Tous les articles par FeeVerte

Ensiferum / Insomnium / Omnium Gatherum le 23/03/2015 au Bataclan (Paris)

Après avoir foulé la scène du Kao à Lugdunum et celle de la Laiterie à Argentoratum, les guerriers d’Ensiferum s’attaquent en ce lundi 23 mars 2015 à Lutèce sur la scène mythique du Bataclan. Un terrain de jeu surprenant pour les metalheads, surtout si l’on connait l’histoire de cette salle. Initialement baptisé « le Grand Café-Chinois Théâtre Bataclan » lors de sa création en 1864 (et oui, ça ne nous rajeunit pas tout ça !), le Bataclan a vu défiler pendant plus d’un demi-siècle bon nombre d’acrobates et de danseurs. Et oui, avant d’être une salle de concerts, le Bataclan était consacré au music-hall !

Mais pour accueillir comme il se doit nos Finlandais adorés, il en fallait de l’espace, et pour cela, le Bataclan était un lieu idéal. Mais Ensiferum n’étaient pas seuls … Lorsque j’ai appris qu’Insomnium et Omnium Gatherum assureraient la première partie, je ne vais pas vous cacher que cela m’a surprise. Epic/folk metal, death mélodique, ce ne sont pas les deux groupes auxquels on se serait le plus attendu. Mais bon, on retrouve tout de même une certaine logique sur le papier. Trois noms de groupes aux sonorités latines et tous issus de la scène metal finlandaise. Et qu’importe, le metal est une grande famille et comme ce sont de bons groupes, on accepte sans rechigner ! Ça y est vous avez fini votre apéro pré-concert ? Alors on y va ! Continuer la lecture de Ensiferum / Insomnium / Omnium Gatherum le 23/03/2015 au Bataclan (Paris)

Negura Bunget – Tau

 

Negura Bunget - Tau

Ne vous carapatez pas car les Transylvains originaires de Timisoara reviennent en force ! Profitez de ce jeu de mot, ce sera la seule touche d’humour tant que je vous parlerai de Tau, premier volet d’une ambitieuse trilogie bien de chez eux ! Depuis 1995, le groupe a su produire une discographie conséquente, et ce malgré de fortes perturbations au sein de son line-up. Mais qu’importe, Negru, l’âme instigatrice de Negură Bunget, reste fidèle au poste. Vraisemblablement, à nouveau projet, nouveau label et nouveaux membres ! Pour la première fois, les Roumains sortent leur épisode via le sous-label de Prophecy Productions, Lupus Lounge. Je l’avais déjà évoqué dans ma chronique de Beware the Sword You Cannot See de A Forest of Stars, je vous renverrai donc à cette dernière s’il vous plait de connaître les autres petits protégés de Lupus Lounge. Nouvelle formation également ai-je dit, que l’on retrouvait néanmoins il y a plus d’un an sur Gînd a-prins, vinyle annonciateur de Tau avec le prometteur « Curgerea Muntelui ». Ainsi, Tibor Kati, Adrian Neagoe, Petrică Ionutescu et Ovidiu Corodan ont répondu présent pour épauler le membre fondateur dans cette nouvelle aventure. Continuer la lecture de Negura Bunget – Tau

A Forest of Stars – Beware the Sword You Cannot See

A-Forest-Of-Stars-Beware-The-Sword-You-Cannot-See

Êtes-vous prêts à revivre un voyage spatio-temporel ? Je vous pose la question car le groupe anglais A Forest of Stars revient nous envahir de son univers excentrique avec leur quatrième expérience musicale, Beware the Sword You Cannot See. Je parle de groupe, mais sans doute devrais-je les présenter comme the Gentlemen Club, confrérie victorienne de la fin du XIXe siècle. Car A Forest of Stars, c’est ça, l’alliance détonante entre les sonorités classiques et metal, qui rend finalement leur musique universelle et accessible. La recette appliquée sur l’album précédent Shadowplay for Yesterdays portait déjà ses fruits, et les gentlemen visionnaires parviennent à aller encore plus loin, avec des compositions originales et plus audacieuses que jamais, tout en restant mélodieuses et abordables. Continuer la lecture de A Forest of Stars – Beware the Sword You Cannot See

Aequinoctium Sanguinis – L’Arbre aux Esprits

AS L'Arbre aux Esprits

Bien que mon latin soit un peu loin, j’ai réussi à trouver la traduction de ce qui sera désormais notre sujet le temps de cette chronique : « Équinoxe de Sang ». C’est donc le programme que nous réservent les Bordelais d’Aequinoctium Sanguinis, groupe formé en 2011. Des Bordelais, ça ne peut être que bon ça ! Le quintette est formé d’Andrasta (du nom de la déesse icène de la guerre) au chant et aux claviers, Ibar (prénom celte) à la basse, Obscuris (Obscurité) à la batterie, Ogmios (du nom du dieu gaulois de l’éloquence) et Ulfhednar (guerrier semblable aux Bersekers qui louaient le dieu originel de la guerre, Tyr) au chant et à la guitare. Des noms de scène qui nous confirment déjà l’importance des cultures celtique et scandinave. Et ce qu’ils nous proposent ? Du black pagan symphonique, rien que ça ! Une étiquette déjà bien alléchante. Mais qu’en est-il de leur album, L’Arbre aux Esprits, succédant à leur premier effort sorti en 2013, l’EP Les Runes de Sang ? Un titre qui annonce d’ores et déjà une ode à la nature, une noirceur et un mysticisme sans égal. Continuer la lecture de Aequinoctium Sanguinis – L’Arbre aux Esprits

Celtibeerian – Keltorevolution [EN]

 

Keltorevolution

In olden days, in this ancient land which was Celtibeeria, lived a Celtic people coming from Celts and Iberians : Celtibeerians. The Iberian band Celtibeerian tells their story in their first full-lenght, Keltorevolution, released last March via Pagan Sound Production. The album was recorded at Dezege Studios in Spain and mastered at Finnvox Studios in Finland. Continuer la lecture de Celtibeerian – Keltorevolution [EN]

Utstøtt – Hjørungavågr

cover

Utstøtt est un projet epic black/viking metal assuré par la seule personne de Navnløs, jeune Américain originaire de Portland dans l’Oregon. Son premier EP, Legender Odin, sort en 2013. Les compositions s’inspiraient fortement des sonorités sombres et brutes des groupes black metal norvégiens et suédois classiques, en y mêlant les sonorités folk et epic du viking metal. Le tout secondé par des accompagnements orchestraux. Continuer la lecture de Utstøtt – Hjørungavågr

Ne Obliviscaris – Citadel

 

a4040339498_10On se souvient tous de l’enthousiasme qu’avait suscité le premier album du groupe australien de métal progressif. Ne Obliviscaris avait mis d’emblée la barre très haut avec Portal of I, condensé de technicité et d’émotion incroyable, dans un style black/death teinté de mélodies folk. La pression et l’appréhension sont à juste titre palpables. Les Australiens ont-ils réussi à nous vendre une fois de plus du rêve dans ce second opus ? Réponse tout de suite ! Continuer la lecture de Ne Obliviscaris – Citadel