’année suivante de l’EP Noardseegermanen. Jusqu’à leur premier album, Forfedres Fortellinger sorti en 2011, la musique du groupe naviguait essentiellement sur un folk metal épique.

Les Frisons décident par la suite de se focaliser sur leurs racines et leur langue, concrétisé par un changement de line-up et une évolution dans leur style musical. On pourrait rapprocher Baldrs Dramar d’Heidevolk dans cette volonté de perpétuer les traditions locales à travers les thématiques abordées et le langage, mais vous allez vite comprendre que ce que nous propose le groupe dans leur nouvel album Aldgillisoan est tout autre. Continuer la lecture de Baldrs Draumar – Aldgillisoan

Grimner – Blodshymner

 

grimner_blodshymner

Supercalifragilisticexpialidocious !!! Fichtre, c’est que j’en perdrais mon suédois (si tant est que je sache le parler) ! Heureusement qu’il y a la formule magique de Mary Poppins, celle qui nous sauve lorsque le mot « génial » n’est pas assez fort ! Et pourtant, qui aurait cru que six valeureux vikings, dont je ne soupçonnais pas l’existence, et venus de la commune suédoise de Motala frapperaient aussi fort dès leur premier album, Blodshymner ?

Depuis leur formation en 2008, Grimner n’avait enregistré que deux EP : A Call for Battle en 2010, et Färd en 2012 (dans lequel apparaissaient déjà deux titres qui allaient figurer sur Blodshymner, « Färd » et « Forna Dagar »). Ce n’est qu’à l’équinoxe de l’an passé que le groupe sort sa première galette, via le label russe Stygian Crypt Productions. Continuer la lecture de Grimner – Blodshymner

Welicoruss – Az Esm`

Az Esm

Bien que la scène metal outre-Caucase soit très foisonnante, je reconnais que pour caricaturer, excepté avec Arkona, je me suis bien trop rarement aventurée non pas sur un terrain glissant, mais vers ces terres qui me sont quasiment inconnues. La raison à ce que vous considérerez peut-être comme un outrage ? La langue, tout simplement. J’admets que les sonorités slaves me rebutent souvent, mais comme je reste très ouverte d’esprit et que l’on est toujours amené à changer d’avis, j’ai néanmoins décidé de poursuivre mon voyage initiatique dans ces mystérieuses contrées avec le dernier bébé en date de Welicoruss, Az Esm` (I Am). Continuer la lecture de Welicoruss – Az Esm`

Ensiferum / Insomnium / Omnium Gatherum le 23/03/2015 au Bataclan (Paris)

Après avoir foulé la scène du Kao à Lugdunum et celle de la Laiterie à Argentoratum, les guerriers d’Ensiferum s’attaquent en ce lundi 23 mars 2015 à Lutèce sur la scène mythique du Bataclan. Un terrain de jeu surprenant pour les metalheads, surtout si l’on connait l’histoire de cette salle. Initialement baptisé « le Grand Café-Chinois Théâtre Bataclan » lors de sa création en 1864 (et oui, ça ne nous rajeunit pas tout ça !), le Bataclan a vu défiler pendant plus d’un demi-siècle bon nombre d’acrobates et de danseurs. Et oui, avant d’être une salle de concerts, le Bataclan était consacré au music-hall !

Mais pour accueillir comme il se doit nos Finlandais adorés, il en fallait de l’espace, et pour cela, le Bataclan était un lieu idéal. Mais Ensiferum n’étaient pas seuls … Lorsque j’ai appris qu’Insomnium et Omnium Gatherum assureraient la première partie, je ne vais pas vous cacher que cela m’a surprise. Epic/folk metal, death mélodique, ce ne sont pas les deux groupes auxquels on se serait le plus attendu. Mais bon, on retrouve tout de même une certaine logique sur le papier. Trois noms de groupes aux sonorités latines et tous issus de la scène metal finlandaise. Et qu’importe, le metal est une grande famille et comme ce sont de bons groupes, on accepte sans rechigner ! Ça y est vous avez fini votre apéro pré-concert ? Alors on y va ! Continuer la lecture de Ensiferum / Insomnium / Omnium Gatherum le 23/03/2015 au Bataclan (Paris)

Negura Bunget – Tau

 

Negura Bunget - Tau

Ne vous carapatez pas car les Transylvains originaires de Timisoara reviennent en force ! Profitez de ce jeu de mot, ce sera la seule touche d’humour tant que je vous parlerai de Tau, premier volet d’une ambitieuse trilogie bien de chez eux ! Depuis 1995, le groupe a su produire une discographie conséquente, et ce malgré de fortes perturbations au sein de son line-up. Mais qu’importe, Negru, l’âme instigatrice de Negură Bunget, reste fidèle au poste. Vraisemblablement, à nouveau projet, nouveau label et nouveaux membres ! Pour la première fois, les Roumains sortent leur épisode via le sous-label de Prophecy Productions, Lupus Lounge. Je l’avais déjà évoqué dans ma chronique de Beware the Sword You Cannot See de A Forest of Stars, je vous renverrai donc à cette dernière s’il vous plait de connaître les autres petits protégés de Lupus Lounge. Nouvelle formation également ai-je dit, que l’on retrouvait néanmoins il y a plus d’un an sur Gînd a-prins, vinyle annonciateur de Tau avec le prometteur « Curgerea Muntelui ». Ainsi, Tibor Kati, Adrian Neagoe, Petrică Ionutescu et Ovidiu Corodan ont répondu présent pour épauler le membre fondateur dans cette nouvelle aventure. Continuer la lecture de Negura Bunget – Tau

A Forest of Stars – Beware the Sword You Cannot See

A-Forest-Of-Stars-Beware-The-Sword-You-Cannot-See

Êtes-vous prêts à revivre un voyage spatio-temporel ? Je vous pose la question car le groupe anglais A Forest of Stars revient nous envahir de son univers excentrique avec leur quatrième expérience musicale, Beware the Sword You Cannot See. Je parle de groupe, mais sans doute devrais-je les présenter comme the Gentlemen Club, confrérie victorienne de la fin du XIXe siècle. Car A Forest of Stars, c’est ça, l’alliance détonante entre les sonorités classiques et metal, qui rend finalement leur musique universelle et accessible. La recette appliquée sur l’album précédent Shadowplay for Yesterdays portait déjà ses fruits, et les gentlemen visionnaires parviennent à aller encore plus loin, avec des compositions originales et plus audacieuses que jamais, tout en restant mélodieuses et abordables. Continuer la lecture de A Forest of Stars – Beware the Sword You Cannot See

Aequinoctium Sanguinis – L’Arbre aux Esprits

AS L'Arbre aux Esprits

Bien que mon latin soit un peu loin, j’ai réussi à trouver la traduction de ce qui sera désormais notre sujet le temps de cette chronique : « Équinoxe de Sang ». C’est donc le programme que nous réservent les Bordelais d’Aequinoctium Sanguinis, groupe formé en 2011. Des Bordelais, ça ne peut être que bon ça ! Le quintette est formé d’Andrasta (du nom de la déesse icène de la guerre) au chant et aux claviers, Ibar (prénom celte) à la basse, Obscuris (Obscurité) à la batterie, Ogmios (du nom du dieu gaulois de l’éloquence) et Ulfhednar (guerrier semblable aux Bersekers qui louaient le dieu originel de la guerre, Tyr) au chant et à la guitare. Des noms de scène qui nous confirment déjà l’importance des cultures celtique et scandinave. Et ce qu’ils nous proposent ? Du black pagan symphonique, rien que ça ! Une étiquette déjà bien alléchante. Mais qu’en est-il de leur album, L’Arbre aux Esprits, succédant à leur premier effort sorti en 2013, l’EP Les Runes de Sang ? Un titre qui annonce d’ores et déjà une ode à la nature, une noirceur et un mysticisme sans égal. Continuer la lecture de Aequinoctium Sanguinis – L’Arbre aux Esprits

Celtibeerian – Keltorevolution [EN]

 

Keltorevolution

In olden days, in this ancient land which was Celtibeeria, lived a Celtic people coming from Celts and Iberians : Celtibeerians. The Iberian band Celtibeerian tells their story in their first full-lenght, Keltorevolution, released last March via Pagan Sound Production. The album was recorded at Dezege Studios in Spain and mastered at Finnvox Studios in Finland. Continuer la lecture de Celtibeerian – Keltorevolution [EN]