Aethyr – Towards the Realm of Nothingness

cover

N’ayez crainte, nous ne nous éloignons pas de notre ligne éditoriale : il existe déjà en Russie un groupe répondant au nom d’Aethyr, officiant dans un registre black, doom, sludge et drone. Mais c’est d’un autre Aethyr dont il est question ici, originaire de la contrée plus ensoleillée qu’est l’Espagne. Le groupe a été formé l’année dernière à Valence et se compose de six membres : Mike Wrathchild au chant et à la guitare lead, assisté par Kevin à la guitare rythmique, Xas à la basse, Gruber à la batterie, ainsi que Suizo et Victoria aux claviers. Aucun coup d’essai du style EP ou démo, Aethyr se jette directement à l’eau avec un premier album auto-produit, Towards the Realm of Nothingness.

Dès le doux morceau d’introduction instrumental « Enter the Path », on comprend d’ores et déjà le choix du nom du groupe (Aethyr étant une forme archaïque du mot « éther ») : les claviers sont aériens, et les chœurs viennent renforcer ce côté atmosphérique. Mais il faut attendre le deuxième morceau, « Awaken the Northstar », pour mieux cerner le style du groupe : le death mélodique teinté de folk/epic metal alterné avec des passages plus éthérés aux claviers n’est pas sans rappeler un certain groupe finlandais, Frosttide. Néanmoins, c’est dans ce morceau, le plus long de la galette (neuf minutes et des poussières), que l’on décerne les premières failles : le groupe peine à nous tenir en haleine de bout en fin, ce qui est dommage vu la densité des morceaux. Heureusement, un petit élan épique en milieu de morceau vient nous réveiller. Les chœurs se révèlent également être assez répétitifs, s’éloignant que trop rarement des « oh ! Oh ! ». Et lorsqu’ils se décident enfin à être plus variés, cela reste généralement plutôt plat, voire carrément faux (« Realm of Nothingness »). Si l’ensemble manque d’énergie et d’harmonie , sans doute est-ce dû à un souci de mixage, valorisant les claviers et les guitares, au détriment des instruments rythmiques que sont la basse et la batterie, et mettant les voix trop en retrait. La technique est là, le tout, c’est de parvenir à créer quelque chose de plus homogène.

Certains morceaux demeurent cependant plus convaincants, notamment « The Chosen One » et « Wanderer », au caractère plus trempé et à l’allure plus énergique. Le côté folk/epic est beaucoup plus prononcé, avec quelques intrusions du violon, les soli sont bien exécutés et l’ensemble est plus cohérent. L’interlude qui sépare ces deux morceaux, « Through the Land of Eternal Mist », est lui aussi bien plaisant, apportant une touche folk traditionnelle à l’album, et qui se voit dynamisé par une accélération de la cadence en fin de morceau.

Ce premier effort reste encourageant mais le groupe doit rectifier les problèmes de mixage afin de créer un ensemble plus harmonieux, puis veiller à apporter davantage de diversité et d’intensité à sa musique. L’énergie et le potentiel sont là, ne reste plus qu’à les généraliser.

Fée Verte

6.5/10

Tracklist

1. Enter the Path (intro)

2. Awaken the Northstar

3. Lullaby to a Mourning Moon

4. Journey of the Forsaken Dreamer

5. The Chosen One

6. Through the Land of Eternal Mist (interlude)

7. Wanderer

8. Realm of Nothingness

Sortie : 30/04/2015

Liens du groupe :

http://aethyrofficial.bandcamp.com/releases

https://www.facebook.com/aethyrofficial?fref=ts

Laisser un commentaire